Baromètre politique : L'Exécutif reste stable face à une opposition en difficulté

Le jugement des Français vis-à-vis d’Emmanuel Macron se dégrade très légèrement en juin. Dans un contexte qui reste difficile pour l’Exécutif, cette relative stabilité s’explique avant tout par les difficultés auxquelles font face les dirigeants de l’opposition.

Baromètre politique : L'Exécutif reste stable face à une opposition en difficulté

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs
  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Une relative stabilité de la popularité du Président

Avec 36% de jugements favorables sur son action, la cote de popularité d’Emmanuel Macron recule de 1 point en juin, et de 4 points par rapport à avril. Parallèlement, les opinions défavorables gagnent 1 point à 59% et 7 points en deux mois. Ainsi, si le niveau de la popularité du chef de l’Etat est encore assez nettement supérieur au chiffre enregistré en septembre 2017 (32%), son solde (opinions positives – opinions négatives) est de -23 points, le plus bas niveau mesuré depuis son accession à l’Elysée. Quant au Premier ministre, sa popularité est stable : 34% des Français (-1 point) jugent positivement son action, quand 54% (-1 point) la jugent négativement.

Les deux hommes enregistrent notamment une nette progression dans l’électorat de droite, qui semble mois après mois très incertain à leur égard : Emmanuel Macron recueille 44% de jugement positifs auprès des sympathisants LR (+15 points) après un fort recul le mois dernier ; quant à Edouard Philippe, il est crédité de 45% de jugements positifs, en hausse de 5 points. Les évolutions auprès des sympathisants des autres partis sont en revanche beaucoup plus limitées.

Parmi les membres du Gouvernement, on enregistre un recul assez marqué en juin : Gérard Collomb perd 4 points à 23%. Le ministre de l’intérieur paie notamment ses prises de positions sur l’immigration et recule fortement au PS (-7 points à 25%) et à LREM (-9 points à 55%). Logiquement, il progresse en revanche sensiblement à droite : 38% des sympathisants LR apprécient dorénavant son action, en hausse de 8 points. A noter aussi le recul progressif de Nicolas Hulot, qui avec 39% de popularité (-2 points) atteint son plus bas niveau : si sa popularité reste très forte chez les proches de LREM (66%), elle s’est en revanche fortement dégradée au cours des derniers mois auprès des sympathisants socialistes (45%, -9 points).

Des dirigeants de l’opposition qui restent peu crédibles aux yeux des Français

La relative stabilité de la popularité du couple exécutif s’explique notamment par la faiblesse de l’opposition

A gauche, Olivier Faure ne parvient toujours pas à convaincre les Français : 59% d’entre eux n’ont pas d’opinion bien précise à son égard, et seuls 8% ont une opinion positive, soit des niveaux similaires à ceux enregistrés au moment de son entrée dans le baromètre en mars dernier. Quant aux sympathisants PS, seuls 14% ont une bonne opinion du leader socialiste (-7 points) contre 35% (+8 points) qui en ont une image défavorable, ce qui le place à la 23ème place sur 34 des personnalités testées dans le baromètre. 

A droite, Laurent Wauquiez, s’il ne souffre pas d’un déficit de notoriété (79% des Français ont une opinion à son égard), n’en reste pas moins assez largement rejeté : 15% des Français jugent favorablement son action, contre 64% qui la jugent négativement, ce qui le situe à la 29ème place des 34 dirigeants testés auprès du grand public. Chez les sympathisants LR, il est à la 12ème position avec 38% d’opinions positives (contre 55% de négatives), en recul de 6 points par rapport au mois dernier. Ce recul est concomitant à une progression des leaders historiques : Nicolas Sarkozy gagne 6 points à 80%, Alain Juppé 17 points à 60%, François Fillon 14 points à 60%... Surtout, Valérie Pécresse, qui s’est mise en avant au cours des dernières semaines (lancement du mouvement Libres !, prise de position sur l’augmentation du SMIC) progresse très fortement (+21 points à 63%), au point de devenir la deuxième personnalité la plus populaire auprès des sympathisants LR derrière Nicolas Sarkozy.

Enfin, les dirigeants de la FI et du FN, s’ils restent largement populaires auprès des sympathisants de leurs partis respectifs, ne parviennent pas à franchir ce cercle : si 92% des sympathisants FI jugent positivement l’action de Jean-Luc Mélenchon, ce n’est vrai que de 26% des Français ; de même, 92% des proches du FN apprécient Marine Le Pen, mais seulement 25% de l’ensemble des Français.

Voir le baromètre de l'action politique Ipsos / Le Point depuis 1996 :

 

 

Téléchargement

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs
  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société