Régionales 2004 : la Gauche frôle le grand chelem

2 régions en 1986 et 1992, 8 en 1998, 20 sur les 22 de la France métropolitaine en 2004. La victoire de la gauche est historique. Seul l'Alsace est assurée de rester à droite. En Corse, la gauche est majoritaire en voix, mais la spécificité du scrutin sur l'île de beauté (Assemblée Territoriale, toutes les listes ayant obtenus 5% des suffrages pouvaient se maintenir au second tour) ne permet pas encore de savoir qui dirigera l'Assemblée. Dans les Doms, la gauche conserve la Réunion et la Guyane, ravi la Guadeloupe à la droite. Seul la Martinique restera dirigée par les indépendantistes, souvent classés à gauche pour leur "anticapitalisme". Autre vaincu du scrutin, le FN perd au moins la moitié de ses conseillers régionaux. La participation a été sensiblement plus forte qu'en 1998, deux électeurs sur trois se sont rendus aux urnes.

Régionales 2004 : la Gauche frôle le grand chelem

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Dernière mise à jour : 24 mai 2004

Si le premier tour des élections régionales avait lieu dimanche prochain et si vous aviez le choix entre les listes suivantes, quel serait celle pour laquelle il y aurait le plus de chances que vous votiez ?

  Résultats
Régionales 2004
1er tour
%
Intention de vote moyenne*
%
 
Rappel Ipsos
18-19 mars
2004
%
Rappel Ipsos
17-18 mars
2004
%
Rappel Ipsos
16-17 mars
2004
%
Rappel Ipsos
15-16 mars
2004
%

Listes LO-LCR

4,58 5,5 6 7 7,5 7

Listes PC auto-nomes

40,31

2,5

39

2

38,5

2

37,5

2

37,5

2,5

38

Listes PS alliées au PC et/ou aux Verts

33,5

33

32,5

33

32,5

Listes des Verts auto-nomes

2,5

3

2,5

2

2,5

Listes Divers Gauche

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

Listes UDF auto-nomes

34,96

8

36

8

36

8

35,5

8

35

8,5

36

Listes UMP auto-nomes

18

18

18

18

18,5

Listes UMP/ UDF

9,5

9,5

9,5

8,5

8,5

Listes Divers Droite

0,5

0,5

0,5

0,5

0,5

Listes FN

16,61 15 15 14,5 14,5 13,5

Listes MNR

1 1 1 1 0,5

Listes CPNT

3,55 1,5 1 1,5 1,5 1,5

Autres listes

2 2,5 3 3 3,5
  100 100 100 100 100 100

* 25 % des personnes interrogées, certaines d'aller voter, n'ont pas exprimé d'intention de vote

Toutes les mesures d'intentions de vote

Ile-de-France : la gauche en tête
25 Mars 2004
L'enquête Ipsos-Le Figaro-LCI sur la situation politique en Ile-de-France dans la perspective du second tour des élections régionales donne, à quatre jours du scrutin, un rapport de force favorable à la gauche : 47,5% d'intention de vote moyenne pour la liste du Parti Socialiste, du Parti Communiste et des Verts conduite par Jean-Paul Huchon, contre 44,5% à la liste de l'UMP et de l'UDF conduite par Jean-François Copé, et 8% pour celle du Front National conduite par Marine Le Pen.

PACA : la gauche en tête des dernières intentions de vote
24 Mars 2004
L'enquête Ipsos-Le Figaro-LCI réalisée en région Provence-Alpes-Côte d'Azur dans la perspective du second tour des régionales 2004 révèle que la gauche est bien placée pour conserver la région. Avec une intention de vote moyenne à 43%, la liste du Parti Socialiste, du Parti communiste et des Verts conduite par Michel Vauzelle est en avance sur la liste de l’UMP et de l’UDF conduite par Renaud Muselier (37%), et sur liste du Front national conduite par Guy Macary (20%). Les taux de fermeté du choix, supérieurs à 80% pour les trois listes, montrent qu'il sera difficile pour Renaud Muselier et ses colistiers d'inverser la tendance dans les derniers jours de campagne, même si en terme de souhait de victoire, les électeurs restent très partagés.

