61 % des personnes interrogées dans le monde pensent que la guerre en Ukraine représente un risque important pour leur pays

L'enquête révèle une unité dans la préoccupation pour les Ukrainiens, la volonté d'accueillir des réfugiés et la crainte d'une implication militaire, mais des divergences de vues sur les sanctions et le soutien militaire.

Une nouvelle enquête Ipsos révèle qu'en moyenne dans 27 pays, 70 % des adultes déclarent suivre de près l'actualité concernant l'invasion de l'Ukraine par la Russie et 61 % pensent qu'elle représente un risque important pour leur pays. Les majorités dans chacun des pays interrogés sont favorables à l'accueil des réfugiés ukrainiens et opposées à une implication militaire dans le conflit. Cependant, les opinions sur les sanctions économiques et la fourniture d'armes à l'armée ukrainienne diffèrent largement d'un pays à l'autre.

L'enquête a été menée auprès de 19 000 adultes âgés de moins de 75 ans entre le 25 mars et le 3 avril sur la plateforme d'enquête en ligne Global Advisor d'Ipsos.

Guerre Ukraine Ipsos

Le monde regarde

Ceux qui suivent les nouvelles sur la guerre en Ukraine représentent entre 57% et 77% des personnes interrogées dans tous les pays sauf trois des 27 pays. Les seules exceptions sont le Japon (89%) et la Suède (83%) à une extrémité du spectre et la Malaisie (49%) à l'autre extrémité.

Globalement, les personnes âgées de plus de 50 ans (78 %), les décideurs d'entreprise (76 %) et les personnes ayant un niveau d'études universitaires (73 %) sont particulièrement susceptibles de porter une attention particulière aux événements en Ukraine.

Un soutien généralisé aux Ukrainiens

Globalement, les trois quarts (74%) des personnes interrogées sont d'accord pour que leur pays accueille des réfugiés ukrainiens, mais six sur dix (61%) déclarent ne pas avoir les moyens de soutenir financièrement l'Ukraine.

Dans chacune des 27 nations, la plupart des citoyens interrogés sont d'accord pour que leur pays accueille les réfugiés ukrainiens du conflit actuel. L'accord est particulièrement élevé en Pologne (84%), le pays qui a accueilli le plus grand nombre de réfugiés ukrainiens jusqu'à présent. Il est le plus élevé en Suède (89%), aux Pays-Bas (86%) et en Espagne (85%). Il est le plus faible en Turquie (53 %), qui accueille déjà quatre millions de réfugiés, principalement en provenance de Syrie.

De larges majorités dans toutes les économies émergentes conviennent que, compte tenu de la crise économique actuelle, leur pays ne peut se permettre d'apporter un soutien financier à l'Ukraine. Toutefois, plus de la moitié des personnes interrogées dans plusieurs pays à revenu élevé, dont la Suède (67 %), les Pays-Bas (63 %) et la France (55 %), ne sont pas d'accord.

Un grand risque pour le monde

En moyenne, 82% des personnes interrogées dans 27 pays déclarent que la guerre en Ukraine représente un grand ou un assez grand risque pour le monde dans son ensemble ; 61% disent que c'est le cas pour leur pays. C'est au Japon (87 %), en Pologne (77 %), en Corée du Sud (77 %) et en Suède (75 %) que la perception que son propre pays est confronté à un risque important est la plus répandue.

À l'échelle mondiale, environ un tiers des personnes interrogées déclarent qu'elle présente au moins un risque moyen pour elles personnellement (36 %), pour leur famille (34 %) et pour leur travail ou leur entreprise (37 %). Les pays dont les citoyens ont le plus tendance à se sentir personnellement exposés par la guerre en Ukraine sont l'Inde (56 %), la Pologne (50 %), le Japon (53 %) et l'Italie (48 %).

