Les étudiants ont de plus en plus de mal à se loger

L'enquête réalisée par Ipsos pour le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche montre que si la situation des étudiants tend à s'améliorer dans de nombreux domaines, le logement reste un problème majeur. Confronté à des difficultés multiples (montant des loyers, insuffisance de logements disponibles, cautions), plus d'un étudiant sur trois vit aujourd'hui chez ses parents.

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
Get in touch

Les types de logements occupés par les étudiants sont relativement variés. Un peu plus d’un sur trois (35%, 39% pour les filles) déclarent vivre chez leurs parents, 33% vivent seuls dans un logement non universitaire, 14% sont en colocation, 13% résident en cité universitaire et 5% sont logés d’une autre manière. Les modes de financement aussi sont multiples. La majorité (60%) des étudiants qui ne vivent plus chez leurs parents est financée par ces derniers. Les aides institutionnelles sont aussi relativement répandues (37% perçoivent l’aide au logement et 19% une bourse). Toujours parmi les étudiants ne vivant plus chez leurs parents, un sur quatre (26%) finance lui même son logement, en exerçant une activité professionnelle en parallèle des études (26%). Comme on pouvait s'y attendre, la façon dont les étudiants financent leur logement varie surtout en fonction de la catégorie socioprofessionnelle des parents : 62% des enfants de cadres supérieurs bénéficient d’une aide financière de leurs parents, contre 39% des enfants d’ouvriers. L’exercice d’une activité professionnelle en parallèle des études progresse aussi nettement avec l’âge : il concerne 56% des étudiants de plus de 24 ans, contre seulement 2% des étudiants âgés de moins de 20 ans. 

Le logement reste perçu comme le principal problème de la condition estudiantine

Invités à se prononcer de manière détaillée sur l’évolution de la situation des étudiants, le grand public dresse un bilan contrasté, quand les étudiants sont plus franchement optimistes. La majorité des interviewés estime ainsi que la situation s'améliore en matière "d'accès aux équipements informatiques et à internet" (88% de cet avis chez les étudiants, 80% sur l'échantillon grand public), en matière de "mobilité internationale" (83% des étudiants jugent que la situation s'améliore mais seulement 54% sur l'ensemble des Français), par rapport à "l'accès à la culture" (78% / 65%), aux "formations en alternance" (73% / 58%), à "la vie associative" (72% / 48%), à "l'orientation et aux passerelles entre les filières" (63% des étudiants trouvent que la situation s'améliore mais seulement 39% des Français), à "l'accès au soins et à la santé" (63% / 37%) ou au "transport" (60% / 47%).

Globalement, les étudiants considèrent ainsi que les choses ont tendance à s’améliorer dans huit des onze domaines testés. Les trois derniers domaines constituent des motifs de préoccupation: "l’accès aux bourses" (34% des étudiants et 46% des Français estiment que la situation se détériore), "l’insertion professionnelle" (qui se dégrade selon 50% des étudiants et 60% des Français) et surtout "le logement" (52% des étudiants et 76% des Français perçoivent une évolution négative).

La recherche d’un logement étudiant semble en effet s'apparenter à un parcours semé d’embûches.39% d'entre eux ont rencontré des difficultés pour se loger : loyers trop élevés (88% de citations), pénurie de logements (70%), faible nombre de logements disponibles près du campus (64%), trop grandes exigences en matière de caution ou de documents administratifs (64%), logements trop petits (62%) ou inconfortables (55%), méfiance des propriétaires en raison de leur âge (39%)...


Fiche technique :

Enquête Ipsos / Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche réalisée par téléphone du 11 au 17 mars auprès d’échantillons représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus (968 personnes) et des étudiants (802 personnes). Méthode des quotas : sexe, âge, profession du chef de famille, catégorie d’agglomération et région pour l'échantillon grand public, sexe, âge, cursus, académie et discipline étudiée pour l'échantillon étudiants.

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs

Plus de contenus sur Logement / Habitat

Société