58% des citoyens prévoient de changer leur comportement en faveur de l'environnement en 2022

Si la population est de plus en plus consciente de l'urgence de la crise climatique, cela ne s'est pas traduit par des changements clairs dans les actes. La proportion des citoyens qui prévoient de changer leurs habitudes en faveur de l'environnement au cours de l'année à venir n'a pas augmenté de manière significative depuis 2021.

Lorsqu'on demande quels changements les citoyens sont susceptibles de faire pour lutter contre le changement climatique, supprimer les emballages excessifs arrive toujours en tête : 58 % des répondants prévoient d'apporter ce changement au cours de l'année à venir (contre 59 % en 2021). L'intention de changement se fait moins ressentir pour les actions à plus fort impact, comme le changement de régime alimentaire, bien qu'il y ait eu une augmentation des attentes de changement pour ces mesures depuis 2021.
La population comprend mal ce qu'elle peut faire en tant qu'individu pour réduire sa contribution aux émissions de carbone. La réduction des emballages et la baisse des achats sont considérés à tort comme des priorités, tandis que prendre moins l'avion ou adopter un régime végétalien (qui ont un impact beaucoup plus important) ne sont pas considérés par la plupart des gens comme ayant un impact majeur.

La moyenne mondiale des pays montre que les gens sont plus susceptibles d'essayer de réduire leurs émissions en évitant les produits qui ont beaucoup d'emballages (58%). Les habitants de la Chine (76 %), de la Corée du Sud (72 %) et de la Malaisie (68 %) sont les plus susceptibles de procéder à ce changement. Éviter d'acheter de nouveaux produits (54 %), économiser l'eau à la maison (52 %) et économiser l'énergie à la maison (52 %) sont également des options légèrement plus populaires.

 

Une moyenne mondiale de seulement 39 % des personnes interrogées reconnaissent que leur gouvernement a mis en place un plan clair sur la façon dont le gouvernement, les entreprises et les citoyens vont travailler ensemble pour lutter contre le changement climatique. Les gens sont divisés sur la question de savoir si leur pays - ou d'autres pays dans le monde - fera des progrès significatifs pour atténuer le changement climatique dans les dix prochaines années.

 

Le public pense qu'il existe une responsabilité partagée entre le gouvernement, les entreprises et les particuliers pour lutter contre le changement climatique. Certains secteurs d'activité sont considérés comme ayant une plus grande responsabilité dans la réduction de leur contribution au changement climatique - notamment les entreprises du secteur de l'énergie (82 %), les constructeurs automobiles (80 %), les compagnies aériennes (77 %) et les fournisseurs de transports publics (77 %).

 

Peu de progrès ont été constatés dans les intentions de prendre des mesures individuelles et la confusion règne toujours quant aux actions qui ont le plus d'impact sur la lutte contre le changement climatique.

 

 

Société