Baromètre Politique : forte progression de la popularité de François Hollande

A la suite des attentats du vendredi 13 novembre et de l’annonce d’un ensemble de mesures visant à lutter contre le terrorisme, la cote de popularité du président de la République enregistre une très forte progression et atteint son plus haut niveau depuis trois ans. D’après la nouvelle édition du Baromètre politique Ipsos Le Point, 41% des Français déclarent aujourd’hui porter un jugement favorable sur l’action de François Hollande, soit 17 points de plus que le mois précédent.

Baromètre Politique : forte progression de la popularité de François Hollande

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
Get in touch


Voir le baromètre de l'action politique Ipsos Le Point depuis 1996 :

La progression est quasiment aussi importante que celle mesurée en janvier dernier après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher (+20 points pour atteindre 38%). Elle est cependant un peu moins homogène. Comme en début d’année, le président de la République enregistre de très fortes hausses chez les sympathisants du Front de Gauche (+29 points, à 49% de bonnes opinions), d’EELV (+25 points, à 46%), du Parti socialiste (+19 points, à 80%), voire même des Républicains (+18 points, à 24%). En revanche, il ne gagne que 8 points (à 16% de jugements positifs) chez les proches du Front national, auprès desquels il avait réalisé un bond de 17 points en janvier dernier. Confortés dans leurs convictions (insuffisance des mesures prises pour protéger les frontières, faillite des partis de gouvernement en matière de sécurité), les sympathisants frontistes se rallient nettement moins cette fois-ci au sentiment d’union nationale.    

Manuel Valls voit lui aussi sa cote de popularité progresser mais de façon plus limitée que celle de François Hollande, incarnant moins que le chef de l’Etat la réponse aux attentats. Le Premier ministre gagne 9 points à 47% de jugements positifs, là où il en avait gagné 23 en janvier dernier. S’il est en nette hausse dans son propre camp (80%, +14 points), il ne progresse que de 9 points auprès des sympathisants des Républicains (contre une hausse de 31 points en début d’année) ; il est même en recul chez les proches du FN (16%, -3 points, contre une hausse de 9 points en janvier).    

Autre différence majeure avec le mois de janvier, cette vague post-attentats n’est pas marquée par une plus grande bienveillance des Français à l’égard de la classe politique en général. Quelques personnalités, particulièrement visibles dans cette séquence politique, affichent néanmoins de fortes évolutions à la hausse. C’est notamment le cas de Bernard Cazeneuve qui gagne 9 points à 51% d’opinions positives et atteint son plus haut score depuis son entrée dans ce baromètre. Le Ministre de l’Intérieur progresse chez les sympathisants du Parti socialiste (+13 points, à 67%), des Républicains (+12 points, à 59%), mais, là encore, reste stable chez les proches du Front national (31%). Nicolas Sarkozy, quant à lui, gagne 7 points à 38% d’avis favorables et, surtout, réalise une percée chez les proches des Républicains (+18 points), retrouvant ainsi la première place du classement établi par les sympathisants de droite, avec 80% d’opinions positives, loin devant Alain Juppé (69%, +3 points) et François Fillon (64%, inchangé).    

A noter également la progression de Marine Le Pen (31%, meilleur score depuis février, +4 points), en particulier chez les sympathisants des Républicains (41%, +11 points) et la hausse mesurée pour Anne Hidalgo qui recueille 39% de bonnes opinions (+4 points) auprès des Français et 64% (+13 points) auprès des sympathisants socialistes.

Crédits photo cover : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs

Société