Pas de consensus sur le soutien à la réponse militaire de l'Ukraine

En moyenne dans le monde, les majorités disent que leur pays doit soutenir les pays souverains lorsqu'ils sont attaqués (70%) et que ne rien faire en Ukraine encouragera la Russie à mener d'autres actions militaires ailleurs (68%). Dans le même temps, les majorités disent également que leur pays doit éviter de s'impliquer militairement (72%) et qu'une action militaire en Ukraine encouragera les attaques contre d'autres pays (68%). En plus d'être ambivalente et prudente, l'opinion publique mondiale sur la façon de répondre à l'agression russe en Ukraine est également divisée :

  • En Arabie saoudite, en Hongrie, en Malaisie et en Inde, l'opinion selon laquelle "les problèmes de l'Ukraine ne nous regardent pas et nous ne devrions pas interférer" prévaut. Elle est également partagée par la moitié des personnes interrogées au Mexique, en Israël et en Argentine. En revanche, à l'exception de la Hongrie, entre 65 % et 80 % des personnes interrogées dans les huit autres pays membres de l'Union européenne, ainsi qu'en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie, au Japon et en Corée du Sud ne sont pas d'accord.
  • Alors que plus de quatre personnes sur cinq en Pologne, en Suède, en Grande-Bretagne et en Inde sont d'accord pour que leur pays soutienne les pays souverains en cas d'attaque, seule la moitié environ des personnes interrogées au Mexique, en Hongrie et au Brésil sont de cet avis.
  • Plus de trois personnes sur quatre en Grande-Bretagne, au Japon, aux États-Unis, en Australie et en Pologne pensent que l'inaction en Ukraine encouragera la Russie à attaquer d'autres pays, contre moins de la moitié en Hongrie et en Israël.

Les différences sont plus marquées lorsqu'il s'agit de fournir un soutien militaire ou d'envoyer des troupes en Ukraine. En moyenne, dans le monde, environ un tiers des personnes interrogées sont favorables à ce que leur pays fournisse des armes - telles que des fusils et des armes antichars - à l'armée ukrainienne (36 %), finance l'armée ukrainienne (33 %) et envoie des troupes dans les pays de l'OTAN voisins de l'Ukraine (32 %). Cependant, chacune de ces propositions recueille un soutien majoritaire dans plusieurs pays :

  • Les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, la Suède, les États-Unis, le Canada, la Pologne, l'Allemagne, la France et l'Australie pour fournir des armes à l'armée ukrainienne ;
  • La Grande-Bretagne, l'Allemagne, le Canada et les États-Unis pour avoir fourni une assistance financière à l'armée ukrainienne ;
  • Les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, le Canada, la France et la Belgique pour avoir envoyé des troupes dans les pays de l'OTAN voisins de l'Ukraine.

Cependant, ceux qui soutiennent l'envoi de leurs propres troupes en Ukraine sont une minorité dans chacun des 27 pays, avec une moyenne de 17%.

Discuter ou ne pas discuter

Les opinions sur l'opportunité pour un pays de maintenir ses liens diplomatiques avec la Russie varient considérablement. Au niveau mondial, 38 % en moyenne y sont favorables, 29 % s'y opposent et 33 % ne sont pas sûrs. Le soutien va de 63 % en Turquie à seulement 19 % en Pologne. Les pays où le soutien au maintien de l'engagement diplomatique est le plus élevé comprennent non seulement certains de ceux où la majorité des gens pensent que les problèmes de l'Ukraine ne nous regardent pas (Arabie saoudite, Inde, Israël) et/ou où la volonté de soutenir l'armée ukrainienne est faible (Turquie), mais aussi les trois plus grands pays de l'UE (Allemagne, France et Italie).


Méthodologie : Ipsos a interrogé un échantillon représentatif de 19 000 adultes en ligne âgés de moins de 75 ans dans 27 pays.
La "Moyenne globale du pays" reflète le résultat moyen de tous les pays et marchés où l'enquête a été menée. Elle n'a pas été ajustée à la taille de la population de chaque pays ou marché et n'est pas destinée à suggérer un résultat total. Les échantillons du Brésil, du Chili, de la Colombie, de l'Inde, d'Israël, de la Malaisie, du Mexique, du Pérou, de l'Arabie Saoudite, de l'Afrique du Sud et de la Turquie sont plus urbains, plus éduqués et/ou plus riches que la population générale.

Télécharger

Société