Dieppe : le maire sortant Sébastien Jumel (PCF) favori

Dirigée pendant 30 ans par le Parti Communiste, Dieppe avait basculé à droite en 2001. La ville a toutefois été reprise en 2008 par Sébastien Jumel à la tête d'une liste d'union de la gauche (PC-PS-Verts), devenant ainsi l'une des seules villes de plus de trente mille habitants hors Île-de-France gérée par un membre du PCF. L'enquête Ipsos/Steria réalisée pour France 3 Haute-Normandie et France Bleu Haute-Normandie montre qu'à deux semaines du scrutin, le maire sortant est bien placé pour obtenir un second mandat.

Dieppe : le maire sortant Sébastien Jumel (PCF) favori

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Bien que le Parti Socialiste ait quitté la majorité, la liste du Front de Gauche/EELV conduite par Sébastien Jumel recueille en effet 44% des intentions de vote au premier tour. Avec un bilan en demi-teinte - 58% des Dieppois sont satisfaits du travail accompli contre 37% de mécontents - sa liste convainc néanmoins la moitié des sympathisants socialistes dès le premier tour, et ce malgré la présence d'une liste divers-gauche menée par Bernard Brebion (18% d'intentions de vote), dont un bon tiers des colistiers est membre du PS.

A droite, la liste UMP-UDI conduite par André Gautier obtient 28% des suffrages, en net recul par rapport au score de l'UMP au premier tour de l'élection municipale de 2008 (40,7%). La liste du Front National est à 9% d'intentions de vote, proche de la barre des 10% à atteindre pour pouvoir se maintenir au second tour.

Si elle y parvenait et que l'on se retrouvait au second tour dans une configuration de quadrangulaire, Sébastien Jumel l'emporterait assez nettement : sa liste est créditée de 45% d'intentions de vote, contre 29% à la liste de droite, 19% à la liste divers gauche et 7% au FN. L'écart serait un peu moins grand si le Front National ne se qualifiait pas, la liste de droite obtenant dans ce cas 34% d'intentions de vote. Mais à 47%, la liste de Sébastien Jumel serait toujours largement favorite (la liste divers gauche restant à 19%). L'enquête teste également dans une troisième hypothèse un éventuel rapprochement des listes Jumel / Brebion au second tour : là encore pas trop de suspense, la liste de gauche obtenant 59% des intentions de vote, contre 41% à la liste de droite. A noter qu'André Gautier obtient son meilleur score dans cette configuration, la moitié des électeurs de la liste Brebion au premier tour préférant dans ce cas voter à droite (36%) ou s'abstenir (14%) au second tour, plutôt que de voter pour la liste d'union.

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs

Société