Ipsos Flair France 2018, Frémissements

Ipsos Flair a été lancé en 2005 comme une démarche d’analyse globale qui considère les résultats d’étude comme des symptômes sociologiques, propose une lecture de la société et une théorie du consommateur et explique les mécanismes d’influence et de production de l’opinion. Ipsos Flair apporte de l’intelligence aux flux mesurés, en allant plus loin que la réalisation des études et renforce les recommandations stratégiques avec une valeur ajoutée culturelle et sociologique.

Ipsos Flair France 2018, Frémissements

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Center
Get in touch

Cette année, Ipsos Flair France explore trois évolutions possibles de l’hexagone...

En effet, après avoir décrit la France comme une bombe à retardement au cœur de l'Europe et un pays totalement irréaliste, voilà que The Economist élit la France « pays de l'année 2017 » ! Se passe-t-il donc quelque chose (enfin !) dans notre pays ?

L’élection d'Emmanuel Macron n’est pas pour rien dans ce changement de regard… pour autant, est-ce le signe que les Français arrêtent de se plaindre et commencent à regarder avec plus de confiance vers l'avenir ? De quoi frémir…, mais de quoi ?

Ipsos Flair explore trois évolutions possibles en 2018 :

  • Une France qui frémira de colère face à certaines promesses non tenues,
  • Frémira de crainte en voyant la vitesse avec laquelle le monde change,
  • Ou frémira de joie à l'idée que le futur soit de nouveau synonyme de progrès.

Les 10 choses à savoir sur Ipsos Flair 2018

1. La France est en marche.

La croissance à 1,8%, les créations d’emplois, le retour de l’autorité politique dans le pays et d’une certaine influence dans le monde, tout converge pour créer les conditions d’un frémissement positif dans l’opinion. Déjà, 60 % des investisseurs étrangers et 72 % des investisseurs américains anticipent une évolution positive de l'environnement économique de la France.

2. La France desserre les cordons de la bourse.

Le black Friday a vu passer 42,8 millions de transactions pour un montant total de 3 milliards 800 millions d’euros ; par comparaison à novembre 2016, le marché automobile a progressé de 10,3 % fin 2017 sans prime à la casse pourtant, avec un bond en avant des groupes français (+20 %) ; près de 42 millions de Français sont partis en vacances (2,2 millions de plus qu'en 2016).

3. La France cesse de regarder dans le rétroviseur.

Le nombre de ceux qui pensent qu’en France « c’était mieux avant » baisse régulièrement depuis janvier 2014, de 74 à 64%. Un « désir d’avenir » s’exprime même, 53% des Français affirmant « quand je pense à la France dans les années qui viennent, je me dis que son avenir est plein d’opportunités et de nouvelles possibilités », +10 points depuis avril 2015.

4. La France veut tout changer.

Le dégagisme a été le buzz word politique de l’année : pour la première fois depuis la première élection du Président de la République au suffrage universel, ne figuraient au second tour ni le candidat socialiste ni le candidat de tradition gaulliste, mais la représentante du populisme d’extrême droite et un candidat sans parti, inconnu deux ans auparavant, et créateur – en six mois – de la première force politique française.

5. La France a envie d’être belle.

Stéphane Bern a en charge de trouver des solutions pour rénover le patrimoine historique ; le corps est au centre des attentions : 5,46 millions de Français sont inscrits dans une salle de fitness (+5% de 2015 à 2016). Ce qui passait auparavant pour des imperfections est désormais mis en avant comme marqueur de différenciation positif. Glossier se revendique comme une « beauty brand inspired by real life » et M.A.C. intègre le transgenre dans cette esthétique de recréation de soi dans sa campagne « More Than T ».

6. La France veut être surclassée.

Le consommateur français s’habitue à un certain luxe : il peut être transporté par un chauffeur privé, participer à des ventes privées ou voyager en classe affaire sans en payer le prix. Il lui suffit de demander pour être surclassé ou bénéficier d’offres privilèges. Mais ce qui peut apparaître comme une pratique commerciale agressive parmi d’autres est en réalité avant tout le reflet d’une prise du pouvoir par les consommateurs au détriment des marques établies et met en péril des modèles économiques éprouvés. Les secteurs du transport aérien long courrier et de la banque de détail offrent deux exemples saisissants de ce phénomène.

7. La France fait le pari de l’Intelligence Artificielle.

La santé est un secteur où l’IA sera particulièrement utile pour résoudre le problème des déserts médicaux, assister les personnes au quotidien, apporter des réponses au vieillissement de la population. Elle va créer des dizaines de milliers d’emplois liés à de nouveaux métiers non-délocalisables : équipement digital à domicile, maintenance des dispositifs médicaux et des robots assistants, métier de « superviseur médical » en charge des patients à distance. L’IA est au cœur de la mutation de la médecine du curatif au préventif.

8. La France sera toujours épicurienne.

Les bons petits plats représentent un plaisir fondamental pour 67% des Français et 60% y voient la condition pour se faire plaisir. L’aspect santé-nutrition est incontournable : 55% cuisinent pour avoir une alimentation saine. Pour 93%, avoir une alimentation équilibrée est indispensable pour rester en bonne santé (dont 47% tout à fait d’accord).

9. La France rajeunit.

L’élection d'Emmanuel Macron à la Présidence de la République a changé quelque chose dans la représentation de l’autorité et de la compétence : les jeunes ne sont plus automatiquement des juniors. Âge, compétences, responsabilités sont déconnectés. Accor Hôtels fait partie des premières entreprises à avoir créé un shadow comex des moins de 35 ans.

10. La France tient à son identité.

Inquiets, les Français ont tendance à surestimer la proportion de la population immigrée (non née en France) et des musulmans, les évaluant respectivement à 26% et 31% contre 12% et 8% en réalité. De même, ils imaginent que les musulmans représenteront 40% de la population en 2020 (dans 2 ans !).

Ipsos Flair France 2018

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Center

Société