L’accès au système de santé demeure l’enjeu électoral prioritaire pour les Estriens.nes

Plus de la moitié (54%) choisissent le système de santé parmi leurs enjeux électoraux prioritaires, devançant les autres enjeux de plus de 20 points

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Québec
  • Nicholas Bautista-Beauchesne Gestionnaire de comptes, Affaires publiques
Get in touch

Sherbrooke, QC, 20 septembre 2022 — Selon un sondage Ipsos tenu pour le compte de Radio-Canada auprès des électeurs de l’Estrie, une majorité choisie le système de santé (54%) comme l’enjeu susceptible d’avoir le plus d’influence sur leur vote, suivi de l’inflation (33%) et de l’environnement (22%). Bien qu’un peu plus élevé auprès de 55 ans et plus (59%) le peu de variation entre les groupes socio-démographiques (genre, région, âge) suggère un consensus autour de l’importance du système de santé pour la mise à l’agenda en Estrie. Ceci contraste avec l’environnement, qui est plus important pour ceux âgés entre 18-34 ans (31%).

L’amélioration du système de santé à l’agenda

En pensant spécifiquement aux priorités de leur circonscription, six Estriens.nes sur 10 (59%) veulent que leur nouvel élu se penche sur l’amélioration de l’accès au système de santé; une proportion plus élevée chez les électeurs âgés de 55 ans et plus (67% vs. 57%: 35-54; 47%: 18-34). Près d’un tiers (31%) pense qu’il faut privilégier l’amélioration de l’accès au logement ou à la propriété, ce qui est plus élevé auprès des résidents de la grande région de Sherbrooke (37% vs. 26%). Autour d’un électeur sur cinq souhaite que la pénurie de main d’œuvre (21%), la protection de l’environnement de la région (20%) et la lutte contre la pauvreté (20%) soient une priorité à l’agenda après l’élection.

Parmi ceux qui ont tenté d’accéder à un médecin spécialiste 52% disent avoir eu de la difficulté à consulter. Pareillement, parmi ceux qui ont tenté d’accéder à d’autres types de soins, 49% disent avoir eu des difficultés pour obtenir de l’aide en santé mentale, 47% pour consulter un médecin de famille et 42% pour accéder aux soins d’urgence. Pour s’attaquer au problème d’accessibilité, six électeurs sur dix (60%) pensent que le gouvernement devrait mettre tous ses efforts dans l’amélioration du système de santé public, alors qu’un tiers (33%) préfère que le gouvernement permette l’accroissement de l’offre de soins privés.

Dans l’optique de vouloir améliorer le système de santé, une forte majorité d’Estriens.nes estime que le gouvernement devrait accroître l’aide fournie à ceux qui ne profitent pas d’assurances privées. En effet, 78% pensent que le gouvernement devrait en faire plus lorsqu’il s’agit des soins dentaires, alors que 73% sont du même avis pour les consultations d’un/d’une psychologue ou des soins de la vue. Ceux âgés entre 18-34 ont davantage tendance à penser que l’aide gouvernementale pour les consultations d’un/d’une psychologue devrait être accrue (84% vs. 72%: 35-54; 68%: 55 et plus). Six sur dix (61%) pensent que le gouvernement doit en faire plus pour les soins thérapeutiques (physiothérapie, ostéopathie etc.).

À propos du sondage

Les résultats présentés dans ce rapport sommaire sont issus d’un sondage d’Ipsos tenu pour le compte de la Société Radio-Canada. Un échantillon de 500 résidents de la région de l’Estrie éligibles pour le vote a été interrogé en ligne du 1er au 9 septembre 2022. Une pondération a été appliquée à l’échantillon total en fonction de l’âge, du genre, de la langue maternelle et du niveau d’éducation pour assurer que la composition de l’échantillon final soit représentative de la population adulte de l’Estrie selon les données du recensement de Statistique Canada. Puisqu’un échantillon tiré de panels d’internautes n’est pas considéré probabiliste, Ipsos n’applique pas de marge d’erreur globale à ce sondage. La précision des sondages non-probabilistes d’Ipsos est plutôt mesurée par un intervalle de crédibilité. L’intervalle de crédibilité pour ce sondage est de ± 5,0%, dans 19 cas sur 20. L’intervalle de crédibilité est plus grand pour les sous-groupes de la population.  Tous les sondages par échantillon peuvent être soumis à d’autres sources d’erreur, incluant une erreur de couverture ou de mesure. Ipsos respecte et appuie les normes de publication établies par le CRIC, disponibles ici :

https://canadianresearchinsightscouncil.ca/standards/rop/?lang=fr

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Sébastien Dallaire
Directeur général, Ipsos Québec
+1 514 904-4324
[email protected]

Nicholas Bautista-Beauchesne
Gestionnaire de recherche, Ipsos Québec
[email protected]

À propos d’Ipsos

Ipsos est la troisième plus grande compagnie d’études de marché dans le monde, étant présente dans 90 pays et employant plus de 18 000 personnes.

Nos équipes de professionnels, analystes et scientifiques passionnées ont bâti des domaines d’expertise multidisciplinaires qui fournissent à nos clients une compréhension réelle et approfondie des actions, opinions et motivations des citoyens, consommateurs, patients, clients ou employés. Nous servons plus de 5 000 clients dans le monde avec plus de 75 solutions d’affaires.

Fondée en France en 1975, Ipsos est coté en bourse à Euronext Paris depuis juillet 1999. La compagnie fait partie des index SFB 120 et Mid-60 et est éligible au Service de règlement différé (SRD).

ISIN code FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP

www.ipsos.com

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Québec
  • Nicholas Bautista-Beauchesne Gestionnaire de comptes, Affaires publiques

Société