La majorité (64%) des Canadiens se feraient vacciner contre la COVID-19, mais des doutes pointent à l’horizon

Sept Canadiens sur dix (71%) se disent inquiets des effets secondaires associés à un vaccin contre le virus

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Québec
Get in touch

Montréal, QC, 2 décembre 2020 — Des défis de taille se profilent pour les autorités sanitaires nationales relativement à la campagne de vaccination contre la COVID-19 qui pointe à l’horizon. Le plus récent sondage Ipsos pour la Société Radio-Canada démontre que les Canadiens ne sont pas du tout unanimes quant à leurs désirs de se faire vacciner et encore moins de le faire le plus rapidement possible.

Alors que 64% des Canadiens disent qu’ils se feront vacciner quand un vaccin sera approuvé par Santé Canada et rendu disponible à la population générale, un citoyen sur cinq (21%) demeure incertain et 16% ne croient pas le faire.  Les hommes sont plus susceptibles de dire qu’ils se feront vacciner par rapport aux femmes (68% v. 60%), ainsi que les Canadiens plus âgés par rapport aux autres tranches d’âge (71% parmi les 55 ans et plus; 59% parmi les 35 à 54 ans; 60% parmi les 18 à 34 ans).

 

Intéressés à se faire vacciner, mais hésitants face aux risques perçus

Cependant, les Canadiens qui souhaitent se faire vacciner ne veulent pas nécessairement le faire immédiatement. Ainsi, seulement 36% de ceux qui veulent se faire vacciner le feraient le plus vite possible, alors que 38% attendraient un ou deux mois, 15% attendraient plusieurs mois avant de prendre une décision et 11% ne savent pas combien de temps ils attendraient.

Pour ce qui est de la vaccination obligatoire une fois un vaccin disponible, une majorité (56%) se dit favorable à l’idée, laissant toutefois 34% qui sont opposés à l’idée et 10% qui ne savent pas.  L’appui à une vaccination obligatoire est marqué chez ceux qui se feront vacciner (81%), alors que seulement 4% de ceux qui ne se feront pas vacciner sont d’accord.

Pas moins de 71% des Canadiens se disent inquiets des possibles effets secondaires d’un vaccin contre la COVID-19.  Bien que ce sentiment soit particulièrement fort chez ceux qui ne comptent pas se faire vacciner (88%), il demeure présent chez une forte majorité (60%) de ceux qui pensent se faire vacciner.  

 

L’influence des médias

La résistance à la vaccination contre la COVID-19 est liée aux perceptions des Canadiens sur différentes idées qui contredisent les messages des autorités sanitaires et qui circulent sur diverses plateformes.  Des minorités importantes sont ainsi d’accord avec l’idée que les risques de la pandémie sont exagérés (29% d’accord, dont 66% chez ceux qui ne comptent pas se faire vacciner), que l’on peut vaincre la COVID-19 sans vaccin (28% d’accord; 75% chez ceux qui ne comptent pas se faire vacciner) ou encore se disent opposés aux vaccins en règle générale (25% d’accord; 59% chez ceux qui ne comptent pas se faire vacciner).  Les Canadiens âgés de 18 à 34 ans sont aussi plus susceptibles de partager ces points de vue que les plus âgés.

Une majorité de citoyens se dit favorable à l’idée que seulement les personnes vaccinées puissent prendre part à diverses activités durant la première année de la campagne de vaccination.  Entre un quart et un tiers (selon les types d’activités) de ceux qui ne comptent pas se faire vacciner se disent d’accord avec ces restrictions malgré les conséquences personnelles directes. 

Les résultats du sondage démontrent que les opinions des Canadiens sur la vaccination et sur la lutte contre la COVID-19 sont directement influencées par leurs principales sources d’information sur la pandémie.  Ceux qui dépendent avant tout des médias sociaux, de la radio, ou qui ne s’informent pas sur la pandémie sont ainsi beaucoup plus susceptibles d’accepter les idées allant à l’encontre des messages des autorités sanitaires que ceux qui s’informent via les grandes chaînes médiatiques télévisées ou en ligne, ainsi que les journaux imprimés ou numériques.

 

 

À Propos de l’Étude

Les résultats présentés dans ce rapport sommaire sont issus d’un sondage web d’Ipsos tenu pour le compte de la Société Radio-Canada du 20 au 25 novembre 2020. Un total de 3 001 Canadiens et Canadiennes de plus de 18 ans ont pris part à ce sondage. Une pondération a été appliquée à l’échantillon total en fonction de l’âge, du sexe, de la région, du niveau d’éducation pour assurer que la composition de l’échantillon final soit représentative de la population adulte du Canada selon les données du recensement de Statistique Canada. Puisqu’un échantillon web n’est pas considéré probabiliste, Ipsos n’applique pas de marge d’erreur globale à ce sondage. La précision des sondages non-probabilistes d’Ipsos est plutôt mesurée par un intervalle de crédibilité. L’intervalle de crédibilité pour ce sondage est de ± 2,0%, dans 19 cas sur 20. L’intervalle de crédibilité est plus grand pour les sous-groupes de la population.  Tous les sondages par échantillon peuvent être soumis à d’autres sources d’erreur, incluant une erreur de couverture ou de mesure. Ipsos respecte et appuie les normes de publication établies par le CRIC, disponibles ici.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Sébastien Dallaire
Directeur général, Ipsos Québec
+1 514 904-4324
sebastien.dallaire@ipsos.com

 

À Propos d’Ipsos

Ipsos est la troisième plus grande compagnie d’études de marché dans le monde, étant présente dans 90 pays et employant plus de 18 000 personnes.

Nos équipes de professionnels, analystes et scientifiques passionnées ont bâti des domaines d’expertise multidisciplinaires qui fournissent à nos clients une compréhension réelle et approfondie des actions, opinions et motivations des citoyens, consommateurs, patients, clients ou employés. Nous servons plus de 5 000 clients dans le monde avec plus de 75 solutions d’affaires.

Fondée en France en 1975, Ipsos est coté en bourse à Euronext Paris depuis juillet 1999. La compagnie fait partie des index SFB 120 et Mid-60 et est éligible au Service de règlement différé (SRD).

ISIN code FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP

www.ipsos.com

 

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Québec

Société