77% des Français prêts à acheter leurs médicaments sans ordonnance en parapharmacie

Une étude exclusive, réalisée par Ipsos pour E. Leclerc, révèle que la plupart des Français est favorable à la vente des médicaments non remboursés en parapharmacie. Les Français souhaitent aujourd’hui avoir un meilleur accès aux produits de santé, à prix plus compétitifs. E.Leclerc, pionnier dans la défense du pouvoir d’achat dans le domaine de la santé, confirme ainsi la légitimité de son combat pour la vente des médicaments sans ordonnance au sein de son réseau de parapharmacies E. Leclerc, sous le contrôle d’un docteur en pharmacie.

77% des Français prêts à acheter leurs médicaments sans ordonnance en parapharmacie

Auteur(s)

  • Mathieu Doiret Directeur de clientèle, Ipsos Public Affairs
Get in touch

La majorité des Français en faveur de la vente des OTC ailleurs qu’en pharmacie, mais de préférence en parapharmacie
54% des personnes interrogées sont prêtes à acheter les médicaments sans ordonnance ailleurs qu’en officine. La proposition monte même à 61% pour les seniors (55-75 ans).
Constat le plus probant : lorsque le lieu évoqué est une parapharmacie, les Français sont alors 77 % à être prêts à y acheter leurs médicaments OTC (médicaments sans ordonnance). Leur nombre atteint 85 % chez ceux qui en achètent plusieurs fois par mois.
En spécifiant « parapharmacies de grande surface », la proportion se maintient à 71 % des Français, ce qui atteste de la confiance accordée par les consommateurs à ces espaces dédiés aux produits de santé.
Autre point révélé par l’étude : le choix de médicaments sans ordonnance est influencé autant par le conseil d’un pharmacien (55%) que par les habitudes : 49% déclarent en effet qu’ils prennent toujours les mêmes médicaments sans ordonnance. Le conseil d’un autre professionnel du métier, le médecin (17%) est concurrencé, dans ce domaine par le conseil de l’entourage (11%) ou la recherche d’informations sur Internet (7%).


Le prix est la première motivation des personnes favorables à la vente des OTC en parapharmacie, mais pas pour en consommer plus.
Pour une large majorité des personnes interrogées (80%), la vente d’OTC en parapharmacie de grande surface permettrait de bénéficier de prix plus compétitifs et dans une moindre mesure, d’une plus grande rapidité de service (56%).
Enfin, 71% des personnes interrogées n’achèteraient ni plus, ni moins de médicaments non remboursés s’ils étaient disponibles en parapharmacie. La crainte d’une envolée des ventes des OTC et la surdose de médicaments, suite à leur ouverture à la concurrence ne semble donc pas fondée, ce qui est confirmé par les observations à l’international.

E. Leclerc sort conforté dans ses revendications historiques
Dès 2009, constatant l’augmentation du coût des médicaments non-remboursés en France, avec des écarts de prix de 100% à 200% entre les officines, E.Leclerc s’est engagé pour l’ouverture à la concurrence du marché des médicaments sans ordonnance afin de pouvoir les proposer à prix Leclerc.
A titre d’exemple, lors de l’autorisation accordée aux grandes surfaces de vendre des tests de grossesse, E.Leclerc les proposait au prix défiant toute concurrence de 1 €.
Les résultats de cette étude attestent aujourd’hui que les Français sont prêts à acheter leurs médicaments sans ordonnance ailleurs qu’en officine. Il existe une réelle attente des patients-consommateurs pour l’ouverture du monopole de vente de médicaments dans des lieux dédiés aux produits de santé, et à prix plus compétitifs.


Fiche technique
L’enquête Ipsos a été réalisée du 19 au 22 septembre 2014, par Internet, via l’iOmnibus d’Ipsos, auprès d’un échantillon représentatif de 1011 Français âgés de 16 à 75 ans.

Auteur(s)

  • Mathieu Doiret Directeur de clientèle, Ipsos Public Affairs

Société