Régionales 2021 : le point sur les intentions de vote

L'ensemble des enquêtes pré-électorales Ipsos/Sopra Steria : climat politique et intentions de vote 1er et 2nd tours région par région, historique électoral régional.

Laurent Wauquiez favori

Alors que la gauche détenait les anciennes régions Auvergne et Rhône-Alpes depuis 2004, la droite, conduite par Laurent Wauquiez, a réussi en 2015 à conquérir la nouvelle région fusionnée. Fort d'une bonne image et d'un bilan jugé favorablement par 60% des électeurs (enquête Ipsos/Sopra Steria du 27/29 avril), il est aujourd'hui bien placé pour conserver son fauteuil. A 33% d'intentions de vote premier tour, sa liste LR/UDI aborde le sprint final avec une avance confortable sur les listes RN (22%), LREM-Modem (14%), PS-PRG (12%) et EELV-Générations (11%).

Fiche technique : 1 001 personnes inscrites sur les listes électorales d’Auvergne-Rhône-Alpes, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Marie-Guite Dufay en difficulté

En 2015, la présidente socialiste sortante de Franche-Comté Marie-Guite Dufay s’imposait d'une courte tête face à la droite et au FN en triangulaire. Six ans plus tard, le scrutin promet d'être à nouveau très disputé. A 28% d'intentions de vote, le RN dispose d'une petite marge et pourrait sortir en tête au 1er tour, comme en 2015. La liste PS-PCF de la Présidente sortante (21%) et la liste LR de Gilles Platret (21%) sont au coude à coude pour la deuxième place, devant la liste LREM (16%) qui devrait aussi se qualifier. On se dirige vers une quadrangulaire incertaine au second tour, où Mme Dufay devra compter sur sa bonne image dans l'opinion et un bilan jugé favorablement par 60% des électeurs pour espérer contenir la menace de la liste RN.

Fiche technique : 1 001 personnes inscrites sur les listes électorales en Bourgogne-Franche-Comté, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Un scrutin incertain

Portée par Jean-Yves Le Drian, la gauche l'avait facilement emporté en 2015 en Bretagne. Avec l'arrivée de LREM dans le champ politique, la perte d'influence du PS, les divisions de la gauche et la poussée du RN, qui pourrait même sortir en tête au soir du premier tour, le rapport de force électoral s'est rééquilibré. Cinq listes devraient être en capacité de se maintenir le 20 juin, l'issue du scrutin dépendra des rapprochements de listes et de la configuration du second tour. Unie, la gauche serait favorite, dans la seule région où l'environnement est en tête des préoccupations des habitants (34% de citations, 12 points au-dessus de la moyenne nationale).

Fiche technique : 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales en Bretagne, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

La majorité sortante en difficulté

Le Centre-Val de Loire est la seule région où les habitants placent en tête de leurs préoccupations "le système de santé" (33% de citations contre 18% en moyenne nationale), et où "le développement de l'offre de soin près de chez soi" est jugé prioritaire pour le prochain mandat du Conseil régional. La préoccupation pour la lutte contre l'insécurité et la délinquance est un peu moins prégnante qu'ailleurs, ce qui n'empêche pas la liste PS-PC du Président sortant (21%) d'être distancée par la liste RN (28%) dans les intentions de vote 1er tour. Avec la liste LREM à 19% et la liste LR à 18%, on se dirige vers une quadrangulaire de second tour très incertaine.

Fiche technique : 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales en Centre-Val de Loire, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Gilles Simeoni en tête des intentions de vote

En Corse, les électeurs sont invités à participer à l'élection territoriale et non pas régionale, afin d'élire les 63 conseillers de l'assemblée de Corse, l'assemblée délibérante de la nouvelle Collectivité de Corse créée en 2018 et qui regroupe les compétences régionales et départementales. Le mode de scrutin est semblable à celui des Régionales, hormis un seuil de qualification pour le second tour abaissé à 7%. La collectivité de Corse est actuellement dirigée par les nationalistes, qui ont confirmé à la première élection territoriale de 2017 leur succès des régionales 2015. Mais ils se présentent cette année divisés en quatre listes, ce qui pourrait compliquer leur réélection, même si le Président du Conseil exécutif Gilles Simeoni, vainqueur en 2015 et 2017, est en tête des intentions de vote. A noter que la Corse se distingue des autres régions par un très faible niveau de préoccupation pour les questions de délinquance (11% de citations, pour 40% en moyenne nationale).

