Européennes : des intentions de vote favorables à la gauche, mais pas au PS

Intentions de vote Européennes 2009 Ipsos/SFR-Le Point-20 minutes : une mobilisation toujours très faible, les listes UMP/Nouveau Centre en tête, une Gauche haute et dispersée.

Européennes : des intentions de vote favorables à la gauche, mais pas au PS

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs
Get in touch

La dernière vague d’intentions de vote Ipsos/SFR – Le Point – 20 minutes confirme le niveau extrêmement faible de mobilisation de l’électorat pour les Européennes : si l’élection avait lieu dimanche prochain, l’abstention dépasserait les 60%, ce qui constituerait un record historique pour des élections sous la Vème République, hors référendum. Cette faible mobilisation fragilise quelque peu les intentions de vote, calculées sur des votants potentiels peu nombreux.

En terme de rapport de force électoral, les listes UMP/Nouveau Centre sortent aujourd’hui en tête, à 28% d’intentions de vote. Elles bénéficient d’un effet générationnel sur la participation, la mobilisation déclarée étant tout de même plus forte chez les plus de 60 ans, cœur de l’électorat UMP. Ces personnes se déplaceront-elles pour autant le 7 juin ? Nous avons là un des enjeux des trois dernières semaines de campagne. Les listes UMP profitent en outre du faible score des listes Front National, mesurées à 5% d’intentions de vote, soit 5 point de moins que le score de 2004.

Du coup, l’UMP creuse un peu l’écart avec le Parti Socialiste, dont les listes, pointées à 22%, perdent un point d’intention de vote par rapport à la mesure du 2 mai. C’est assez nettement en dessous du score de 2004 (28,9%), alors même que le « total gauche », si l’on additionne les intentions de vote des listes Verts/Europe Ecologie (10%), Nouveau Parti Anticapitaliste (7%), PC/Parti de Gauche (5%), Lutte Ouvrière (2%), est à 46%, soit 1 point de plus qu’en 2004. On sent là pour le Parti Socialiste la menace d’un vote sanction à l’intérieur de la gauche, s’il se retrouvait au final minoritaire dans cet électorat.

L’enquête nous apprend par ailleurs que l’idée du vote sanction contre l’exécutif porte aujourd’hui moins qu’en 2004. On a certes 45% des électeurs qui souhaitent exprimer par leur vote « leur opposition à l’action du Président de la République et du gouvernement », mais 38% veulent témoigner de leur soutien. L’écart entre les deux items n’est que de 7 points, alors qu’il était sur cette même question de 20 points en 2004. Au fil de la campagne, l’électorat UMP s’était peu à peu désolidarisé du gouvernement Raffarin, un phénomène que l’on ne voit pas s’amorcer aujourd’hui, au contraire.
Une dernière question proposait enfin aux interviewés de départager Martine Aubry de François Bayrou pour le titre de meilleur opposant à Nicolas Sarkozy. La première secrétaire du Parti Socialiste recueille 44% des suffrages, contre 37% au leader du Modem, 19% des sondés ne se prononçant pas ou estimant que l’un et l’autre sont sur ce point au même niveau.

Si les élections européennes avaient lieu dimanche prochain et si vous aviez le choix entre les listes suivantes dans votre région, quelle serait celle pour laquelle il y aurait le plus de chances que vous votiez ?

Rappel Européennes 2004
%
Rappel Présidentielle 2007 (1er tour)
%
 Certains d'aller voter, exprimés (1)
%
Rappel
30 avril et 2 mai 2009 (2)
%
Rappel
13-14 mars 2009 (2)
%
2,61,3 Listes Lutte Ouvrière222
4,1 Listes du Nouveau Parti Anticapitaliste779
5,91,9 Listes Parti Communiste et Parti de Gauche566
28,925,9 Listes du Parti Socialiste222324
7,42,9** Listes Les Verts - Europe Ecologie10109
12*18,6 Listes du MoDem111110
16,631,2 Listes UMP - Nouveau Centre282727
8,43,4*** Listes MPF et CPNT666
-- Listes Debout la République111
9,810,4 Listes du Front National555,5
-- Autres listes (3) 320,5
   100100100

(1) 6% des votants potentiels n'ont pas exprimé d'intention de vote.

(2) Enquête Ipsos Le Point

(3) Notamment les listes Alliance Ecologiste Indépendante, Parti de la France, CNI, Alternative Libérale.

(*) Score obtenu par l'UDF.

(**) Somme des scores obtenus par Dominique Voynet et José Bové.

(***) Somme des scores obtenus par Philippe de Villiers et Frédéric Nihous.

 

A l'occasion des prochaines élections européennes, vous comptez exprimer… ?

Base : Aux inscrits

 Ensemble
%
Rappel Européennes 2004 (**)
Votre soutien à l'action du président de la République et du gouvernement3826
Votre opposition à l'action du président de la République et du gouvernement4546
Ni l'un ni l'autre *1016
Ne se prononce pas712
 100100

(*) Réponse non suggérée

(**) Enquête Ipsos Le Point réalisée à la veille des élections européennes de juin 2004

 

Selon vous, qui de Martine Aubry ou de François Bayrou est aujourd'hui le meilleur opposant à la politique menée par Nicolas Sarkozy et le gouvernement ?

Base : Aux inscrits

 ENSEMBLE
%
Sympathisants
Gauche non socialiste**PSModemUMP
Martine AUBRY4448622534
François BAYROU3735256048
Autant l'un que l'autre *55238
Ne se prononce pas1412111210
 100100100100100

(*) Réponse non suggérée

(**) Personnes se déclarant proches de l'extrême-gauche, du Parti communiste ou des Verts


Fiche technique :

SONDAGE EFFECTUE POUR : SFR, Le Point et 20 Minutes

DATES DU TERRAIN : Les 15 & 16 mai 2009.

ECHANTILLON : 862 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, inscrite sur les listes électorales.

METHODE : Etude réalisée par téléphone
Quotas : sexe, âge, profession du chef de famille, catégorie d’agglomération, région.

Dans chacune des sept circonscriptions métropolitaines, on a proposé aux personnes interrogées les listes et les noms des têtes de liste déjà déclarés.

Afin de mesurer au plus près de la population qui ira voter le 7 juin 2009, les intentions de vote sont calculées sur la base des votants potentiels, soit 45% des personnes interrogées. Le taux de votants potentiels est systématiquement supérieur aux taux réel de participation. Si le scrutin avait lieu au moment de l’enquête, le niveau de participation se situerait certainement en dessous de 40%.

Les résultats d’intentions de vote ne sont pas une prévision du résultat électoral. Ils donnent une indication significative de l’état du rapport de forces politiques actuel et n’interdisent aucune évolution future, notamment en fonction de l’impact de la campagne électorale.

Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d'erreur inhérentes aux lois statistiques.

La notice de cette enquête est consultable auprès de la commission des sondages.

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs

Société