L'abstention hors-norme aura marqué la séquence électorale 2022

L'appel de la Nupes à la mobilisation des électeurs, notamment des jeunes, n'aura pas été entendu. L'enquête réalisée par Ipsos et Sopra Steria pour france•tv et radiofrance révèle que plus des deux tiers des moins de 35 ans et au-delà, 60% des 35-59 ans n'ont pas voté au second tour. Comparativement, on relève moins de 40% d'abstentionnistes chez les plus de 60 ans. Comme la Présidentielle, les Législatives auront été marquées par des taux d'abstention hors norme.

Ipsos | Législatives 2022 | Sondage | Intentions de vote

 

71% d'abstention chez les 18-24 ans, 66% chez les 25-34 ans, 62% chez les 35-49 ans, 57% chez les 50-59 ans, 42% chez les 60-69 ans, 34% chez les 70 ans et plus. D'un point de vue statistique, la corrélation entre l'âge et le niveau de participation relevée sur notre échantillon représentatif d'électeurs est presque parfaite. Au-delà des taux impressionnants pour toutes les catégories, le différentiel est tel - on passe du simple au double entre les plus jeunes et les plus âgés - que les législatives se sont en grande partie jouées au sein de l'électorat senior.

Comparativement à l'âge, les autres facteurs sociodémographiques testés sont moins déterminants. L'abstention a été aussi forte chez les hommes que chez les femmes, et les différences selon la catégorie d'agglomération sont minces. Par rapport à la profession, on relève 65% d'abstention sur l'ensemble des "CSP-", mais également 59% chez les "CSP+". Les deux tiers des ouvriers et des employés ont déserté les urnes, mais c'est aussi le cas de 59% des professions intermédiaires et de 54% des cadres. Globalement, plus de 60% des actifs occupés se sont abstenus, pour un tiers des retraités.

Le taux d'abstention est inversement proportionnel au niveau de revenu, mais là encore le spectre est moins large que pour les catégories d'âge. L'abstention a culminé à 64% dans les foyers disposant d'un revenu mensuel net inférieur à 1250€, pour 57% dans la tranche 1250€-1999€, 53% entre 2000€ et 3499€, 49% au-delà. On est encore à 52% d'abstention chez ceux "qui arrivent à mettre de l'argent de côté", pour 57% chez ceux "qui vivent sur leurs économies ou grâce au crédit". Selon le milieu social auto-déclaré, l'abstention a atteint 60% sur l'ensemble des catégories défavorisées et populaires, pour 53% au sein des classes moyennes inférieures et 50% au sein des classes aisées et moyennes supérieures.

Politiquement, le différentiel de mobilisation a été favorable aux candidats Ensemble! et aux candidats de droite, défavorable aux candidats de la Nupes et du Rassemblement National. Plus de la moitié des électeurs de Marine Le Pen ou d'un candidat de gauche au premier tour de la Présidentielle se sont abstenus, pour 38% des électeurs d'Emmanuel Macron et 36% des électeurs de Valérie Pécresse. Si la moitié (50%) des Français qui jugeaient "préférable qu'Emmanuel Macron obtienne une majorité à l'Assemblée nationale et qu'il puisse appliquer sa politique" se sont abstenus, cela a été le cas de 59% de ceux qui auraient préféré "que la gauche obtienne la majorité à l'Assemblée nationale et que Jean-Luc Mélenchon devienne Premier ministre. Globalement, le différentiel de mobilisation entre partisans et opposants de la majorité présidentielle a été d'une dizaine de points.

Législatives 2022 - séparateur

Fiche technique : sondage mené par Ipsos et son partenaire Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France du 15 au 18 juin 2022. 4 004 personnes interrogées, constituant un échantillon national représentatif de la population française, inscrite sur les listes électorales, âgée de 18 ans et plus.

Ipsos | Législatives 2022 | Sopra Steria | Élections

Téléchargement