Fiche technique : 808 personnes inscrites sur les listes électorales en Corse, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 2 au 5 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

La droite menacée par le RN

Alors qu’elle détenait les régions Lorraine et Champagne-Ardenne, la gauche a été largement battue en 2015 dans le nouvel ensemble fusionné avec l’Alsace. Divisée, ses chances de l'emporter cette année sont faibles, si l'on se réfère à la dernière mesure Ipsos/Sopra Steria où les listes EELV-PS-PC (14%) et FI-PRG (5%) sont en retrait en termes d'intentions de vote. L'élection devrait se jouer entre la liste LR-UDI de Jean Rottner, devenu Président du Conseil régional en 2017 suite à la démission de Philippe Richert, et la liste RN de Laurent Jacobelli. La liste de la majorité sortante est légèrement en tête des intentions de vote 1er tour, mais dans une configuration de quadrangulaire au second tour, la liste RN pourrait prendre l'avantage.

Fiche technique : 1 001 personnes inscrites sur les listes électorales en Grand Est, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Xavier Bertrand favori

S'étant retirée du second tour en 2015 pour empêcher la liste du Front National conduite par Marine Le Pen de s'imposer, la gauche ne disposait d'aucun élu dans l'assemblée régionale sortante. Elle se présente cette année rassemblée, mais la liste EELV-PS-LFI-PCF conduite par Karima Delli peine à percer dans les intentions de vote 1er tour, à seulement 17% dans cet ancien fief de la gauche. Au terme de son premier mandat, Xavier Bertrand comptera sur une très bonne image et un bilan jugé favorablement par plus de deux électeurs sur trois (enquête Ipsos/Sopra Steria 29 avril/3 mai) pour contenir la menace de la liste RN, conduite par Sébastien Chenu.

Fiche technique : 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales des Hauts-de-France, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 27 au 29 mai 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Valérie Pécresse bien placée

Dirigée par la gauche pendant 17 ans, l’Ile-de-France a basculé à droite en 2015, avec la victoire de la liste conduite par Valérie Pécresse (44% des suffrages) sur la liste de gauche de Claude Bartolone (42%). Portée par une bonne image auprès des Franciliens et un bilan jugé favorablement par 60% des électeurs (enquête Ipsos/Sopra Steria du 26/27 avril), Valérie Pécresse est aujourd'hui bien placée pour briguer un second mandat. Face à une gauche divisée, une liste LREM qui ne perce pas, un RN sous les 20%, sa liste Libres!-LR-UDI est en tous cas nettement en tête des intentions de vote premier et second tours.

Fiche technique : 1 001 personnes inscrites sur les listes électorales d'Ile-de-France, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Hervé Morin dispose d'une petite marge

La liste de droite conduite par Hervé Morin l'a emporté sur le fil en 2015, devançant la liste de gauche de 4750 voix (36,4% / 36,1%). Porté par un bilan jugé favorablement par deux habitants sur trois, sa marge pourrait être plus confortable cette année, la somme des intentions de vote des listes PS-EELV (16%) et LFI-PC (10%) étant inférieure à celles de la liste du Président sortant (32%). A condition néanmoins de contenir la menace de la liste RN de Nicolas Bay, mesurée à 28% d'intentions de vote premier tour, et donc forcément dangereuse dans une configuration de quadrangulaire.