10% des "exprimés" ou des "inscrits" : 17 triangulaires contre 9
23 Mars 2004
L'article 4 du projet de loi du gouvernement sur la réforme des modes d'élection des conseillers régionaux, qui prévoyait un seuil de 10% des inscrits pour se qualifier au second tour, avait soulevé l'opposition de l'ensemble des formations politiques, à l'exception de l'UMP : 13 200 amendements à l'Assemblée nationale, et l'engagement de responsabilité du premier ministre, qui avait eu recours au 49-3. Finalement censuré par le Conseil Constitutionnel pour vice de procédure (décision du 3 avril), le gouvernement était revenu à la version initialement soumise au conseil d'état, avec un seuil à 10% des suffrages exprimés. Les deux options modifient sensiblement la présence du Front National au second tour. Le FN est aujourd'hui en mesure de se maintenir dans 17 régions. Il est simplement éliminé en Auvergne, Bretagne, Corse, Limousin et Pays de Loire. Avec un seuil à 10% des inscrits, les listes FN n'auraient été qualifiées pour le second tour que dans 9 régions : Alsace, Centre, Champagne-Ardenne, Franche-Comte, Languedoc, Nord-Pas-de-Calais, Picardie, PACA, et Rhône-Alpes.
Voir aussi : la France des régions, carte FN.

Le rapport de force électoral actuel reste très proche de celui de 1998
17 Mars 2004
La dernière vague avant le premier tour du baromètre de climat électoral Ipsos-Le Point montre que le rapport de force n'a pas significativement bougé depuis les dernières régionales. En terme d'intentions de vote nationale, Gauche et Droite parlementaires sont aujourd'hui presque à égalité (respectivement 37,5 et 37%), à un point de leur score de 1998. Avec une moyenne à 14,5% (entre 13 et 15,5% pour le FN, 0,3 et 1% pour le MNR), l'extrême-droite n'aurait pas non plus élargi son socle électoral (15,3% en 1998). Il faut alors se pencher vers l'extrême gauche pour mesurer des évolutions significatives : les listes LO/LCR se situeraient actuellement dans une fourchette de 5,5 à 8%, pour une intention de vote moyenne à 7%, plus d'une fois et demi supérieure au score de 1998 (4,4%). Cette progression ne leur garantit toutefois pas d'atteindre dans une région le seuil des 10% nécessaires pour se maintenir au second tour, et espérer avoir des conseillers régionaux.

Nord-Pas de Calais : avantage à la gauche
17 Mars 2004
L'enquête Ipsos-Le Point sur la situation politique en Nord-Pas de Calais dans la perspective des élections régionales de mars 2004 montre que la gauche est en mesure de conserver la région. La liste PS est en tête des intentions de vote premier tour, les listes PC et Verts étant en mesure d'atteindre le seuil des 5% les autorisant à fusionner dans une liste d'union de la gauche pour le second tour. Avec une intention de vote moyenne à seulement 4%, la liste LO/LCR semble pâtir de la diversité de l'offre électorale à gauche, et surtout de la concurrence d'une liste communiste créditée d'environ 10% d'intentions de vote. Même si globalement la moitié des électeurs reste encore indécis, il sera difficile à l'extrême-gauche d'atteindre les 10% nécessaires pour se maintenir au second tour.

Ile de la Réunion : la gauche bien placée
17 Mars 2003
Réalisée à deux semaines du premier tour des régionales 2004, l'enquête Ipsos-Antenne Réunion et le Journal de l'Ile de la Réunion révèle que la liste Alliance réunissant le Parti Communiste Réunionnais, des candidats divers gauche et de la société civile est en tête des intentions de vote. Une majorité d'électeurs se déclare toutefois encore indécis.

