Baromètre politique Ipsos-Le Point : une rentrée politique marquée par une baisse généralisée de la popularité des personnalités politiques, sauf pour Emmanuel Macron

En cette dernière rentrée politique avant l’élection présidentielle, la plupart des personnalités testées dans le baromètre réalisé par Ipsos pour Le Point connaissent une baisse de popularité, parfois très significative. Dans ce contexte, le président de la République est l’un des seuls à voir ses opinions favorables progresser (40%, +1 point,) quand son Premier ministre connaît quant à lui une légère baisse (33%, -2 points).

Auteur(s)

  • Jean Dartout Chargé d'études, Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs
Get in touch

La popularité du Président reste stable depuis le début de la crise sanitaire

A 7 mois de l’élection présidentielle et dans un contexte marqué par les manifestations contre le pass sanitaire, les cotes de popularité du couple exécutif restent stables. Emmanuel Macron prend un point pour s’établir à 40% de jugements positifs, contre 53% (-2 points) d’avis défavorables. Sur un temps plus long, la côte de popularité du président de la République reste globalement stable depuis avril 2020, variant entre 35% et 41% depuis cette date.

Sa progression se traduit notamment par une embellie chez les 60 ans et plus (49%, + 10 points), contrebalancée par une baisse de popularité chez les moins de 35 ans (42%, -6 points) : des évolutions contrastées qui sont peut-être à mettre en regard avec l’impact de la politique sanitaire du gouvernement sur ces deux populations. Par ailleurs, le chef de l’Etat dispose toujours d’un soutien unanime des sympathisants LREM (97%), qui s’est même amélioré depuis juillet avec un gain de 4 points. Parmi les sympathisants LR, 40% jugent favorablement son action,  en recul de 6 points - Emmanuel Macron est à présent plus populaire auprès des sympathisants PS (46%).

A Matignon, Jean Castex perd 2 points de popularité, ce qui le place à 33% d’opinions favorables. Comme le président de la République, le Premier ministre enregistre une baisse de 7 points chez les moins de 35 ans (27% d’avis positifs) mais ne connaît pas une embellie aussi prononcée chez les seniors : seulement 4 points de plus chez les plus de 60 ans (43%).

S’il reste majoritairement impopulaire puisque 53% des Français portent un regard défavorable sur son action, Emmanuel Macron demeure en bien meilleure posture que ses deux prédécesseurs au même stade de leur quinquennat : François Hollande bénéficiait de 15% de jugements favorables en septembre 2016 et Nicolas Sarkozy était crédité de 35% de jugements positifs en septembre 2011, contre 40% pour le Président actuel.

Une baisse généralisée de la popularité des responsables politiques, dans la majorité comme dans l’opposition

A l’approche de la primaire de droite, les candidats annoncés enregistrent tous une baisse marqué. S’il ne participera pas à la primaire, Xavier Bertrand reste le plus populaire (27%), mais il recule très fortement en perdant 10 points. Il est suivi de près par Valérie Pécresse (25%, -9 points), puis par les deux challengers Michel Barnier (22%, -5 points) et Eric Ciotti (12%, -5 points). A noter pour les deux derniers, un important taux d’avis neutres, signe d’une notoriété encore à construire : 40% pour Michel Barnier et 36% pour Eric Ciotti.

Auprès des sympathisants LR, le classement reste inchangé mais on note là aussi une baisse importante de Xavier Bertrand (60%, -14 points) qui perd la première place du classement. Valérie Pécresse connaît un recul moins fort (55%, -5 points), mais cela ne lui permet pas de dépasser le président des Hauts de France. Quant à Michel Barnier (49%, +4 points) et Eric Ciotti (32%, +3 points), ils progressent légèrement au sein de leur base électorale, notamment grâce à des gains en termes de notoriété. A noter surtout une hausse très significative des avis défavorables chez les sympathisants LR : Xavier Bertrand (35%, +19 points), Valérie Pécresse (35%, +11 points), Michel Barnier (31%, +8 points) et Eric Ciotti (54%, + 20 points) voient les opinions négatives à leur égard fortement augmenter.

A gauche, après son annonce de candidature à l’élection présidentielle, Arnaud Montebourg enregistre une baisse d’un point sur l’ensemble des personnes interrogées (19%, -1 point), mais il connaît en revanche une embellie significative auprès des sympathisants FI (45%, +9 points) et PS (33%, + 10 points). De son côté Jean Luc Mélenchon connaît le plus haut taux d’avis défavorable de toutes les personnalités testées (71%, +1 point), contre 19% (-1 point) d’avis favorables. Il aborde la campagne présidentielle en moins bonne posture qu’en septembre 2016, puisqu’à l’époque son image était moins clivante avec 31% de jugements favorables contre 53% de défavorables. Chez les écologistes, Yannick Jadot recueille les avis favorables de 18% des personnes interrogées (-3 points), un score nettement inférieur à celui enregistré par la probable candidate socialiste Anne Hidalgo (26%, -2 points) – toutefois, la maire de Paris recueille aussi beaucoup plus d’opinion négatives (59% contre 47% pour l’écologiste).

Enfin, chez les personnalités de la majorité, seul François Bayrou enregistre une hausse (24%, +1 point). La personnalité préférée du gouvernement reste Roselyne Bachelot, mais même la ministre de la Culture enregistre une baisse de 2 points, atteignant 37% d’avis favorables.

Voir le baromètre de l'action politique Ipsos / Le Point depuis 1996 :


Fiche technique : enquête menée par Ipsos pour Le Point les 3 et 4 septembre 2021 auprès de 1000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Jean Dartout Chargé d'études, Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société