Hénin-Beaumont : le FN bien placé pour conquérir la ville

Après une histoire électorale mouvementée (révocation de Gérard Dalongeville pour détournement de fonds publics, démission de son successeur, Daniel Duquenne, suite à un accident vasculaire cérébral), Hénin-Beaumont est dirigée depuis mai 2010 par Eugène Binaisse, qui mène la liste d’union PS-EELV-PC. Elle fait partie des villes gagnables par le FN lors des élections municipales, depuis que Marine le Pen y a obtenu plus de 55% des voix lors du second tour de l’élection législative de juin 2012. A quelques jours du premier tour, l’enquête Ipsos/Steria, réalisée pour France 3 Nord-Pas de Calais et France Bleu Nord révèle que le FN est bien placé pour gagner son pari et aborde désormais le scrutin en position de favori.

Hénin-Beaumont : le FN bien placé pour conquérir la ville

Auteur(s)

  • Vincent Dusseaux Directeur d'études, Ipsos Loyalty
Get in touch

La liste FN menée par Steve Briois arrive ainsi très largement en tête du premier tour en réunissant 45% des intentions de vote. Ce niveau est nettement supérieur aux scores pourtant déjà élevés de Marine le Pen au premier tour de la présidentielle de 2012 (35,5%) et au premier tour de la législative de 2012 (36%), signe de la dynamique frontiste dans cette ville.

Le FN devancerait ainsi largement la liste PS/EELV/PC conduite par le maire sortant, créditée de 34% d'intentions de vote. La gauche paye là ses divisions, avec la présence d'une liste divers-gauche conduite par Gérard Dalongeville (dont l'appel suspend la condamnation) à 9% d'intentions de vote et d’une liste MRC à 6%. Quant à la droite parlementaire, elle est très faible sur ce territoire. Elle n'est créditée que de 6% d'intentions de vote, soit à peu de choses près son score lors de la municipale partielle de 2009 (6,42%). Mises bout à bout, les forces de gauche totalisent ainsi 49% des intentions de vote premier tour, en recul par rapport au score de 2009 (54,3%).

Au 2nd tour, dans l’hypothèse d’un duel, la liste FN l’emporterait avec 52% des suffrages contre 48% à la liste du maire sortant. En cas de triangulaire avec Gérard Dalongeville (configuration qui demeure envisageable compte tenu de son niveau de 1er tour), la victoire frontiste serait encore plus nette, avec 49% contre 42% à la liste d’Eugène Binaisse et 9% à la liste Dalongeville.

Tout n’est pas encore joué à Hénin-Beaumont, les intentions de vote pour le second tour dans une configuration de duel laissant présager un scrutin serré. Mais la dynamique de campagne, la détermination de l’électorat frontiste (83% des électeurs ayant l’intention de voter pour Steve Briois se déclarent "sûrs" de leur choix), le contexte national et plus encore local peu favorable à la gauche et le bilan très mitigé du maire sortant (51% de satisfaction à l’égard de son bilan, soit 20 points de moins que la moyenne nationale constatée sur les villes de plus de 25 000 habitants), pourraient bien faire pencher la balance du côté du Front National.



 

Auteur(s)

  • Vincent Dusseaux Directeur d'études, Ipsos Loyalty

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société