Municipales 2020 - Bordeaux : un rapport de force très ouvert

L’enquête Ipsos/Sopra Steria réalisée pour France Bleu et Sud Ouest fait apparaître rapport de force très ouvert dans la perspective du 1er tour des élections municipales à Bordeaux.

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
  • Laurène Boisson Chef de groupe, Public Affairs
Get in touch

Une situation électorale très ouverte

L’enquête Ipsos/Sopra Steria menée du 12 au 17 décembre derniers pour France Bleu et Sud Ouest fait apparaître un rapport de force très ouvert dans la perspective du 1er tour des élections municipales à Bordeaux.

La liste menée par le Maire actuel, Nicolas Florian, soutenue par les Républicains, l’UDI, le Modem, Agir et le Mouvement radical obtiendrait 33 % des suffrages (certes bien loin des 61% obtenus au 1er tour par Alain Juppé en 2014), devançant de peu la liste menée par Pierre Hurmic (30%), soutenue par EELV, le PS, le PC, le PRG, Place publique et Nouvelle Donne. 

Autre enseignement majeur de cette enquête, la liste de Thomas Cazenave soutenue par La République en Marche (dont la liste aux élections européennes avait pourtant obtenu près de 30% des voix à Bordeaux) peine à trouver sa place entre ces deux principales listes (16%).

Les autres listes en présence ne passeraient pas la barre des 10 % : les listes Divers gauche de Vincent Feltesse et du RN (formation politique qui obtient traditionnellement à Bordeaux des scores très en deçà de ses moyennes nationales) sont créditées de 7% chacune, celle de La France Insoumise de 6% et enfin, la liste sans étiquette de Pascal Jarty de 1%.

Les électeurs de La République en Marche: probables juges de paix du 2nd tour

Sur la foi de cette enquête, si le rapport de force devait demeurer inchangé d’ici le 15 mars prochain et compte tenu de l’avance confortable dont bénéficient les listes de Pierre Hurmic et de Nicolas Florian, l’issue du 2nd tour dépendrait probablement beaucoup de l’attitude de Thomas Cazenave (maintien de sa liste ou pas, ralliement à l’une des deux listes ou pas, consignes de vote données ou pas…) et plus encore de ses électeurs en fonction de leur appétence pour une liste ou l’autre (la liste de Pierre Hurmic pouvant par ailleurs raisonnablement compter sur des reports de voix favorables de la part des électeurs des listes France Insoumise et Divers gauche).

Un bilan municipal salué 

Fait notable, une très large majorité de Bordelais porte un jugement favorable à l’égard de l’action de la Municipalité depuis 2014. Plus des trois quarts d’entre eux considèrent qu’elle a accompli un travail excellent ou bon (le plus souvent«bon», moins fréquemment «excellent»). Ce chiffre est sensiblement supérieur à notre moyenne nationale mesurée dans les communes de plus de 50000 habitants (63% en moyenne), preuve que les Bordelais dans leur ensemble se révèlent satisfait de l’action municipale depuis les élections de 2014. Par ailleurs, les jugements positifs sont largement majoritaires y compris auprès des Bordelais tentés par un vote en faveur d’une autre liste que celle menée par Nicolas Florian: ainsi, une très large part des électeurs des listes menées par la France Insoumise (75%), Pierre Hurmic (70%), Vincent Feltesse (79%) et Thomas Cazenave (88%) reconnaissent la qualité du travail effectué. Il n’y a que les Bordelais déclarant voter pour la liste du Rassemblement national qui sont plus mesurés sur ce point (quoique considérant majoritairement à 55% que le travail est positif). Même si ces très bons résultats sont très certainement à imputer à la bonne image dont a toujours bénéficié Alain Juppé dans la ville (élu, rappelons-le, au 1er tour en 2014 avec 61% des suffrages exprimés), ce satisfecit général profite également à Nicolas Florian, élu Maire seulement en mars dernier, et explique en partie le fait qu’il arrive en tête au 1er tour de notre intention de vote.

Circulation-stationnement et environnement et lutte contre la pollution: de loin, les principales préoccupations des Bordelais

Quand on leur demande de se projeter dans l’avenir, les Bordelais souhaitent que la future Municipalité porte ses efforts en priorité dans les domaines de la circulation et du stationnement(51%, soit beaucoup plus que ce que nous mesurons à l’échelle nationale dans les autres grandes villes) et de l’environnement et la lutte contre la pollution(42%, niveau conforme à la moyenne nationale), loin devant le logement (32% contre 21% à l’échelle nationale) et les transports en commun(31% contre 22% ailleurs en France).

Un élément est également à souligner: la sécurité semble être une préoccupation moins importante à Bordeaux que dans les autres villes françaises (une priorité pour 22% des Bordelais contre 44% à l’échelle nationale).

Enfin, les attentes varient aussi selon le profil politique des Bordelais interrogés. Circulation-stationnement, propreté et sécurité préoccupent davantage les électeurs de la liste de Nicolas Florian que les autres. A l’inverse, les électeurs de Pierre Hurmic citent plus volontiers l’environnement et le logement.


Fiche technique : enquête Ipsos/Sopra Steria pour France Bleu et Sud Ouest menée du 12 au 17 décembre 2019 auprès de 814 personnes inscrites sur les listes électorales de Bordeaux.

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
  • Laurène Boisson Chef de groupe, Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société