Baromètre Politique : la popularité de l’exécutif se stabilise, mais certains membres du Gouvernement reculent nettement

La vague de janvier du baromètre de popularité réalisé par Ipsos pour Le Point se caractérise par une légère augmentation des jugements favorables envers Emmanuel Macron (30%, +1 point) et Edouard Philippe (30%, +2 points). Cette tendance marque une rupture par rapport à la baisse quasi continue des mois précédents. Pour autant, la popularité de certains des principaux membres du Gouvernement continue à reculer sur la même période.

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Le recul du duo exécutif est enrayé, mais certains membres du Gouvernement voient leur popularité se dégrader

La durée inédite du mouvement social d’opposition au projet de réforme des retraites ne semble plus contribuer à sérieusement écorner l’image du président de la République comme celle du Premier Ministre. Les deux hommes sont perçus favorablement par près d’un tiers des Français (30% de jugements favorables chacun) et gagnent respectivement 1 et 2 points par rapport à la vague de décembre. Ils progressent notamment auprès des retraités et des sympathisants RN, des groupes sociaux sans doute particulièrement sensibles à l’image d’autorité et d’ordre renvoyée par le duo exécutif en cette période de conflit social.

En revanche, la plupart des membres du Gouvernement perd en popularité auprès des Français : si Bruno Le Maire (22%), Marlène Schiappa (20%), Christophe Castaner (18%) et Agnès Buzyn (15%) perdent chacun entre 1 et 3 points d’opinions favorables, c’est Jean-Michel Blanquer qui connaît la chute la plus importante. Le ministre de l'Éducation perd 5 points d’opinions favorables à 19%, passant de la 11ème à la 23ème position dans notre classement des personnalités. Il recueille désormais 49% d’opinions défavorables (+5 points), soit le plus haut taux d’impopularité de sa carrière de ministre.

Dans la majorité, les seules figures qui ne reculent pas au mois de janvier sont celles qui ne sont pas directement associées à la vie politique nationale. C’est notamment le cas du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (33% de jugements favorables, le plus haut taux parmi les membres de la majorité) et du maire de Pau François Bayrou (27% d’avis favorables). En gagnant 6 points en janvier, et surtout 15 points chez les sympathisants LREM/MoDem, il bénéficie sans doute de la visite récente et médiatisée d’Emmanuel Macron dans sa ville qui a pu resouder autour de lui l’électorat de la majorité.

Ségolène Royal en recul après les révélations sur son rôle d’ambassadrice des pôles

Les critiques subies par l’ancienne ministre de l’Environnement à la suite des révélations sur les dépenses de fonctionnement et sur son absentéisme au Conseil de l’Arctique font perdre à Ségolène Royal 3 points, à 24% d’opinions favorables. Parmi les personnalités politiquement actives à gauche, c’est Martine Aubry qui obtient désormais le plus de jugements favorables (29%, +1 point). La maire de Lille gagne une place dans le classement, en se positionnant 7ème, devant François Hollande (11ème, qui gagne 4 points à 27%). Parmi les électeurs PS, l’ancien président de la République jouit même du taux de popularité le plus élevé (70%, +6 points), devant Jack Lang et Martine Aubry (les deux 64%), Benoît Hamon (55%) et Nicolas Hulot (53%). Les potentiels candidats socialistes aux prochaines élections présidentielles sont nettement distancés par l’ancien chef de l’Etat parmi les sympathisants PS : Anne Hidalgo est en 6ème position avec 48% de jugements favorables, Ségolène Royal 7ème à 47% et Bernard Cazeneuve 8ème à 36%.

A la droite, c’est Marine Le Pen qui est, encore une fois, la dirigeante de parti d’opposition la plus appréciée par sa base électorale : avec 86% de jugements favorables chez les sympathisants RN, elle est loin devant Jean-Luc Mélenchon (76% chez les proches de la FI), Christian Jacob (28% parmi les sympathisants LR) et Olivier Faure (20% au PS).

A noter aussi un net recul de la plupart des dirigeants LR parmi les sympathisants de leur parti : Nicolas Sarkozy (77%) perd 16 points, François Baroin (61%) en perd 8, de même que Valérie Pécresse (44%, -10 points) ou Gérard Larcher (42%, -10 points). Mais ce sont Christian Estrosi et Christian Jacob qui perdent le plus en popularité dans leur base : le premier conserve 30% de jugements positif chez les sympathisants LR (-24 points) et le deuxième 28% (-22 points).

Même si elle clive fortement, Anne Hidalgo reste plus appréciée par les Français que ses principaux concurrents pour les élections municipales à Paris

Au niveau national, la cote de popularité de Anne Hidalgo est nettement plus élevée (23%, stable) que celle des deux autres principaux candidats à la mairie de Paris, Cédric Villani (15%, -2 points) et surtout Benjamin Griveaux (9%, -3 points) qui est désormais la dernière personnalité du classement, en 37ème position. Néanmoins, l’actuelle Maire de la capitale se révèle être un personnage polarisant, qui recueille aussi le plus haut taux de jugements négatifs (59%, contre 46% pour Benjamin Griveaux et 39% pour Cédric Villani). A noter toutefois que parmi les répondants résidant l’agglomération parisienne, c’est Cédric Villani qui enregistre la plupart des opinions favorables (33%), devant la candidate de la gauche (24%) et le candidat LREM (15%).


Voir le baromètre de l'action politique Ipsos / Le Point depuis 1996 :

Fiche technique : enquête réalisée par Ipsos pour Le Point auprès de 1004 personnes interrogées les 17 et 18 janvier 2020 et constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Ipsos Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société