Présidentielle 2022 | Quelles alliances pour la gauche ?

A 6 mois de l'élection présidentielle 2022, Ipsos et Sopra Steria font le point sur la perception des candidats des partis de gauche et les perspectives d'alliance pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et franceinfo.

Election présidentielle | France | Ipsos

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs
Get in touch

Alors que la campagne pour l’élection présidentielle de l’an prochain est désormais lancée, les Français proches de la gauche jugent très majoritairement (66%) qu’il serait préférable que les différents partis de gauche soient rassemblés derrière un candidat commun : ce chiffre est de 62% parmi les sympathisants FI, 69% chez les proches d’EELV et jusqu’à 72% au PS.
Pour autant, les Français de gauche sont très pessimistes quant à la perspective d’une union entre ces partis de gauche : ils sont 64% à penser qu’elle ne se produira pas, avec des niveaux très proches dans les différents partis. Une situation qui s’explique par le fait que les sympathisants de gauche jugent qu’il y a des différences « incompatibles » entre les propositions de Jean-Luc Mélenchon et celles des autres candidats. Les différences se font moins ressentir entre propositions de la maire de Paris et du candidat écologiste : seuls 25% les considèrent comme incompatibles. De plus, aucun consensus n’émerge à propos d’un candidat pour représenter l’ensemble de la gauche : Jean-Luc Mélenchon qui arrive en tête auprès des sympathisants de gauche (25%, mais 73% chez les proches de la FI), largement devant Anne Hidalgo (15%, dont 33% chez les sympathisants PS) et Yannick Jadot (14%, et 39% chez les proches d’EELV). A noter cependant qu’ils sont 26% à dire ne préférer aucun candidat en particulier, l’important étant l’union (dont 32% chez EELV).

A la peine dans les sondages d’intentions de vote, l’expérience de la maire de Paris est la première qualité que lui accorde l’ensemble de notre échantillon (35%), devant le fait qu’il est important d’élire une femme présidente de la République (28%). Ces éléments arrivent aussi en tête chez les Français de gauche. Ils sont néanmoins 39% à considérer qu’elle ne comprend pas assez les Français qui vivent hors de Paris (et même 42% parmi les sympathisants de gauche) et 33% à déclarer que ses propositions ne sont pas crédibles. Son incapacité à rassembler les Français (30%) et son manque de stature présidentielle (28%) sont également pointés du doigt.


Fiche technique : enquête Ipsos-Sopra Steria pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et franceinfo menée du 21 au 22 octobre 2021 auprès de 993 personnes constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société