Fiche technique : 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales en Normandie, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Alain Rousset vers un cinquième mandat

Président de l’Aquitaine depuis 1998, Alain Rousset a été largement réélu en 2015 dans le nouvel ensemble intégrant le Limousin et Poitou-Charentes. Il brigue aujourd'hui un cinquième mandat régional, à la tête d'une liste soutenue par le PS, le PCF et le PRG. Cette liste est créditée de 25% d'intentions de vote 1er tour et pourrait se voir devancer le 20 juin par la liste du RN (27%), qui confirmerait sa progression dans cette grande région sud-ouest qui ne constituait pas une de ses zones de force. Les réserves à gauche (9% d'intentions de vote pour la liste EELV, 4% pour une liste FI/NPA) devraient néanmoins permettre à la majorité sortante de contenir la menace du RN au second tour.

Fiche technique : 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales de Nouvelle-Aquitaine, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

Le RN pourrait sortir en tête au 1er tour, mais le rapport de force reste favorable à la gauche

Avec près de 45% des suffrages, la liste de gauche de Carole Delga s’était facilement imposée en 2015 en triangulaire face à la liste FN de Louis Alliot (34%) et à celle de droite conduite par Dominique Reynié (21%). Mais au premier tour, la liste FN était arrivée nettement en tête, récoltant déjà près du tiers des suffrages. Un tel scenario pourrait se rééditer cette année, selon les dernières mesures Ipsos/ Sopra Steria où la liste RN est créditée de 33% d'intentions de vote premier tour, pour 30% à la liste PS-PC-PRG de la Présidente sortante. Les listes LR/UDI (11%) et LREM/Modem (11%) sont au coude à coude pour la troisième place. En retrait, la liste EELV n'est qu'à 8% d'intentions de vote, qui pourraient néanmoins constituer une réserve de voix suffisante pour assurer la victoire à la gauche dans une configuration de quadrangulaire au second tour.

Fiche technique : 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales en Occitanie, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

La majorité sortante en difficulté, la région pourrait basculer à gauche

Si la droite l'a emporté assez nettement en 2015 en triangulaire, l'élection est très incertaine cette année avec l'arrivée de LREM dans l'offre électorale. La liste LR de la présidente sortante Christelle Morançais (25% d'intentions de vote 1er tour) aborde la dernière ligne droite de campagne avec une petite avance sur les listes LREM/Modem de François de Rugy (19%), EELV/FI/Générations de Matthieu Orphelin (19%) et RN d'Hervé Juvin (17%), au coude à coude. Mais à 14%, la liste PS-PCF-PRG conduite par Guillaume Garot n'est pas totalement distancée. On se dirige donc vers un second tour en quadrangulaire, où une gauche réunie pourrait tirer son épingle du jeu.

Fiche technique : 1 001 personnes inscrites sur les listes électorales des Pays de la Loire, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

La liste RN de Thierry Mariani en tête des intentions de vote

Malgré le retrait et le soutien de La République En Marche, la liste LR de Renaud Muselier (34%) est toujours distancée dans les intentions de vote 1er tour par celle de Thierry Mariani, soutenue par le RN (41%). La situation est délicate pour le Président sortant, dont la candidature est handicapée par trois facteurs : un bilan perçu en demi-teinte, la première place de l'insécurité et de la délinquance dans les préoccupations des habitants avec une intensité nettement supérieure à la moyenne nationale, et le profil de son principal adversaire, transfuge de l'UMP, massivement soutenu dans l'électorat RN mais qui séduit également une part significative de l'électorat de droite.

Fiche technique : 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales de Provence-Alpes-Côte d’Azur, constituant un échantillon représentatif des habitants âgés de 18 ans et plus, interrogées du 3 au 7 juin 2021. Échantillon interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de la personne interrogée, catégorie d’agglomération, département.

 

 

 

Rendez-vous le 20 juin à 20h00 pour l'estimation détaillée des résultats du premier tour

 

ici la fiche technique et tout ce qu'on veut en dessous des IV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ipsos | Sopra Steria | France Télévisions | Radio France | LCP | Public Sénat