Les Canadiens sont plutôt pessimistes quant aux mois à venir, mais continuent d’appuyer les mesures mises en place pour combattre la pandémie

Cependant, la moitié des Canadiens (50%) sont insatisfaits de la gestion fédérale de la campagne de vaccination contre la COVID-19

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Québec
Get in touch

Montréal, QC, 1er mars 2021 — L’hiver n’est facile à traverser en mode pandémie. Cette période d’incertitude prolongée et l’évolution rapide du virus depuis le temps des fêtes ont eu un impact important sur l’état d’esprit des Canadiens en ce début d’année 2021. En fait, l’état d’esprit des Canadiens face à la pandémie ne s’est pas amélioré par rapport à l’automne dernier et ce, malgré l’arrivée des vaccins. Un tiers des Canadiens se disent plus pessimistes (34%), contre un peu moins d’optimistes (29%), alors que 37% nous disent que leur état d’esprit est le même qu’à l’automne.

Qualité de vie en chute, consommation croissante

Les Canadiens ont vécu une détérioration importante de plusieurs aspects de leur qualité de vie depuis le début de la pandémie, surtout au niveau de leur vie sociale (chute nette de 68 points de pourcentage) et leur santé mentale (-42 pts).  Les plus jeunes sont particulièrement affectés mentalement, alors que les gens à revenu moins élevés se disent plus fortement affectés financièrement.  Les résidents de l’Alberta sont aussi plus enclins à rapporter une détérioration dans différents aspects de leur vie.

En lien avec ce pessimisme ambiant, ceux qui consomment de l’alcool, du tabac ou du cannabis ont tendance à en consommer davantage qu’avant la pandémie. La plus grande hausse de consommation se trouve chez les consommateurs de cannabis (nette hausse de 33 points de pourcentage), suivi des consommateurs de tabac (+20 pts) et d’alcool (+18 pts).  Là aussi, c’est chez les Canadiens plus jeunes que la consommation a le plus fortement augmenté.

Avenir incertain et inquiétudes face aux variants

Les Canadiens ne voient pas les prochains moins de manière très positive.  Les trois-quarts (75%) pensent qu’il y aura des confinements à répétition au cours de la prochaine année, et une proportion similaire (71%) croit qu’il est probable que la prochaine semaine de relâche scolaire dans leur province pourrait engendrer un nouveau confinement.

De plus, les nouveaux variants de la COVID-19 inquiètent: 74% se disent inquiets de l’arrivée de ces variants. Les trois-quarts (76%) des Canadiens appuieraient un nouveau confinement pour ralentir la propagation des variants au besoin.

L’avenir demeure incertain: le progrès plus lent que prévu dans la distribution du vaccin ainsi que l’arrivée des variants du virus renforcent l’idée qu’un retour à la vie « normale » ne sera pas hâtif. À peine le quart (23%) des Canadiens estiment qu’ils vont retrouver une vie à peu près normale en 2021, alors que plus de la moitié (54%) pensent que ça n’arrivera pas avant l’année prochaine au plus tôt et que 23% n’en ont aucune idée.

Malgré l’acceptation des mesures sanitaires, l’impatience se fait sentir   

Les Canadiens démontrent des signes d’impatience quant au déroulement de la campagne de vaccination. La moitié (50%) des Canadiens se disent insatisfaits du travail du gouvernement fédéral en ce qui concerne la gestion de la distribution du vaccin contre la COVID-19.  Ceci contraste avec les taux de satisfaction élevés mesurés depuis le printemps dernier quant à la gestion globale de la crise.    

Cette insatisfaction est aussi visible dans l’évaluation des nouvelles restrictions sur les voyages, imposées récemment par le gouvernement fédéral. Seulement 17% des Canadiens trouvent que d’imposer un séjour de trois nuits d’isolement en hôtel aux frais des voyageurs, suivi d’une quarantaine obligatoire à la maison est « la bonne mesure, au bon moment ». La moitié (50%) pensent plutôt que la mesure est bonne mais qu’elle arrive trop tard – opinion encore plus marquée au Québec (58%) – alors que d’autres la jugent excessive (16%) ou insuffisante (12%).

 

À propos du sondage

Les résultats présentés dans ce rapport sommaire sont issus d’un sondage d’Ipsos tenu pour le compte de Radio-Canada, du 12 au 17 février 2021. Un total de 3 000 Canadiens et Canadiennes de plus de 18 ans et éligibles à voter lors de la prochaine élection ont pris part à ce sondage. Une pondération a été appliquée à l’échantillon total en fonction de l’âge, du sexe, de la région et du niveau d’éducation pour assurer que la composition de l’échantillon final soit représentative de la population adulte du Canada selon les données du recensement de Statistique Canada. Puisque la portion internet de l’échantillon n’est pas considérée probabiliste, Ipsos n’applique pas de marge d’erreur globale à ce sondage. La précision des sondages non-probabilistes d’Ipsos est plutôt mesurée par un intervalle de crédibilité. L’intervalle de crédibilité pour ce sondage est de ± 2,0%, dans 19 cas sur 20. L’intervalle de crédibilité est plus grand pour les sous-groupes de la population.  Tous les sondages par échantillon peuvent être soumis à d’autres sources d’erreur, incluant une erreur de couverture ou de mesure.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Sébastien Dallaire
Directeur général, Ipsos Québec
+1 514 904-4324
sebastien.dallaire@ipsos.com

 

À propos d’Ipsos

Ipsos est la troisième plus grande compagnie d’études de marché dans le monde, étant présente dans 90 pays et employant plus de 16 000 personnes.

Nos équipes de professionnels, analystes et scientifiques passionnées ont bâti des domaines d’expertise multidisciplinaires qui fournissent à nos clients une compréhension réelle et approfondie des actions, opinions et motivations des citoyens, consommateurs, patients, clients ou employés. Nous servons plus de 5 000 clients dans le monde avec plus de 75 solutions d’affaires.

Fondée en France en 1975, Ipsos est coté en bourse à Euronext Paris depuis juillet 1999. La compagnie fait partie des index SFB 120 et Mid-60 et est éligible au Service de règlement différé (SRD).

ISIN code FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP

www.ipsos.com

Auteur(s)

  • Sébastien Dallaire Directeur général, Québec

Société