Internet ne remplace pas encore le médecin

Le sondage réalisé par Ipsos pour le Conseil National de l’Ordre montre que les médecins restent la principale source d’information des Français en matière de santé, devant Internet. La recherche d’information en ligne concerne tout de même aujourd’hui sept Français sur dix (particulièrement les hommes, les jeunes, les CSP +), mais les professionnels de santé conservent un crédit dans l’opinion, que les autres sources d’informations ne leur contestent pas.

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Avec 89% de citations, le médecin (généraliste, spécialiste ou hospitalier) arrive en tête des sources utilisées par les Français pour s’informer en matière de santé, devant Internet (64% de citations), les proches (64%) et le pharmacien (63%), et, citées encore par plus d’une personne sur deux, les émissions santé à la télévision (55%). Les magasines santé ou les livres spécialisés (33%) et la radio (32%) sont un peu en retrait. La propension à utiliser certaines sources varie selon les catégories de personnes interrogées. Les hommes, les jeunes, consultent davantage internet tandis que les femmes préfèrent s’adresser à leur pharmaciens, ou regardent davantage les émissions de santé à la télévision.
Si les sources d’information sont multiples, les professionnels de santé bénéficient toutefois d’un crédit plus large. Les médecins sont très nettement désignés comme la source la plus sure (90% des Français), devant le pharmacien (40%). Comparativement, la confiance est moindre en ce qui concerne internet, les émissions santé à la télévision, les magazines santé ou les livres spécialisés. Pour autant, les trois quarts des personnes consultant des sites d’information médicale (74%) affirment que les informations leur paraissent fiables.

71% des Français cherchent des informations médicales ou de santé sur Internet

Sept Français sur dix (71%) surfent sur le net pour obtenir des informations en matière de santé : la pratique est répandue. Les deux tiers des Français (65%) ont déjà consulté Internet pour en savoir plus sur une maladie ou ses symptômes, quatre sur dix (42%) l’ont déjà fait pour obtenir des informations concernant un médicament, un traitement médical, ou des conseils pratiques pour rester en bonne santé, un peu plus d’une personne sur trois (37%) y recherche encore des témoignages d’autres patients, 15% sont en quête de l’avis d’un médecin. La recherche d’informations est le plus souvent motivée par la curiosité et l’envie d’en savoir plus sur une maladie.
Un peu plus de la moitié (53%) des personnes qui consultent les sites d’information médicale souhaitent s’informer sur une maladie, des symptômes, un diagnostic qui les concernent elles ou leurs proches. Un tiers (37%) déclare le faire par simple curiosité, pour se renseigner sur des maladies ou des problèmes de santé qui les intéressent, 23% le font pour mieux comprendre le diagnostic du médecin, 20% y recherchent des témoignages de personnes souffrant des mêmes symptômes qu’eux, et 17% le font pour être capable de poser des questions précises à leur médecin avant d’aller le voir. Seules 9% des recherches effectuées sur Internet ont pour objectif de vérifier l’exactitude du diagnostic du médecin.

Les usages d’Internet ont un impact neutre, voire positif sur les relations patients-médecins

Seul un tiers (34%) des personnes concernées informe leur médecin qu’elles consultent des sites d’information médicale, tandis que 65% ne le font pas. Pourtant, dans plus de deux cas sur trois, la réaction des médecins est positive : il leur apporte des précisions sur ce qu’ils ont lu sur en ligne. Le fait d’utiliser le net comme source d’information peut parfois même contribuer à améliorer la qualité des relations patients / médecin : 36% des personnes interviewées considèrent en effet que les relations avec leur médecin sont devenues plus constructives et basées sur le dialogue, et 30% estiment qu’elles sont plus franches qu’auparavant. Un patient sur quatre (25%) a le sentiment que sa relation avec son médecin est aujourd’hui plus harmonieuse.
L’enquête révèle enfin que le rôle d’Internet dans la relation patients-médecins pourrait s’accroître si des médecins venaient à ouvrir leur propre blog ou site Internet : 62% des Français affirment qu’ils le consulteraient, contre 37% que ça n’intéresserait pas ; 38% de ceux qui n’utilisent pas encore Internet comme vecteur d’information médicale seraient d’ailleurs enclins à se connecter pour visiter le blog ou le site de leur médecin.

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs

Société