PACA : les listes Muselier et Vauzelle très proches dans les intentions de vote
11 Mars 2004
L'enquête d'intentions de vote Ipsos-LCI-Le Figaro réalisée en région PACA témoigne d'un rapport de force très serré entre la liste d'union PS-PC-Verts et celle de l'UMP-UDF. Malgré un Front National mesuré autour de 20%, le sondage ne permet pas de départager la droite et la gauche parlementaires au second tour (40% chacunes)

Régionales : l'indécision baisse, mais reste forte
11 Mars 2004
A deux semaines du scrutin, 42% des électeurs "certains d'aller voter" ne sont pas sûr de leur choix, ou ne savent pas encore pour qui voter. L'indécision reste donc importante, même si elle a baissé de 10 points en une semaine. L'enquête Ipsos-Le Point sur le climat électoral témoigne d'une relative stabilité du rapport de force national entre les formations politiques, depuis le début de la campagne. Le rapport de force mesuré aujourd'hui est même assez proche de celui de 1998, si l'on fait abstraction de la poussée de l'extrême gauche.

La liste UDF-UMP bien placée en Rhône-Alpes
04 Mars 2004
A trois semaines du scrutin, la liste de la droite parlementaire conduite par la présidente sortante Anne-Marie Comparini (UDF) est en tête des intentions de vote premier et second tour pour les prochaines régionales. Selon l'étude Ipsos-Le Figaro-LCI, la majorité des électeurs est toutefois encore indécise.

Régionales : la moitié des électeurs encore indécis
01 Mars 2004
A un mois du premier tour, le quart des électeurs "certains d'aller voter" ne sait pas encore pour qui, et un sur deux déclare pouvoir encore changer d'avis. Les dernières mesures d'intention de vote réalisées par Ipsos pour Le Figaro sont donc à prendre avec précaution. Elles révèlent tout de même que la campagne électorale n'a pas significativememt bousculé le rapport de force, stable depuis fin janvier. Autour de 35%, les listes "gauche plurielle" sont un peu en retrait des listes de la droite parlementaire, plus proches des 40%. Si l'extrême gauche semble encore assez loin du seuil des 10% nécessaires pour être qualifié au second tour (6%), le score du FN, aujourd'hui autour de 15%, laisse entrevoir de nombreuses triangulaires. L'enquête aborde encore les souhaits de victoire et les motivations du vote, qui se sont un peu rééquilibrées : la moitié des électeurs se déterminera en fonction de la situation politique au niveau national, quand l'autre moitié déclare qu'elle tiendra compte avant tout de la situation politique de sa région.

La gauche pourrait l'emporter sur les terres de Jean-Pierre Raffarin
25 Février 2004
L'enquête Ipsos-Le Point sur la situation politique en Poitou-Charentes dans la perspective des élections régionales de mars 2004 révèle que la région pourrait basculer à gauche. La liste commune du Parti Communiste, du Parti Socialiste et des Verts conduite par Ségolène Royal est aujourd'hui en tête des intentions de vote premier et second tour.

Régionales : issue très incertaine en Bretagne
25 Février 2004
Comme en Poitou-Charentes, la région Bretagne jusqu'à présent dirigée par la droite pourrait basculer à gauche. Même si pour le moment l'enquête d'intentions de vote Ipsos-Le Point révèle un rapport de force équilibré en cas de duel (50/50), cette hypothèse n'est pas à exclure. Surtout si la liste du FN parvient au seuil des 10% l'autorisant à se maintenir dans une triangulaire au second tour.

Régionales en Ile-de-France : UDF et UMP à égalité
20 Février 2004
L'enquête Ipsos-LCI-Le Figaro sur la situation politique en Ile-de-France révèle que derrière la liste PS-Verts, les listes UDF conduite par André Santini et UMP conduite par Jean-François Coppé sont pour le moment au même niveau dans les intentions de vote régionales premier tour. A un mois du scrutin, la liste PC est en mesure d'atteindre le seuil des 5% qui l'autoriserait à fusionner.

Le FN, clé du second tour
19 Février 2004
Si le seuil de 10% des suffrages exprimés pour se maintenir au second tour condamne les petits partis, il devrait favoriser la tenue de nombreuses triangulaires Gauche – Droite – FN. La projection par région des scores obtenus en 1998, aux législatives et à la présidentielle 2002, montre que le FN a souvent franchi ce seuil lors des précédents scrutins.

