58% des Français sont favorables à l'annulation des Jeux Olympiques

À l'approche des Jeux olympiques d'été de Tokyo 2020, qui doivent commencer le 23 juillet 2021, Ipsos a interrogé via son dispositif international Global Advisor, le point de vue des Français et des citoyens de 27 pays dans le monde sur l’événement : doit-il vraiment se dérouler dans le contexte actuel ? Dans quelle mesure sont-ils personnellement intéressés ? Quel est l'impact des Jeux sur la société au sens large ? Alors que les Français sont 58% à s’opposer à la tenue de l’événement dans le contexte sanitaire, ils sont seulement un tiers (32%) à déclarer s’intéresser à la compétition, faisant de l’Hexagone un des pays les moins enthousiastes face aux Jeux Olympiques.

Auteur(s)

  • Sarah Duhautois Directrice Adjointe Corporate Reputation
  • Damien Barnier Directeur de clientèle, département Market Strategy & Understanding
Get in touch

Chiffres et enseignements clés de l’étude :

  • Plus de la moitié des répondants dans le monde (57%) pensent que l’événement ne devrait pas avoir lieu à cause de l’épidémie de Covid-19. La France se situe dans la moyenne (58%).
  • Les Japonais, hôtes de la compétition, font partie des plus sceptiques : seules 2 personnes sur 10 (22%) sont favorables à ce que la compétition se déroule.
  • La France est le 3e pays le moins intéressé par la compétition sur les 27 testés – seuls 32% s’y intéressent, au même niveau que les Japonais
  • A noter que la France est le pays qui compte le plus de répondants affirmer « ne pas s’intéresser du tout » à la compétition (46%).
  • Les épreuves sportives les plus attendues des Français sont de loin les épreuves d’athlétisme (29%), suivies du football (18%), et des compétitions aquatiques (plongeon, natation, nage synchronisée…) à 16%.
  • Celles qui les enthousiasment le moins sont à égalité les épreuves de baseball / softball et d’haltérophilie (1%).
  • 66% des Français pensent que les athlètes olympiques devraient être prioritaires lors des vaccinations – vs. 71% au niveau global.

58% des Français favorables à l'annulation de l'événement 

Alors que la compétition démarre dans 10 jours, les polémiques ne cessent de pleuvoir sur les Jeux olympiques d’été de Tokyo 2020, reportés l’année dernière à cause de l’épidémie. Et si la compétition démarrera bel et bien la semaine prochaine, son maintien fait encore débat. Ainsi, dans sa nouvelle étude internationale Global Advisor, Ipsos observe que globalement tous les pays interrogés s’accordent à dire que l’événement ne devrait pas avoir lieu (57% des répondants dans le monde) : 58% des Français interrogés partagent également cet avis. Ils sont loin derrière les Japonais, hôtes de la compétition, qui font assez logiquement partie des plus sceptiques : seules 2 personnes sur 10 (22%) sont pour le maintien de la compétition. Avec seulement 14% d’avis favorables, la Corée du Sud, voisine du pays hôte, est le pays le plus hostile au maintien de ces Jeux olympiques.

A noter que 66% des Français pensent que les athlètes olympiques devraient être prioritaires lors des vaccinations, un chiffre bien en deçà de la moyenne mondiale (71%).

Toutefois, 52 % des Français s’accordent à dire que les Jeux olympiques seront une occasion importante pour le monde de se rassembler après la pandémie (contre 62% de la moyenne mondiale). La Turquie et l'Arabie saoudite sont les plus en phase avec cette affirmation (81 % dans les deux cas), ainsi que la Chine (79%) et l’Italie (78%). La Corée du Sud (26%), le Japon (31%) et l'Allemagne (46%) sont, à l’inverse, les moins enthousiastes.

 

Les Français boudent les JO 

Mais si les Français sont majoritairement pour l’annulation de l’événement, c’est aussi peut-être car il n’est pas particulièrement attendu dans l’Hexagone. L’étude révèle en effet que la France est le 3e pays le moins séduit par la compétition : seuls 32% des Français affirment qu’ils s’y intéressent, à égalité avec les Japonais, juste devant la Corée du Sud (30%) et la Belgique (28%). A noter que la France est le pays qui compte le plus de répondants à affirmer « ne pas s’intéresser du tout » à la compétition (46%). A l’inverse, les Indiens (70%), les Sud-Africains (59%), et les Chinois (57%) semblent attendre l’événement avec impatience.

