PRIMAIRE UMP : INTENTIONS DE VOTE

Pour désigner son candidat à l’élection présidentielle de 2017, l’UMP organisera en novembre 2016 une élection primaire ouverte à tous les Français inscrits sur les listes électorales. Ipsos et Le Point ont réalisé des intentions de vote dans la perspective de cette élection.

PRIMAIRE UMP : INTENTIONS DE VOTE

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Ce rapport présente les résultats auprès de deux populations distinctes :

  • L’ensemble des sympathisants UMP, UDI et MoDem, potentiellement les plus susceptibles de se mobiliser le jour du scrutin, soit environ 30% des Français (612 personnes dans cette enquête) ;
  • L’ensemble des Français déclarant aujourd’hui être certains d’aller voter à cette primaire, quelle que soit la sympathie politique qu’ils expriment, soit environ 7% des Français (143 personnes dans cette enquête).  

A 19 mois de la primaire, les écarts de résultats observés entre ces deux populations montrent que le niveau de mobilisation des différents électorats sera un enjeu majeur du scrutin. 

L’ensemble des sympathisants de la Droite et du Centre sont très partagés dans leurs préférences : 38% d’entre eux choisiraient au premier tour Nicolas Sarkozy, contre 38% qui opteraient pour Alain Juppé. Bruno Le Maire (13%) et François Fillon (8%) arriveraient loin derrière.   

Au second tour, l’ensemble des sympathisants de la Droite et du Centre donneraient une courte avance à Alain Juppé face à Nicolas Sarkozy (53% contre 47%). L’ancien Premier ministre bénéficierait notamment du soutien massif des sympathisants de l’UDI (89% contre 11%) et du MoDem (94%, contre 6%). A l’inverse, Nicolas Sarkozy aurait la préférence de 61% des Français se déclarant proches de l’UMP, une population stratégique puisque susceptible de se mobiliser en grand nombre pour ce scrutin.

En effet, le niveau de mobilisation des différents électorats sera un enjeu majeur de la primaire. A ce stade, 7% des Français déclarent être certains d’y participer. L’expérience indique que les électeurs surestiment systématiquement leur participation à un scrutin, mais ce chiffre témoigne néanmoins d’un réel intérêt pour cette élection.

Surtout, l’intention de participer à cette primaire est aujourd’hui politiquement différenciée : si 20% des sympathisants de l’UMP expriment cette intention, cette proportion chute à 5% chez les proches de l’UDI et à 4% chez les sympathisants du MoDem, jusqu’ici très peu concernés. De même, Nicolas Sarkozy domine tout particulièrement auprès des sympathisants UMP les plus mobilisés, ceux qui comptent voter l’an prochain : 65% d’entre eux le choisiraient au premier tour, contre « seulement » 51% de l’ensemble des sympathisants du parti. 

Ce différentiel de mobilisation se traduit aujourd’hui en une nette avance en faveur de l’ancien président auprès des Français déclarant être certains de participer au scrutin. Ainsi, si l’élection avait lieu aujourd’hui, ces votants potentiels élieraient Nicolas Sarkozy dès le premier tour avec 55% des suffrages, très loin devant Alain Juppé (26%), Bruno Le Maire (9%) et François Fillon (7%). 

Auteur(s)

  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs