Baromètre politique : légère remontée pour Emmanuel Macron

La popularité d’Emmanuel Macron progresse légèrement (+2 points) en mars après sa chute du mois dernier, la courbe de son Premier ministre suivant une tendance similaire. A droite, Laurent Wauquiez souffre des récentes polémique : les opinions défavorables à son égard progressent nettement tandis que les jugements favorables reculent légèrement. Cette dynamique est tout particulièrement marquée au sein de son propre parti.

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Ipsos Public Affairs
  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs
Get in touch


Un léger rebond qui n’empêche pas les catégories populaires et les retraités de manifester leur mécontentement

Après un net recul de 5 points le mois dernier, la côte de popularité d’Emmanuel Macron repart à la hausse en mars. Avec deux points en plus, il atteint les 37% d’opinions favorables et retrouve un niveau plus proche de celui de N. Sarkozy en mars 2008 (41%) que de F. Hollande en mars 2013 (31%). Reste que les opinions défavorables à son égard progressent sensiblement auprès des catégories populaires (+3 points chez les ouvriers à 63%) de même que chez les retraités (+3 points à 58%), des groupes particulièrement rétifs aux mesures fiscales adoptées ces derniers mois.

L’évolution de la popularité des Présidents en début de mandat

L’évolution de la popularité des Présidents en début de mandat


Déjà en fort recul le mois dernier (-9 points), l’approbation de l’action présidentielle chez les sympathisants PS chute encore de 4 points (32%, contre 62% d’opinions défavorables) : la réforme de la SNCF, le projet de loi sur l’immigration et les mesures fiscales semblent particulièrement mal perçues au sein de cet électorat. La stagnation est de mise du côté des sympathisants LR, (+1 point d’opinions favorables à 37%, contre 58% d’opinions défavorables), la volonté affichée de l’Exécutif de supprimer le statut des cheminots et de mieux maîtriser l’immigration n’ayant a priori pas d’effet. De fait, les sympathisants de ces deux partis, jusqu’ici attentistes vis-à-vis de l’action de la majorité, tendent désormais à s’ancrer fermement dans l’opposition. A noter en revanche le léger rebond parmi les sympathisants FN (16%, +5 points), peut-être en lien avec les discussions autour du projet de loi sur l’immigration largement critiqué à gauche.

L’évolution des opinions favorables envers E. Macron chez les sympathisants PS et LR

L’évolution des opinions favorables envers E. Macron chez les sympathisants PS et LR

Quant à la cote de popularité du Premier ministre, elle s’établit à 35% (+1 point) d’opinions favorables contre 54% de jugements défavorables (+3 points). Le chef du Gouvernement recule nettement dans son parti d’origine : 38% (-9 points) des sympathisants LR approuvent son action, contre 54% (+9 points) qui sont désormais d’un avis inverse. Le décrochage est aussi très sensible chez les retraités, qui lui accordent désormais 40% d’opinions favorables (-3 points) et 57% d’opinions défavorables (+8 points) : si le couple exécutif porte solidairement le poids de la hausse de la CSG, c’est le Premier ministre qui en fait le plus les frais à ce stade. 

Face aux polémiques, Laurent Wauquiez retrouve son niveau d’avant son élection à la tête des Républicains

La récente visibilité médiatique de Laurent Wauquiez ne lui aura pas réussi sur la longueur. Certes, sa notoriété progresse fortement : seuls 19% des Français n’ont désormais pas d’opinion à son égard, contre 25% le mois dernier et 32% en novembre 2017, avant son accession à la tête des Républicains. Pour autant, la polémique soulevée par ses propos tenus devant les étudiants de l’EM Lyon lui a nettement coûté en popularité : il recule de 2 points à 15% auprès de l’ensemble des Français, mais surtout les opinions défavorables à son égard gagnent 8 points pour s’établir à 66%. Pire, alors qu’il était parvenu à sensiblement améliorer son image au sein de l’électorat LR en janvier, il s’effondre à nouveau : -12 points à 40% d’opinions favorables, contre 49% d’opinions défavorables (+20 points). Ses prises de parole n’ont toutefois pas unanimement déçu : les sympathisants des partis plus radicaux ainsi que les « sans partis » ont désormais une image plus favorable du président des Républicains : +9 points chez les sympathisants FI/PC, +7 points chez les sympathisants FN, +3 points chez les personnes ne déclarant pas de préférences partisanes.

L’évolution de la popularité de Laurent Wauquiez

L’évolution de la popularité de Laurent Wauquiez


Les membres du Gouvernement gagnent en notoriété - avec des effets disparates sur leur popularité

Nicolas Hulot perd sa place de personnalité politique préférée des français mais progresse néanmoins de 2 points pour atteindre les 42%. Le ministre de la Transition Ecologique est porté par les sympathisants du centre (LREM-MoDem) chez qui il enregistre 6 points de hausse des opinions favorables et atteint 75%.

De son côté, Jean-Michel Blanquer continue de s’installer dans le paysage politique. Sa notoriété est en hausse de 5 points avec désormais plus d’un Français sur deux qui est à même d’exprimer un avis sur son action, ce qui se traduit par 3 points d’approbation supplémentaires (à 19%). 

Si elle reste à une place modeste du classement (31ème sur 34 personnalités testées), Muriel Pénicaud progresse ce mois-ci alors qu’elle présentait le 5 mars sa réforme de la formation professionnelle. Avec une notoriété en hausse (45% ne se prononcent pas à son égard, contre 51% en février), elle glane 4 points d’approbation et s’installe à 14% d’opinions favorables (+4 points) alors qu’elle s’attaque désormais à la réforme de l’assurance-chômage.

En revanche, le ministre de l’Action et des Comptes Publics Gérald Darmanin subit une nouvelle dégradation de son image : il conserve certes 15% de jugements favorables (+1 point), mais les opinions défavorables sont en forte hausse (+8 points en mars, et au total +17 points depuis février) pour s’établir à 50%. Contrairement au ministre de l’Education nationale, l’ancien maire de Tourcoing ne profite pas d’un effet positif suite à son passage à L’Emission Politique et les accusations dont il a été l’objet semblent lui être durablement dommageables.

Un retour médiatique payant pour le FN avec son congrès de refondation

L’actualité autour du FN bénéficie à sa présidente qui progresse après plusieurs mois de baisse continue et retrouve son niveau d’approbation d’octobre dernier (+3 points, 23%). Auprès des sympathisants de son parti, Marine Le Pen engrange aussi des points en atteignant 83% d’opinions favorables (+6 points). Marion Maréchal-Le Pen profite elle aussi de son actualité médiatique (invitation à la Conservative Political Action Conference) pour s’établir à 25% d’opinions favorables, en hausse de 3 points. Auprès des sympathisants du Front National, l’écart se resserre entre les deux femmes : la cadette enregistre en effet une progression de 9 points d’approbation et atteint les 80%.

L’évolution de la popularité de Marine Le Pen et de Marion Maréchal-Le Pen 

L’évolution de la popularité de Marine Le Pen et de Marion Maréchal-Le Pen

 

Voir le baromètre de l'action politique Ipsos / Le Point depuis 1996 :


Téléchargement

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Ipsos Public Affairs
  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société