Baromètre Politique : le duo exécutif perd en popularité, mais Edouard Philippe résiste mieux que le Président

La vague d’avril du baromètre de popularité réalisé par Ipsos pour Le Point montre que la popularité du président de la République est en nette baisse (38%, -6 points) par rapport au mois précédent, alors que dans le même temps le Premier ministre perd seulement 1 point (à 41%). C’est la deuxième fois depuis le début du quinquennat qu’il y a un tel écart de popularité entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe. En parallèle, la popularité de certains des membres du Gouvernement les plus exposés médiatiquement recule, à l’exception d’Olivier Véran (34%, +2 points) qui confirme sa bonne image.

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Ipsos Public Affairs
Get in touch

La popularité du Président se dégrade, mais pas celle de son Premier ministre

La gravité et la durée de la crise sanitaire ainsi que les difficultés liées à sa gestion ont un impact négatif sur la popularité d’Emmanuel Macron qui recule de 6 points pour atteindre 38%, sans pourtant lui faire perdre tout ce qu’il avait engrangé dans le mois précédent (+14 points). Toutefois, ce recul est très marqué par rapport à la stabilité qui prévaut pour Edouard Philippe : le Premier ministre perd seulement un point à 41% de jugements favorables, soit son deuxième meilleur niveau depuis juillet 2017.

C’est la première fois que l’on constate des évolutions aussi nettement dissemblables entre les deux têtes de l’exécutif depuis le début du mandat, et c’est la deuxième fois que le Premier ministre se situe à un niveau de popularité significativement supérieur à celui du Président. Un écart qui s’explique sans doute en partie par les stratégies de communication différentes adoptées par les deux dirigeants durant la crise actuelle. On note d’ailleurs qu’Emmanuel Macron recule notamment parmi les catégories les plus directement touchées par la crise actuelle (-10 points à 31% chez les répondants âgés de 35 à 59 ans) et qui sont les plus concernées pour leurs enfants et leurs emplois, alors que E. Philippe est plus stable auprès d’eux (-3 points, à 33%).

A l’exception d’Olivier Véran, les membres du Gouvernement reculent sensiblement

Les membres du Gouvernement, et en particulier les plus exposés médiatiquement, reculent plus ou moins sensiblement après la forte hausse du mois dernier : Jean-Yves Le Drian perd 5 points à 33% de jugements favorables, au même niveau que Bruno Le Maire qui perd quant à lui 2 points. Les ministres Jean-Michel Blanquer et Christophe Castaner perdent respectivement 2 et 3 points de popularité, à 27% et 26%. La porte-parole du Gouvernement Sibeth Ndiaye, testée pour la première fois dans notre baromètre, n’enregistre que 12% de jugements favorables contre 63% d’opinions défavorables, se classant en dernière place - un indicateur qui confirme les difficultés de la communication gouvernementale, notamment en période de crise.

Le ministre de la santé Olivier Véran défie en revanche cette tendance à la baisse : avec une cote de popularité en augmentation de 2 points (soit 34% de jugements favorables), il se situe à la 4ème place des personnalités politiques les plus appréciées des Français après seulement deux mois dans notre baromètre. Le ministre est sans surprise particulièrement apprécié des sympathisants LREM (71%, +17 points), mais aussi LR (57%, +12 points).
Dans les rangs de l’opposition, c’est la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse qui progresse le plus ce mois-ci (+5 points à 30%), sans doute grâce à une forte présence médiatique au cours des dernières semaines. En revanche, Anne Hidalgo perd 5 points (27%) et même 26 points chez les sympathisants PS (49%), un recul sans doute en partie « mécanique » suite à la forte hausse enregistré le mois précédant suite à son très bon résultat obtenu lors du premier tour des élections municipales. A noter enfin la perte de popularité des deux personnalités écologistes, Nicolas Hulot et Yannick Jadot, qui enregistrent une perte de respectivement 3 et de 4 points dans le classement général.


Voir le baromètre de l'action politique Ipsos / Le Point depuis 1996 :


Fiche technique : enquête réalisée par Ipsos pour Le Point auprès de 1002 personnes interrogées les 23 et 24 avril 2020 et constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

Téléchargement

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Ipsos Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société