Global Advisor - Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Pour les Français qui suivront la compétition, certaines épreuves du programme sont attendues :  l’athlétisme (29%), le football (18%), la gymnastique (17%) et les compétitions aquatiques de type plongeon, natation course, natation synchronisée et water-polo (16%) seront particulièrement suivies. Les épreuves de vélo (14%) et de tennis (14%) intéressent aussi les Français, suivies par les arts martiaux qui arrivent quant à eux à la 7e place (13%). A l’inverse, les épreuves qui enthousiasment le moins les Français sont le baseball / softball et l’haltérophilie (égalité à 1%).

 

Un événement inspirant pour les jeunes générations 

Mais au-delà des épreuves, les Jeux olympiques ont aussi un impact sociétal souligné par les Français : ils sont ainsi plus de 6 sur 10 (62%) à s’accorder à dire que l’événement peut servir d’inspiration pour que les jeunes générations s’engagent dans un sport.

L’événement a en tout cas un effet fédérateur certain : 54% des Français pensent que les Jeux olympiques soudent le pays (contre 65% de la moyenne mondiale). A noter que ce chiffre atteint les 92% en Chine, pays habitué des médailles d’or.

Mais l’événement est aussi propice à un certain chauvinisme : à l’échelle mondiale, 55% des répondants estiment que les JO affichent de manière trop marquée un certain nationalisme. Une affirmation qui n’est pas partagée par les Français, qui sont 60% à être en désaccord avec cette idée. 

 

Découvrez notre étude complète Global Advisor :


Méthodologie de l’étude :  Enquête menée dans 28 marchés réalisée par Ipsos sur sa plateforme en ligne Global Advisor. Ipsos a interrogé un total de 19 510 adultes âgés de 18 à 74 ans aux États-Unis, au Canada, en Malaisie, en Afrique du Sud et en Turquie, et de 16 à 74 ans dans 23 autres marchés entre le 21 mai et le 4 juin 2021.L'échantillon se compose d'environ 1 000 personnes en Australie, en Belgique, au Brésil, au Canada, en Chine continentale, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie, au Japon, en Espagne et aux États-Unis, et 500 personnes en Argentine, au Chili, en Colombie, Hongrie, Inde, Malaisie, Mexique, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Russie, Arabie saoudite, Afrique du Sud, Corée du Sud, Suède et Turquie. Les échantillons en Argentine, en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Hongrie, en Italie, au Japon, aux Pays-Bas, en Pologne, en Corée du Sud, en Espagne, en Suède et aux États-Unis peuvent être considérés comme représentatifs de leur population adulte générale de moins de 75 ans. Les échantillons au Brésil, en Chine continentale, au Chili, en Colombie, en Inde, en Malaisie, au Mexique, au Pérou, en Russie, en Arabie saoudite, en Afrique du Sud et en Turquie sont plus urbains, plus éduqués et/ou plus aisés que la population générale. Les résultats de l'enquête pour ces pays doivent être considérés comme reflétant les points de vue du segment le plus « connecté » de leur population. Les données sont pondérées de manière à ce que la composition de l'échantillon de chaque marché reflète au mieux le profil démographique de la population adulte selon les données du recensement le plus récent. « La moyenne globale des pays » reflète le résultat moyen pour tous les pays et marchés où l'enquête a été menée. Il n'a pas été ajusté à la taille de la population de chaque pays ou marché et n'est pas destiné à suggérer un résultat total. Lorsque les résultats ne totalisent pas 100 ou que la « différence » semble être de +/- 1 de plus/de moins que la réalité, cela peut être dû à des arrondis, à des réponses multiples ou à l'exclusion des réponses « ne sait pas » ou non déclarées. La précision des sondages en ligne Ipsos est calculée à l'aide d'un intervalle de crédibilité avec un sondage de 1 000 précis à +/- 3,5 points de pourcentage et de 500 précis à +/- 5,0 points de pourcentage. Pour plus d'informations sur l'utilisation des intervalles de crédibilité par Ipsos, veuillez visiter le site Web d'Ipsos. La publication de ces résultats est conforme aux règles et réglementations locales.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Sarah Duhautois Directrice Adjointe Corporate Reputation
  • Damien Barnier Directeur de clientèle, département Market Strategy & Understanding

Plus de contenus sur Culture

Société