Un Canadien sur cinq ne fait confiance à aucune entreprise en matière de santé et de sécurité

Une nouvelle étude d’Ipsos révèle que la confiance des consommateurs est faible et que ceux-ci ont une forte volonté de mettre fin aux visites dans les endroits qui n’atteignent pas les attentes.

Auteur(s)

  • Becky Harris Vice-président, Leader Ipsos Channel Performance
Get in touch

Toronto (Ontario), le 29 juillet 2020 — Alors que les Canadiens commencent à reprendre de plus en plus leur vie quotidienne et que certaines régions du pays entrent dans les phases 3 et 4, la confiance des consommateurs envers les entreprises pour les protéger de la COVID-19 est faible.  Selon une étude menée par Ipsos, un Canadien sur cinq ne fait confiance à aucune industrie pour ses protocoles de propreté et de sécurité, une légère augmentation par rapport à mai, où un Canadien sur quatre a fait part d’un manque de confiance. Compte tenu de la grande diversité des règlements au pays, y compris d’une municipalité à une autre, le défi pour les entreprises de répondre aux attentes des clients et des employés en matière de mesures de sécurité et de les communiquer de façon appropriée est immense.

Quelles sont les industries auxquelles les Canadiens ont-ils le plus confiance ? Seulement un cinquième des Canadiens font confiance à n’importe quel secteur, avec les pharmacies (23 %) et épiceries (20 %) en tête de liste.  Le niveau de confiance envers les banques est le suivant à 9 %, soit moins de la moitié du niveau pour les pharmacies et les épiceries.  Toutes les autres entreprises, des magasins à grandes surfaces et restaurants à service rapide, en passant par les cafés et les stations-service, ont été choisies par moins de 5 % des Canadiens comme étant l’industrie la plus fiable. Les niveaux de confiance varient selon le sexe, et les femmes se méfient plus de 35 % des entreprises que les hommes.

Ce manque de confiance a également des répercussions dans la volonté des Canadiens de continuer à visiter diverses entreprises si la santé et la sécurité ne sont pas à la hauteur.  Au moins un Canadien sur cinq cesserait de visiter des fournisseurs de services essentiels, comme les épiceries (21 %), les stations-service (22 %), les banques (22 %), les pharmacies (24 %) et les magasins de rénovation domiciliaire (24 %) si la santé et la sécurité n’étaient pas à la hauteur de leurs attentes, ce qui exerce une grande pression sur les entreprises pour qu’elles le fassent bien. Les entreprises qui fournissent des besoins plus discrétionnaires comme les détaillants individuels (34 %), les restaurants à service complet (32 %), les centres commerciaux (32 %), les cafés (30 %) et les fournisseurs de services sans fil (30 %) ont moins de marge de manœuvre pour les Canadiens, avec au moins 3 sur 10 indiquant qu’ils cesseraient temporairement d’encourager une entreprise si la santé et la sécurité ne respectaient pas les normes. Les Canadiens sont les moins indulgents à l’égard des entreprises qui offrent des services de divertissement, comme les casinos (48 %), les gymnases (47 %) et les cinémas (39 %), car près de la moitié d’entre eux indiquent qu’ils cesseraient complètement de visiter si des mesures de santé et de sécurité n’étaient pas en place. Tout en reconnaissant qu’ils ont eux-mêmes une certaine responsabilité en matière de santé et de sécurité, les Canadiens s’attendent à ce que les entreprises aient des mesures intensifiées. Partout au pays, les Canadiens attribuent un peu en dessous de la moitié de la responsabilité (46 %) aux entreprises qu’ils soutiennent. Sur le plan générationnel, les baby-boomers (48 %) estiment qu’il s’agit plutôt d’une responsabilité d’entreprise, tandis que la génération X (24 %) accorde une proportion plus élevée de responsabilité aux autres clients.

Le verdict est de savoir si les Canadiens s’attendent à ce que les employés et les consommateurs portent des masques dans les commerces de détail, les restaurants, les banques et d’autres entreprises. Dans cette plus récente étude, un plus grand nombre de Canadiens s’attendaient à ce que les employés portent des masques qu’en mai, mais les chiffres sont encore inférieurs à 50 % (48 % - en hausse de 15 points) et seulement 36 % des consommateurs estiment qu’il est important que les clients portent un masque.  Avec les règles constamment changeantes et un nombre grandissant de municipalités exigeant le port du masque à l’intérieur, les entreprises sont mises au défi d’implanter de la meilleure façon qui soit cette règle afin de garder leurs clients et leurs employés en sécurité et de comprendre leur rôle dans l’application de ces nouvelles règles.  L’importance des masques résonne à un niveau similaire pour tous les groupes d’âge, mais est beaucoup plus importante pour les femmes (61 %) que les hommes (50 %) et est plus acceptée en Ontario (55 % contre 48 % en moyenne nationale).  La disponibilité du désinfectant pour les mains aux entrées demeure la priorité numéro 1 des clients canadiens (55 %, en hausse de 6 points par rapport à mai).

Alors que nous continuons d’aplanir la courbe et que nous nous efforçons éviter une deuxième vague, plus que jamais, les entreprises devront se concentrer sur la santé et la sécurité et les changements dans le sentiment des consommateurs et les attentes pour continuer à ce que leurs clients reviennent.  

À propos de l’étude

Dans le cadre du projet « Consumer Health & Safety Check-Up Syndicate », un sondage Ipsos a été réalisé le 16 juillet 2020 sur la plateforme en ligne Ipsos Omnibus. Ces résultats sont fondés auprès de 1 000 adultes âgés de 18 à 74 ans au Canada. L’échantillon de cette étude est composé de 1 000 personnes à travers le Canada. L’échantillon est représentatif de la population adulte générale de ce pays, âgée de plus de 18 ans et de moins de 75 ans. Les données sont pondérées de manière que la composition de chaque marché reflète le mieux le profil démographique de la population adulte, et ce, selon les données les plus récentes du recensement. Lorsque les résultats ne s’additionnent pas à 100 ou que la différence semble être +/-1 de plus/moins que le réel, cela peut être dû à l’arrondi, aux réponses multiples ou à l’exclusion des réponses non déclarées ou non. La précision des sondages en ligne Ipsos est mesurée par un intervalle de crédibilité, et ce, avec 1 000 sondages précis à +/- 3,5 %. Pour plus d’informations sur l’utilisation d’Ipsos quant aux intervalles de crédibilité, veuillez visiter le site Web d’Ipsos (www.Ipsos.com).

Pour plus d’informations sur ce Factum, veuillez contacter :

Becky Harris
Vice-président, Leader Ipsos Channel Performance
+1 416 324 2309
Becky.Harris@ipsos.com

À propos d’Ipsos

Ipsos est la troisième plus grande société d’études de marché au monde, présente dans 90 marchés et emploie plus de 18 000 personnes.

Nos professionnels de la recherche, analystes et scientifiques ont construit un groupe solide autour d’un positionnement unique multi-expertise qui fournit une véritable compréhension et des idées puissantes sur les actions, les opinions et les motivations des citoyens, des consommateurs, des patients, des clients ou des employés. Nous servons plus de 5000 clients à travers le monde avec 75 solutions d’affaires.

Fondée en France en 1975, Ipsos est cotée sur l’Euronext Paris depuis le 1er juillet 1999. La société fait partie de l’indice SBF 120 et du Mid-60 et est admissible au Service de règlement différé (SRD). ISIN code FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP

www.ipsos.com

La publication de ces constatations respecte les règles et règlements locaux.

Télécharger

Auteur(s)

  • Becky Harris Vice-président, Leader Ipsos Channel Performance

Société