Comment les couples français vivent-ils leur parcours d’assistance médicale à la procréation ?

Le parcours d’AMP (Assistance Médicale à la Procréation) entraîne souvent des conséquences psychologiques et émotionnelles aux couples qui l’empruntent. Source à la fois d’espoir et d’angoisse, la prise en charge peut se révéler complexe. C’est cet aspect, souvent négligé et peu abordé, que l’enquête « Vécu et perceptions du parcours en AMP », réalisée par IPSOS pour Gedeon Richter du 7 au 28 octobre 2018, a souhaité rendre compte pour la première fois. Les résultats de l’enquête démontrent, que, malgré la pénibilité des traitements, plus de 8 personnes sur 10 sont satisfaites de leur prise en charge médicale en AMP. Néanmoins, le parcours en AMP a un impact psychologique et émotionnel important sur la vie affective, sociale, professionnelle et financière des couples.

Auteur(s)

  • Luc Barthélémy Directeur de Clientèle, Ipsos Public Affairs
  • Anthony Barea Chargé d'études senior, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Fiche technique : 1 045 personnes âgées de 18 à 50 ans étant actuellement ou ayant suivi un parcours d’aide médicale à la procréation (AMP) interrogées du 7 au 28 octobre par Internet via l’Access Panel d’Ipsos. A été considérée comme personne faisant partie d’un « parcours AMP » toute personne étant actuellement en AMP ou bien ayant vécu un parcours d’AMP en France que ce parcours est débouché ou non sur la naissance d’un enfant et que cette personne soit physiquement concernée par l’AMP (femme) ou bien que ce soit le conjoint(e), compagnon, compagne, mari, épouse (homme et femme).

Téléchargement

Auteur(s)

  • Luc Barthélémy Directeur de Clientèle, Ipsos Public Affairs
  • Anthony Barea Chargé d'études senior, Ipsos Public Affairs

Plus de contenus sur Santé

Société