#HumanizedData - Le big data comme outil de transparence et de vérité

Tout au long du mois, Ipsos partage avec vous les différentes interventions de notre cycle de conférences Humanized Data. Au programme : les opportunités et les grands défis apportés par la data et notre point de vue sur la question. Pour ce premier épisode, Pierre Romera, CTO de ICIJ, présente l'impact du big data sur le journalisme d'investigation.

Auteur(s)

  • Agnès Gilbert Directrice Marketing-Communication, Ipsos
  • Guillaume Petit Directeur Corporate Reputation
Get in touch
Pierre Romera, Chief Technology Officer au Consortium International des Journalistes d'Investigation (ICIJ) a présenté lors de notre cycle de conférences Humanized Data les grands enjeux de gestion, de sécurité et de confidentialité engendrés par les quantités astronomiques de data exploitées par l'organisation lors de grandes enquêtes telles que l'affaire des Paradise Papers.

À l’ère des fake news, comment capitaliser sur les datas pour faire émerger les faits et les preuves ? Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a relevé ce défi, grâce à ses enquêtes à l’échelle mondiale qui ont mis au jour les plus grands scandales financiers (Paradise Papers, Panama Papers) et sanitaires (Implants Files). ONG installée à Washington, l’ICIJ compte une trentaine de journalistes et de développeurs, collabore avec un réseau de plus de 200 journalistes d’investigation répartis dans 70 pays, ainsi qu’avec des médias partenaires. « Notre journalisme défend l’intérêt général »souligne Pierre Romera, Chief Technology Officer à l’ICIJ. Nous enquêtons à partir de leaks révélées par des lanceurs d’alerte. » 

Comment exploiter ces fuites aux volumes vertigineux ? Les Paradise Papers ont, en effet, débuté par 13,6 millions de documents “fuités”, soit 1,4 téraoctet (10 12) de datas. Le plus vaste réseau de journalistes d’investigation au monde a été mise à contribution durant plus d’une année. 

Pour garantir la confidentialité et l’efficacité de l’enquête, l’ICIJ a mis en place des outils numériques spécifiques : authentification des profils utilisateurs, chiffrage des mails et des SMS,  plateformes sécurisées de partage d’information, moteur de recherche dédié… « Au final, nous avons publié des bases de données accessibles aux autorités fiscales, et plus d’1,2 milliard de dollars issus de l’évasion fiscale ont pu être récupérés par les États. » 


Le point de vue d'Ipsos sur la question

« Les datas fournissent une vision à 360° sur la réputation de l’entreprise. » - Guillaume Petit, directeur du département Corporate

Pour mesurer la réputation de l’entreprise, il est indispensable de croiser toutes les données, afin d’avoir une vision globale et réaliste permettant ensuite de faire les bons choix stratégiques.

L’image corporate est de plus en plus importante dans la réputation globale des entreprises : la majorité des consommateurs veulent que l’entreprise dont ils achètent les produits ou services ait un impact positif sur la société.

Beaucoup de progrès ont été faits dans le domaine de la transparence des entreprises, mais un décalage perdure encore trop souvent entre la perception que l’entreprise a d’elle-même et celle des consommateurs. Il faut disposer d’une vision globale pour pouvoir déceler ces différences de perception.

Cela nécessite une double approche. Premièrement, en ayant une vision à 360° de toutes les parties prenantes de l’entreprise : employés, consommateurs, grand public, médias, investisseurs, décideurs, etc. Deuxièmement, en opérant un croisement des données : celles issues des études d’image d’entreprises, celles issues des études d’opinion, mesurant les tendances et attentes sociétales sur le long terme pour bien comprendre le contexte, et enfin celles issues de l’analyse des réseaux sociaux. Attention à ce sujet, l’analyse seule et non croisée de l’e-réputation peut apporter un prisme déformant.

En combinant tous ces éléments, nous obtenons alors une vision complète de la perception de l’entreprise. Cela permet par exemple de distinguer la simple turbulence (circonscrite à une cible, ou aux seuls réseaux sociaux) de la vraie crise qui impacte différentes parties prenantes.

Lorsque chez Ipsos nous parlons de donner du sens aux datas, cela veut dire, en matière de réputation d’entreprise, pouvoir cartographier et hiérarchiser les forces et les faiblesses de l’entreprise et leur importance au sein de sa réputation globale. Nous les aidons également à mieux incarner et formaliser leur politique RSE, via un engagement qui soit lisible et porteur de sens auprès des publics (externes et internes), et qui soit en adéquation à la fois avec l’ADN de l’entreprise et les attentes de l’opinion. C’est vraiment la confrontation entre les deux qui permet de trouver une cohérence et de positionner nos clients comme des acteurs crédibles et légitimes dans leur secteur.

Auteur(s)

  • Agnès Gilbert Directrice Marketing-Communication, Ipsos
  • Guillaume Petit Directeur Corporate Reputation

Plus de contenus sur Médias / Divertissement

Ipsos France