What Worries the World ? - La pandémie reste la principale préoccupation

Les niveaux d'inquiétude concernant le Coronavirus restent stables dans le monde entier, mais la situation demeure instable. Les inquiétudes concernant la Covid-19 augmentent dans un certain nombre de pays, alors qu'elles commencent à diminuer dans d'autres. En effet, la Covid-19 reste la première préoccupation au niveau mondial dans notre enquête "What Worries the World" menée dans 28 pays, une tendance observée depuis que nous avons commencé à la suivre aux côtés des 17 autres préoccupations analysées en avril 2020.

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre
Get in touch

Quelques point à retenir :

  • En avril 2021, 45 % des répondants affirment que le Covid-19 est l'un des principaux problèmes auxquels leur pays est confronté, ce qui correspond aux niveaux de mars.
  • Cette apparente stabilité à l'échelle mondiale cache de fortes disparités entre les pays pays. Nous constatons une forte hausse du niveau de préoccupation concernant la Covid-19 au Chili (+23 points depuis mars), en Argentine (+13 points) et en Turquie (+11 points).
  • En revanche, c'est en Israël (-31 points), en Grande-Bretagne (-8 points) et en Italie (-7 points) que l'inquiétude a le plus diminué.
  • À 35 % au niveau mondial, l'inquiétude sur la question du chômage est à son plus bas niveau depuis 12 mois, après une période de forte appréhension durant la pandémie.
  • Deux tiers (65 %) des personnes, selon notre moyenne mondiale, affirment que leur pays est engagé dans la mauvaise direction.

 

1. Covid-19

Les pays rapportant les plus hauts niveaux de préoccupation concernant la Covid-19 en avril 2021 sont la Malaisie (65%), le Japon (64%) et le Pérou (60%). Pour le septième mois consécutif, la Malaisie est la nation la plus préoccupée par la Covid-19. Le score du Japon reflète une augmentation de 6 points depuis le mois dernier, tandis que les Péruviens (+3 pts) n'ont jamais été aussi préoccupés par la pandémie depuis juin 2020.

Les inquiétudes liées au Coronavirus ont augmenté d'un mois sur l'autre dans de nombreux pays, notamment au Chili (+23 points pour atteindre 53 %), en Argentine (+13 points pour atteindre 31 %) et en Turquie (+11 points pour atteindre 38 %). Dans le même temps, le part de la population considérant la Covid-19 comme une préoccupation majeure a diminué de 31 points en Israël, qui est désormais le pays le moins inquiet sur la question du virus.

Depuis le mois dernier, la Covid-19 est devenue la principale préoccupation dans quatre autres pays : le Chili, l'Inde, la Pologne et la Corée du Sud. Ils rejoignent la liste des pays où le coronavirus est actuellement le plus préoccupant (17 sur 28 au total) : Australie, Belgique, Brésil, Canada, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Japon, Malaisie, Pays-Bas, Pérou, Arabie saoudite et États-Unis. C'est également la première préoccupation en Espagne, avec le chômage.

2. Chômage

Le chômage est actuellement la deuxième plus grande préoccupation dans le monde ; 35 % déclarent qu'il s'agit de l'un des problèmes les plus importants auxquels leur pays est confronté aujourd'hui, soit une baisse de 2 points par rapport au mois dernier. Il s'agit du pourcentage le plus bas enregistré depuis avril 2020. En mai 2020, le niveau mondial de préoccupation est passé à 42 %, amorçant une période d'inquiétude élevée concernant l'emploi, probablement en raison de la pandémie.

Six personnes sur dix en Afrique du Sud (61 %), en Italie (60 %) et en Espagne (59 %) comptent le chômage parmi les problèmes les plus importants dans leur pays aujourd'hui. Il s'agit également de la première préoccupation en Colombie, en Italie, en Afrique du Sud et en Turquie.
C'est au Chili (+6 points) que l'on observe la plus forte augmentation du niveau de préoccupation par rapport au mois précédent.

3. Pauvreté et inégalité sociale

Trois personnes sur dix (31 %), tous pays confondus, déclarent que la pauvreté et les inégalités sociales sont l'un des problèmes majeurs que rencontre leur pays aujourd'hui. Le score moyen des pays est resté globalement stable sur cette mesure au cours de l'année écoulée.

La Russie continue d'occuper la première place lorsqu'il s'agit de s'inquiéter de la pauvreté et des inégalités sociales, 58 % des personnes interrogées ayant choisi cette question. Quatre personnes sur dix au Chili (44%), en Colombie (42%) et en Pologne (40%) pensent également qu'il s'agit de l'un des problèmes les plus importants dans leur pays.

Les plus fortes augmentations des préoccupations enregistrées pour ce sujet par rapport au mois dernier sont observées au Brésil (+8 points), au Mexique (+6), aux Pays-Bas (+6) et au Pérou (+5).

4. Corruption financière/politique

Il s'agit de la quatrième préoccupation mondiale de notre enquête. En moyenne, 30 % des personnes interrogées dans tous les pays la considèrent comme l'un des principaux problèmes auxquels elles sont confrontées aujourd'hui.

Une augmentation de 7 points de l'inquiétude en Afrique du Sud et une baisse de 7 points en Russie placent ces deux pays en tête du classement ; 57 % de la population de chacun de ces pays se dit préoccupée par la corruption.

La Corée du Sud (+10 points) et l'Arabie saoudite (+10 points également) ont connu des augmentations notables de leur niveau de préoccupation au sujet de la corruption ce mois-ci.

5. Crime et violence

La criminalité et la violence constituent la cinquième source d'inquiétude en avril 2021, un répondant sur quatre (25 %), tous pays confondus, la considérant comme l'un des problèmes les plus importants pour son pays.

Ce mois-ci, la criminalité et la violence sont la première préoccupation en Argentine, en Israël et en Suède, tandis que les Mexicains sont à égalité avec le chômage.

Les plus fortes augmentations mensuelles des préoccupations liées à la criminalité et à la violence sont observées en Grande-Bretagne (+9), en Israël (+8) et aux États-Unis (+7).

Dans la bonne direction, ou sur la mauvaise voie ?

Les perspectives d'avenir se sont assombries, puisque 65 % des personnes interrogées (moyenne mondiale) estiment que leur pays va dans la mauvaise direction - le chiffre le plus élevé depuis cinq ans.

Ce chiffre atteint 89 % au Pérou (qui a tenu des élections générales peu après la réalisation de l'enquête), ce qui en fait la nation la plus pessimiste en termes d'évolution pour le quatrième mois consécutif. Ses voisins latino-américains, la Colombie (84 %) et le Chili (82 %), constituent les trois pays les moins positifs quant à l'avenir immédiat.

C'est en Allemagne (+12 points), en Belgique (+8), au Chili (+7) et au Brésil (+7 également) que l'on observe les plus fortes augmentations, d'un mois sur l'autre, des personnes affirmant que leur pays se trouve sur la "mauvaise voie".
Une large majorité en Arabie saoudite (90 %) affirme que les choses vont dans la bonne direction dans leur pays, et nous constatons également des niveaux élevés de positivité sur cette mesure en Inde (63 %), en Australie (60 %) et en Malaisie (56 %). Les avis sont plus partagés au Canada (50%) et en Grande-Bretagne (49%).


Fiche technique : enquête réalisée dans 28 pays auprès de 20 524 adultes de moins de 75 ans entre le 26 mars et le 9 avril 2021 sur la plateforme en ligne Global Advisor d'Ipsos.

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre

Société