La transformation des habitudes alimentaires des Canadiens

Découvrez les cinq tendances qui transforment les habitudes alimentaires des Canadiens.

La transformation des habitudes alimentaires des Canadiens

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Ipsos Québec
Get in touch

Les changements dans l’industrie canadienne des aliments et des boissons ont été bien documentés au cours de la dernière décennie; avec des vainqueurs et des perdants qui se distinguaient clairement dans les secteurs de la fabrication, de la vente au détail et de la restauration.

Bien que ces changements soient souvent liés à des évolutions au niveau des technologies de l’information, de la vente au détail et des voyages et échanges commerciaux, le consommateur canadien est sans aucun doute le principal catalyseur de la transformation de l’industrie.

Le rapport CHATS d’IPSOS sur les tendances autour des aliments et boissons en 2017 révèle que l’engagement croissant des individus dans le choix des aliments et boissons consommés au quotidien est au cœur de la transformation des habitudes alimentaires des Canadiens.

D’une conception plus actuelle de la santé - évoluant de la simple attention aux apports nutritifs qui inclut désormais des étiquettes plus claires, des transformations limitées et des bénéfices plus proactifs -  à une exploration gustative plus raffinée – évoluant de l’expansion des cépages et l’accès à davantage de cuisines du monde qui incluent désormais l’origine des produits, les pratiques d’approvisionnement et l’authenticité des produits; les consommateurs attendent sans doute plus.

Ce nouveau degré d’intérêt a généré d’importantes opportunités pour ces organisations qui appliquent une certaine rigueur et discipline pour placer le consommateur au cœur des décisions commerciales clés plutôt que le produit.

Voici un aperçu des tendances identifiées dans l’étude CHATS 2017 qui viennent transformer les choix des Canadiens :

1. Des repas traditionnels de plus en plus sautés

Manquer l’un des repas « traditionnels » est un comportement répandu chez les Canadiens.  Le dîner passe désormais devant le petit-déjeuner en devenant le repas le plus “sauté” de la journée avec plus d’un Canadien sur cinq (22%) affirmant manquer le dîner dans une journée (contre 21% pour le petit-déjeuner). Il est important de souligner que ce comportement de sauter un repas n’est pas aléatoire; les personnes sautant des repas étant tout autant susceptibles de grignoter au cours de la journée que ceux ne sautant pas de repas.  Peut-être que cette élimination des rituels alimentaires traditionnels dénote une perte de priorité quant aux repas classiques; les consommateurs optant plutôt pour une attitude de grignotage tout au long de la journée ou de petits repas.

2. Le facteur “grignotage”

Le comportement dit de “l’entre-deux repas” ou grignotage, représente plus des deux tiers de toutes les occasions d’alimentation (68%) et continue de dominer le paysage des occasions de repas (aliments et boissons).  Le choix des produits de collation varie selon les consommateurs et dépend de paramètres tels que l’heure de la journée et les dynamiques conjoncturelles, en particulier chez ceux qui recherchent une alimentation saine, un gain d’énergie ou des friandises réconfortantes.

3. Moins de planification de repas, plus de spontanéité

Aujourd’hui, les consommateurs n’ont tout simplement pas le temps ou l’envie de planifier leurs repas aussi longtemps à l’avance comme cela pouvait être la norme auparavant. Une accélération de la prise de décision à court terme ou sur le moment vient changer le jeu des spécialistes marketing dans leur approche pour se connecter plus efficacement auprès des consommateurs et leur partager des offres de produits, des recettes ou des promotions. Plus de la moitié des décisions sur ce qu’il y a à manger pour le souper, historiquement le repas le plus planifié de la journée, sont désormais des décisions du jour même, les consommateurs recherchant des informations et des options qui vont les aider à se nourrir eux et leur famille dans l’immédiateté entourant le repas.

4. Une commodité modernisée

La commodité est le facteur dominant qui pousse les consommateurs à prendre des décisions sur quoi manger et boire à un moment donné. Simple, facile, disponible, pas de planification et à proximité ou sur place, sont des critères importants pour déterminer ce qui est commode. Bien qu’il existe bien d’autres options plus axées sur les solutions, le désir de rapidité n’atténue pas le besoin d’un certain niveau d’implication et d’expérience. L’émergence des repas « prêts-à-cuisiner » et des « repas-maison de substitution » (en anglais Home Meal Replacement ou HML), confirme le refus des consommateurs de sacrifier la qualité, la fraîcheur et la nécessité de moins de produits transformés aux besoins de commodité.

5. Une personnalisation des valeurs liées à la santé

Il ne fait aucun doute que la santé représente un besoin omniprésent puisque près de la moitié (40%) de tous les choix concernant les aliments et les boissons sont motivés par le fait que les consommateurs optent pour quelque chose de sain et nutritif. Par ailleurs, plus de la moitié (51%) des adultes affirment rechercher régulièrement des informations sur la qualité, la pertinence et l’aspect santé de ce qu’ils ont choisi. Les consommateurs personnalisent de plus en plus leur définition de la santé délimitée par la transparence, la fraîcheur et la limitation de transformation d’ingrédients simples et de qualité.

L’accent continu mis sur les bénéfices proactifs aidant les personnes à gérer ou à prévenir des conditions préoccupantes nécessite de la spécificité et des détails sur « comment un produit peut me bénéficier ».

La transformation des rituels alimentaires des Canadiens est motivée par leur désir de renouer avec leurs choix d’aliments et de boissons, surtout en raison de l’importance qu’ils donnent au fait de profiter de la vie de manière générale. Comme tous les éléments essentiels qui façonnent nos comportements au jour le jour, manger et la culture alimentaire moderne doivent être expérimentés, explorés, partagés, discutés et appréciés. La reconnexion des Canadiens avec leurs choix et leurs origines marque une nouvelle ère d'engagement et de participation, offrant une abondance de possibilités pour tous.


Kathy Perrotta est Vice-présidente Marketing à Ipsos et dirige l’équipe FIVE. FIVE est un journal quotidien en ligne qui suit le comportement des individus en matière d’alimentation et de boissons dans toutes les catégories/marques, à tous les jours et tous les lieux. Les informations sont enregistrées chaque année parmi 20 000 Canadiens et a débuté en 2013. Nous récoltons également les motivations, les attitudes, les dynamiques conjoncturelles, les habitudes de vie et les détails d'achat qui déterminent le choix des articles. L'équipe FIVE produit un rapport annuel sur les tendances des aliments et des boissons, appelé Canada CHATS, extrait de la vaste base de données FIVE.

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Ipsos Québec