La grève d'Air France ne scandalise pas les Français

Si la grève des pilotes suscite une réaction très partagée dans l'opinion française, elle scandalise véritablement à l'étranger, notamment aux Etats-Unis.

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs
Get in touch

La grève des pilotes d'Air France n'est pas populaire, mais elle ne suscite pas, selon deux enquêtes récemment publiées, autant d'hostilité dans l'opinion qu'on aurait pu l'imaginer. Un sondage CSA publié par "le Journal du Dimanche" (1) indique que 17% des personnes interrogées déclarent qu'elle "soutiennent" ce mouvement, 21% qu'elles éprouvent de la "sympathie" à son égard", 22% qu'elle sont "indifférentes", 21% qu'elle sont "assez opposées" et 13% "hostiles". Le taux de sans réponse n'est que de 6%. Au total, l'opinion serait assez partagée: 38% de réactions plutôt positives à l'égard de cette grève contre 34% d'opinions négatives.

Mais cette question donne traditionnellement une mesure favorable à la popularité des conflits sociaux. Par comparaison avec les grèves précédentes, le mouvement des pilotes ne peut guère se prévaloire du soutien populaire. D'après le même institut et avec une question identique, 70% des Français soutenaient le "mouvement des chômeurs" de la fin de l'année dernière, 79% la grève des routiers de novembre 1997 et 60% les grandes grèves du secteur public de décembre 1995.

Une autre enquête, réalisée par BVA pour BVM et "Paris-Match" (2), révèle un clivage du même ordre. Si 21% des sondés pensent que "c'est la seule façon pour eux de faire entendre leurs revendications" et 26% qu'"ils ont le droit de faire grève, même pendant la Coupe du Monde", 50% estiment qu'"ils ne devraient pas profiter de la Coupe du Monde pour faire grève" (3% de sans opinion). Le soutien aux gréviste d'Air France n'est nettement majoritaire que dans l'électorat du PCF (66%) tandis que les sympathisants du PS et du FN réagissent à peu près comme l'ensemble des Français. Seuls les proches de l'opposition UDF-RPR condamnent fermement (71%) la grève qui menacerait le football mondial.

Ce manque de révolte contre une grève, présumée impopulaire en cette période de festivités sportives, de salariés très bien rémunérés est sans doute révélateur d'un mécontement social sous-jacent de nombreux Français. Il s'explique aussi par le fait, relevé par Lionel Jospin lui-même, que les défaillances d'Air France empêcheront peu de Français d'assister aux matches.

A l'étranger, il a va différemment. Aux Etats-Unis, en particulier, la grève d'Air France provoque une colère très vive. On en prendra la mesure en lisant le féroce reportage sur les aventures d'un Américain à Paris publiée dans le Philadelphia Online.

En France, au contraire, certains courants de contestation radicale n'hésitent pas à défendre "la modernité" de cette grève, comme le fait étonnamment l'éditorialiste du Scaracabée.

Quoi qu'il en soit, la décision des pilotes grévistes d'acheminer gratuitement les porteurs d'un billet pour la Coupe du Monde devrait leur éviter de sombrer dans une impopularité trop prononcée.

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs

Société