Régionales en Aquitaine : la droite semble majoritaire, mais le jeu reste ouvert
17 Février 2004
Le nouveau mode de scrutin a deux tours, les stratégies d'alliance de l'entre-deux tours, les "seuils", 10% pour pouvoir se maintenir ou 5% pour être autorisé à fusionner, la configuration du second tour et les nombreuses triangulaires à prévoir, rendent plus qu'hasardeux tout pronostic de victoire aux Régionales de mars prochain. L'enquête Ipsos/Le Figaro/LCI sur la situation politique en Aquitaine illustre parfaitement la complexité de la situation. Selon les intentions de vote "moyennes"(*), la liste du Parti Socialiste et des Verts arriverait aujourd'hui en tête d'un premier tour où les formations de droite seraient majoritaires. Ensuite, selon la configuration du second tour – présence ou non du FN – et la tête de liste choisie pour conduire une liste UDF-UMP – François Bayrou ou Xavier Darcos – le rapport de force bascule. A cinq semaines du premier tour les listes UDF et UMP sont au coude à coude, un peu plus de 20% d'intentions de vote chacune, la liste du FN étant créditée de 8 à 10%. Et la moitié des électeurs "certains d'aller voter" ne sait pas encore vraiment pour qui.

Régionales : les élus locaux veulent faire barrage au FN
Janvier 2004
L'enquête réalisée par Ipsos pour Le courrier des Maires montre que les élus locaux sont favorables au nouveau mode de scrutin, censé permettre de dégager plus facilement des majorités aux conseils régionaux, fût-ce au prix de la disparition de certaines formations, non présentes au second tour (moins de 10%) ou non autorisées à fusionner avec une plus grosse liste (moins de 5%). Par ailleurs si en cas de triangulaire, le FN était en mesure de l'emporter, les élus prônent "le barrage au Front National", par fusion des listes droite/gauche pour les élus de petites communes, ou par désistement de la liste la moins bien placée à l'issu du premier tour, pour les maires des plus grandes agglomérations, les conseillers généraux et régionaux.

Régionales 2004 : un noyau éléctoral important sur les extrêmes
Décembre 2003
L'enquête réalisé par Ipsos pour Le Point et LCI révèle que l'intérêt des Français pour les élections régionales 2004 est supérieur à celui mesuré fin 97. La nationalisation des enjeux en fera peut-être aussi un scrutin plus "politique" et moins local. Le sondage laisse en tous cas entrevoir des stratégies de campagne divergentes entre Gauche et Droite. La bonne perception du bilan des conseils régionaux encouragera la Droite, qui détient 14 des 22 régions, à "régionaliser" le scrutin. A contrario, la Gauche préférerait voir dans les seules élections intermédiaires entre les présidentielles de 2002 et 2007 un "scrutin sanction" de la politique du gouvernement.

Les forums de CanalIpsos

Décrypter l'état de la société française et les attentes des Français, mesurer l'impact de l'actualité politique, économique et sociale, comprendre l'évolution des comportements et des attitudes ...

Pour analyser et débattre du climat d'opinion en France, Ipsos, en partenariat avec Europe 1, a créé les Forums de Canal Ipsos : Pierre Giacometti, directeur général d'Ipsos, invite Eric Dupin, journaliste et essayiste, et une personnalité du monde politique ou économique à débattre sur fond de données d'opinion.

XIème forum de Canal Ipsos, avec Dominique Strauss-Kahn
Décrypter l'état de la société française et les attentes des Français, mesurer l'impact de l'actualité politique, économique et sociale, comprendre l'évolution des comportements et des attitudes : pour analyser et débattre du climat d'opinion en France, Ipsos, en partenariat avec Europe 1, a créé les Forums de Canal Ipsos. Pierre Giacometti, directeur général d'Ipsos, a invité Eric Dupin, journaliste et essayiste, et Dominique Strauss-Kahn, député-maire de Sarcelles, à débattre sur fond de données d'opinion. Au sommaire de cette onzième édition :

  • l'image dans l'opinion des juges et de la justice, sur fond "d'affaire Juppé"
  • les Régionales 2004, avec la publication d'une première mesure d'intentions de vote
  • l'Europe, et la montée sensible en France de l'euroscepticisme
  • la gauche et le PS face à l'opinion

Dixième forum avec François Bayrou (décembre 2003)
Derrière les chiffres, leur évolution : Pierre Giacometti, directeur général d'Ipsos fait le tri dans la masse de chiffres publiés par les instituts de sondages pour en faire apparaître les tendances d'opinion. Avec Eric Dupin, journaliste, et François Bayrou, chef de file de l'UDF, le débat portait pour cette édition sur le climat économique et politique actuel, l'impopularité du gouvernement, le positionnement de l'UDF, dans la perspective des régionales 2004.

