Baromètre Politique : nouvelle baisse de popularité pour Manuel Valls

La vague de juin du baromètre Ipsos/Le Point a été réalisée dans un climat d’extrême tension au sein de la société française marqué par un nouvel attentat terroriste, des grèves et des manifestations contre la loi travail et les violences qui ont émaillé les cortèges. Loin d’apaiser les tensions, l’Euro de football est également entaché par de nombreux débordements. Dans ce contexte, le discours de l’exécutif sur l’amélioration de la situation du pays peine à être audible. La popularité de François Hollande est au plus bas, alors que celle de Manuel Valls continue de décrocher.

Baromètre Politique : nouvelle baisse de popularité pour Manuel Valls

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
  • Vincent Dusseaux Directeur d'études, Ipsos Loyalty
Get in touch

L’IMPOPULARITÉ RECORD DU PREMIER MINISTRE

La forte baisse de la popularité de Manuel Valls constitue l’élément le plus marquant de ce baromètre. Désormais, 77% des Français portent un jugement défavorable sur son action (+7 points en un mois) contre seulement 20% d’avis favorables (-5). C’est un record d’impopularité pour un Premier ministre depuis la création du baromètre en 1996. Jamais un Premier ministre n’avait obtenu si peu de jugements positifs (précédent record : Jean-Marc Ayrault, crédité de 23% d’opinions positives en novembre 2013) et autant de jugements négatifs (précédent record : Alain Juppé, 73% d’opinions négatives en novembre 1996).

La chute de l’actuel locataire de Matignon est spectaculaire depuis février 2016 (-15 points), date à laquelle le projet de loi travail est présenté pour la première fois. Son action crispe fortement les sympathisants de gauche. Il bascule dans l’impopularité au PS (53% d’avis défavorables, +7 en un mois et +16 depuis février) et recule très fortement au Front de gauche (90%, +7 en un mois et +19 par rapport à février) et chez les sympathisants d’Europe-Ecologie/Les Verts (83%, +12). Son impopularité est par ailleurs très forte à droite et progresse encore : 83% (+7) des sympathisants LR sont défavorables à son action et 97% (+13) des sympathisants FN. Seule amélioration, sa volonté de ne pas céder sur la loi travail séduit une partie croissante de l’électorat du centre : +6 points de popularité au Modem (32%) et +10 à l’UDI (28%).

La situation de François Hollande n’est guère plus enviable. Avec 16% de jugements favorables, le Président perd les deux points de popularité gagnés dans la vague précédente. Il est stable au PS (43%) mais recule au Front de gauche (14%, -5) et chez Europe-Ecologie/Les Verts (17%, -11). 

À GAUCHE, EMMANUEL MACRON EST DANS UNE MAUVAISE PASSE ; À DROITE NICOLAS SARKOZY RÉDUIT L’ÉCART AVEC ALAIN JUPPÉ AUPRÈS DES SYMPATHISANTS LR

Pour les autres personnalités, la plus forte baisse concerne Emmanuel Macron. Avec 38% de jugements positifs (-6 points) le ministre de l’Economie traverse une forte zone de turbulences (« polémique du costume », montant de son ISF) qui impacte sa popularité. Il recule chez les moins de 35 ans (-15), les salariés du public (-14) et auprès des sympathisants socialistes (-12, après une hausse de 8 points en mai).

La plus forte hausse concerne Nicolas Sarkozy. L’ancien Président est dans une dynamique favorable. Il gagne 5 points en un mois auprès de l’ensemble des Français (31% d’avis positifs). Il reste cependant très loin d’Alain Juppé (49%, -3) qui conserve la tête du palmarès. En campagne pour la primaire, le maire de Bordeaux voit son image se cliver dans l’opinion : il perd 9 points de popularité au PS (46% d’avis favorables).

Auprès des sympathisants LR, l’écart entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se réduit très nettement. Le premier totalise 70% d’avis favorables (-3). Il est quasiment rejoint par le second (68%, +6 soit seulement 2 points de différence). 

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR JEAN-LUC MÉLENCHON ET MARINE LE PEN

La popularité de Jean-Luc Mélenchon est stable auprès des Français. 33% (-1) des Français sont favorables à son action. A noter toutefois que le leader du Parti de Gauche convainc de plus en plus à gauche : il totalise 53% d’avis positifs auprès des sympathisants de gauche (contre 47% en moyenne en 2015) et fait le plein au sein de son propre camp (87% d’avis positifs, +3 au Front de Gauche).

Marine Le Pen gagne 3 points de popularité auprès des Français mais reste à un niveau plutôt faible (25%, contre 28% en moyenne en 2015 et 31% en 2014). La « séquence loi travail » ne semble pas favorable à la présidente du Front national qui peine à faire entendre sa voix sur ce dossier.

Voir le baromètre de l'action politique Ipsos Le Point depuis 1996 :
 

Téléchargement

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
  • Vincent Dusseaux Directeur d'études, Ipsos Loyalty

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société