Brive-la-Gaillarde : la division de la droite entretient le suspense

Battue en 2008 alors qu'elle dirigeait la ville depuis plus de quarante ans, la droite espère reprendre la mairie cette année. L'enquête Ipsos/Steria réalisée pour France 3 Limousin, France Bleu Limousin et La Montagne montre qu'elle a effectivement des chances de l'emporter, même si la présence d'une liste dissidente conduite par l'ancien maire Bernard Murat, en poste de 1995 à 2008, complique singulièrement la tâche.

Brive-la-Gaillarde : la division de la droite entretient le suspense

Auteur(s)

  • Alice Tétaz Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Le rapport de force électoral au premier tour penche effectivement vers la droite, qui obtient au total 56% des intentions de vote : la liste UMP-UDI-Parti Radical-Nouveau Centre conduite par Frédéric Soulier est en tête avec 40% des suffrages, la liste divers-droite de Bernard Murat est à 16%. La gauche recueille de son côté 44% des intentions de vote, réparties entre la liste PS-PCF-Modem conduite par le député-maire sortant Philippe Nauche (37%), et liste EELV/Parti de Gauche menée par Daniel Freygefond (7%).

Le comparatif avec l'élection municipale de 2008, gagnée par Philippe Nauche avec 52% des voix au second tour, est un peu trompeur : la gauche unie dans une liste PS-PCF-Verts obtenait à l'époque 44,5% des suffrages au premier tour, soit à peu près son niveau d'intentions de vote actuel, mais une liste Modem indépendante recueillait 6,6% des voix.

La gauche enregistre en revanche un recul assez net à Brive par rapport au score du "corrézien" François Hollande au second tour de l’élection présidentielle de 2012 (60,1%), et surtout par rapport aux 57,43% obtenus par Philippe Nauche dans la ville au second tour des élections législatives de 2012.

Ce recul fait peut-être écho au bilan mitigé du maire, 52% des Brivistes étant satisfaits du travail accompli par Philippe Nauche contre 40% de mécontents ; on est largement en-deçà de ce que l'on mesure en moyenne dans les villes de plus de 25000 habitants. La prédominance du thème de "l'emploi et du dynamisme économique", cité par plus de la moitié des électeurs (53%) comme étant l'un des deux enjeux qui comptera le plus au moment de choisir pour qui voter, montre que sur ce point, le mandat qui s'achève a sans doute déçu.

Dès lors, l'issue du scrutin va grandement dépendre de la configuration du second tour et du maintien ou non de la liste divers-droite de Bernard Murat. Si les deux listes de droite s'entendent et que le second tour se joue en duel, la liste d'union de la droite conduite par Frédéric Soulier a de bonnes chances de l'emporter : à deux semaines du scrutin, elle est créditée de 54% d'intentions de vote, contre 46% à la liste de Philippe Nauche. Si en revanche Bernard Murat maintient sa liste et provoque ainsi une triangulaire, le rapport de force est très serré et l'enquête ne permet pas de dégager de favori. La liste Frédéric Soulier recueille 43% d'intentions de vote, celle de Philippe Nauche est à 42%, la liste Bernard Murat retrouvant presque son niveau d'intentions de vote du premier tour (15%). A noter que dans les deux cas, la liste de Philippe Nauche pâtit de mauvais reports de voix de l'électorat de la liste EELV-Parti de Gauche au premier tour.

Auteur(s)

  • Alice Tétaz Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs

Société