Les dix dernières enquêtes dans notre sommaire "politique et élections"

Le baromètre de l'action politique Ipsos-Le Point : la popularité de l'exécutif, des principaux leaders et partis politiques

Politique : le "ras-le-bol" croissant
Phénomène sans précédent, la dernière vague du baromètre de l'action politique Ipsos-Le Point, réalisée en pleine campagne électorale, est marquée par la baisse de popularité de l'ensemble de la classe politique. La chute des avis favorables est généralisée, sans que pourtant les mauvaises opinions augmentent : ce sont les non-réponses qui progressent pour toutes les personnalités testées. L'exécutif est également touché : pour la première fois depuis sa réélection, Jacques Chirac rejoint Jean-Pierre Raffarin dans l'impopularité.
Toutes les vagues depuis janvier 1998

Vous pouvez également interroger notre moteur de recherche, accessible depuis la page d'accueil, ou fouiller dans
la banque des sondages : 8000 enquêtes réalisés par les grands instituts français depuis 1987 (accès gratuit pour les membres).

Le baromètre de potentiel électoral Ipsos-Le Vrai journal

Présidentielle 2007 : Sarkozy tient la corde (janvier 2004)
La dernière vague du baromètre de potentiel électoral Ipsos-Le Vrai journal, qui mesure la capacité d'attraction et de rassemblement des principales personnalités susceptibles d'être présentes au 1er tour de l'élection présidentielle de 2007, confirme l'avance de Nicolas Sarkozy sur tous les autres leaders politiques : 13% des Français, et le quart des sympathisants de droite, se déclarent aujourd'hui "certains de voter pour lui" s'il se présentait. Toutes les vagues depuis septembre 2003 Page à créer

Sondages et analyses réalisées lors du précédent scrutin

Dell Partenaire d'Ipsos pour la soirée électorale
Le site de Dell ; Le communiqué ; La Vidéo

Le dossier de France 2, notre partenaire pour les soirées électorales : mode de scrutin et enjeux, par force politique et par région

L'observatoire interrégional du politique Créé en 1985 par Sciences Po et le CNRS, dans le cadre d'un partenariat avec les Conseils régionaux, l'Observatoire interrégional du politique (OIP) est un centre public d'expertise et de recherche dédié à l'étude de la régionalisation et de la décentralisation :
une mine d'informations sur chaque région, et un dossier spécial Régionales 2004

Connaître et comprendre la région

Le rôle des Régions s'est progressivement accru au fil des années. Les dates clef de cette évolution depuis la loi de 1982, les perspectives de la décentralisation, sur le site du Conseil Régional de Bretagne.

Listes, par région et par parti, sur www.france-politique.net

Régionales et Cantonales 2004 : le dossier "pédagogique" réalisé par le Ministère de l'Intérieur.
Voir notamment : aide sociale, santé, enseignement et formation, transports, tourisme, patrimoine : les missions du conseil général et régional.
Egalement des précisions sur le mode de scrutin, les financements de campagne, le cumul des mandats, etc.

Actu
Dépêches d'agences et fil info dans le dossier élections 2004 de Yahoo France
Articles de la presse francophone recencés par Yahoo

Politique et internet (weblog)

Les sites électoraux des partis politiques
Lutte Ouvrière
Ligue Communiste Révolutionnaire
Construire une alternative à gauche : le projet du PC
PS – Régionales 2004
Les Verts – Régionales 2004 : Le dossier élections régionales sur le site des Verts
UDF – Régionales 2004
UMP Régionales 2004

Auteur(s)

  • Jean-François Doridot Directeur Général, Ipsos Public Affairs

Société