Présidentielle 2022 | Le pouvoir d'achat, enjeu majeur de l'élection

A 10 jours du premier tour Ipsos et son partenaire Sopra Steria dévoilent un nouveau sondage sur les grandes thématiques de campagne. Au programme de cette enquête menée pour France Télévisions et Radio France : le pouvoir d'achat, enjeu clé de cette élection.

Auteur(s)

  • Brice Teinturier Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)
  • Jean-François Doridot Directeur Général Public Affairs
  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
  • Pierre Latrille Chef de Groupe, Public Affairs
Get in touch
Présidentielle 2022 - Les enquêtes thématiques

 

Une préoccupation sociale forte autour du pouvoir d’achat, qui répond à un sentiment prégnant de dégradation

A dix jours du premier tour de l’élection présidentielle, et malgré un contexte sanitaire mais aussi géopolitique très agité, les Français ont fait du pouvoir d’achat la première de leur préoccupation pour l’élection. Au-delà du scrutin du 10 avril, ils sont près d’un sur deux à avoir le sentiment que, parmi les grandes crises que traverse actuellement la France, la crise sociale est la plus importante d’entre elles. 46% la citent en effet, devant la crise environnementale (32%) et la crise identitaire (22%).

Cette importance du social fait écho à un sentiment personnel de dégradation en termes de pouvoir d’achat. Près des trois quarts des Français (74%) considèrent que leur pouvoir d’achat s’est dégradé au cours des 5 dernières années, contre 7% seulement qui pensent qu’il s’est amélioré. Dans toutes les catégories, ce sentiment de dégradation est très largement majoritaire.

Dans ce contexte, les Français ont encore le sentiment majoritairement d’appartenir à la classe moyenne (69%). Mais la moitié d’entre eux (50%) se situe dans la classe moyenne inférieure quand 20% considèrent appartenir aux catégories populaires et 8% aux défavorisés. Seuls 3% estiment être dans un milieu aisé ou privilégié.

Malgré cette situation difficile, près d’un Français sur deux (47%) parvient toujours à mettre de l’argent de côté mais pour la quasi-totalité d’entre eux (43%) il s’agit seulement d’un peu d’argent. 37% n’arrivent qu’à boucler leur budget avec leurs revenus quand 16% vivent sur leurs économies ou grâce à un crédit.

Dans un contexte géopolitique tendu, les Français se montrent inquiets d’une flambée des prix de l’énergie

Parmi les différentes sources d’inquiétude liées au pouvoir d’achat, les Français citent avant tout les prix de l’énergie (65%), et ce alors que l’invasion russe de l’Ukraine a entrainé une flambée des prix dans ce domaine. Autre grande source d’inquiétude, l’inflation (citée par 55% des répondants). Viennent ensuite les montants des retraites (44%), le niveau des impôts et des taxes (35%), le montant des salaires (34%) et les inégalités sociales (28%). On voit donc que la problématique du pouvoir d’achat est particulièrement inquiétante par rapport au niveau des prix, davantage que par rapport aux niveaux de revenus des Français.

Parmi les dépenses pouvant augmenter, c’est logiquement l’énergie (84%) et les carburants (79%) qui sont le plus cités, devant les produits de consommation courante (70%). Les autres postes de dépenses ne sont cités que par moins d’un quart des répondants.

Face à cette préoccupation, les politiques semblent avoir encore un rôle à jouer, même si les candidats à la présidentielle ne suscitent que peu de confiance

Malgré des critiques sur l’impuissance politique, une majorité de Français a encore le sentiment que les hommes et femmes politiques peuvent avoir une vraie influence sur leur niveau de pouvoir d’achat (71%). Ce sentiment est partagé dans toutes les catégories et est particulièrement présent chez les sympathisants du PS (80%) de la France Insoumise (79%), de Reconquête (76%) et du RN (75%).

Parmi les mesures proposées par certains candidats et destinées à renforcer le pouvoir d’achat, on remarque qu’elles paraissent systématiquement souhaitables à une écrasante majorité des Français, notamment pour le blocage des prix du carburant (96% estiment cette mesure souhaitable), une préoccupation particulièrement importante en ce moment.

Cependant, toutes les propositions ne paraissent pas réalistes. Le blocage des prix du carburant est considéré comme réaliste par 63% des Français tandis que la hausse du SMIC l’est aussi par une moitié des Français (50%). Néanmoins les mécanismes visant à permettre des hausses de salaire convainquent moins quant à leur réalisme, que ce soit une hausse de 10% des salaires grâce à une exonération de charges patronales sur cette hausse (44%) ou grâce à une baisse des cotisations vieillesses (36%).

Comme pour les autres grands thèmes de campagne, on remarque que, pour chacun des candidats, la part des Français qui ne leur font pas confiance est supérieure à celle de ceux leur faisant confiance.

Les trois candidats actuellement en tête des intentions de vote sont ceux qui semblent susciter le plus de confiance. Marine Le Pen arrive en tête, à égalité avec Emmanuel Macron (32%).

Le président sortant arrive donc en première place ex-aequo. Alors que 74% des Français ont le sentiment que leur pouvoir d’achat s’est dégradé au cours de son quinquennat, ils sont aussi une majorité (63%) à avoir le sentiment que l’action d’Emmanuel Macron, qui a été souvent qualifié par ses opposants de « président des riches », a surtout bénéficié aux classes privilégiées.

Derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon arrive en troisième position (avec 28%) devant Valérie Pécresse en quatrième (22%) et Eric Zemmour en sixième position (16%).

Retrouvez notre dossier spécial Présidentielle 2022

Présidentielle 2022 - séparateur

 Fiche technique : enquête d'Ipsos avec son partenaire Sopra Steria menée pour France Télévisions et Radio France auprès de 992 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées en ligne les 25 et 26 mars 2022.

 

Ipsos-Sopra Steria | Présidentielle 2022

Auteur(s)

  • Brice Teinturier Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)
  • Jean-François Doridot Directeur Général Public Affairs
  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
  • Pierre Latrille Chef de Groupe, Public Affairs