L'optimisme des Français en recul

Notre Baromètre international Ipsos / Sopra Steria What Worries the World mesure l'optimisme des citoyens à travers le monde et présente leurs préoccupations principales. Dans cette vague de mars 2018, on note que l'optimisme des Français est en recul après un niveau record mesuré en janvier, une tendance qui confirme le léger repli enregistré dans les baromètres de popularité. Leur principale préoccupation reste le chômage.

L'optimisme des Français en recul

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs
  • Brice Teinturier Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)
Get in touch

L'optimisme des Français en recul

L’optimisme des Français recule sensiblement depuis le niveau record de 40% atteint en janvier : ils sont désormais 35% à juger que « les choses vont dans la bonne direction en France », soit 2 points de moins par rapport à février et, au total, 5 points de recul depuis janvier. Une tendance qui confirme le léger repli enregistré dans les baromètres de popularité, même si le niveau d’optimisme des Français reste largement supérieur à ceux mesurés avant mai 2017.

A noter que le recul est particulièrement prononcé dans le cœur de l’électorat présidentiel : les sympathisants LREM ne sont « plus » que 75% à juger que les choses vont dans la bonne direction (-10 points en deux mois). De même, on enregistre une forte chute chez les sympathisants LR (36%, -18 points), alors que l’optimisme progresse sensiblement à gauche : +7 points chez les sympathisants FI (à 29%), +3 points chez les proches du PS (à 41%). Il s’agit peut-être là d’une conséquence du climat social difficile que traverse la France (grèves à la SNCF, mouvement étudiant, débats autour de l’avenir de l’hôpital public, etc.), avec comme conséquence le sentiment au sein des électorats favorables aux réformes gouvernementales qu’elles seront plus difficiles à faire accepter et à mettre en place qu’initialement prévu.

Le clivage social reste criant : les revenus aisés (45%) et les diplômés du supérieur (49%) demeurent considérablement plus enclins à juger que « les choses vont dans la bonne direction » que les revenus modestes (25%) et les détenteurs d’un diplôme inférieur au bac (19%).

La France se situe désormais au 20ème rang sur les 27 pays où l’enquête a été menée. À noter que les Allemands restent moins optimistes que les Français (30%), la crise politique qu’a connu le pays au cours des derniers mois ayant eu un profond impact sur l’opinion outre-Rhin. Par ailleurs, après les élections législatives de février, les Italiens se montrent plus optimistes (+5 points), mais seuls 20% d’entre eux jugent néanmoins que « les choses vont dans la bonne direction », soit le plus bas niveau en Europe, à quasi égalité avec l’Espagne (19%). Ce sont toutefois deux pays d’Amérique latine qui ferment la marche : le Brésil (12%) et le Mexique (11%), deux Etats frappés par une crise économique profonde, des difficultés de politique intérieur graves et des scandales de corruption majeurs.

Le chômage reste la préoccupation principale des Français

En ce qui concerne les préoccupations des Français, « le chômage » reste en tête, cité par 40% des personnes interrogées. Néanmoins, « la pauvreté et les inégalités » (36%) arrive pour la seconde fois consécutive en deuxième place, alors que cette place était dévolue depuis 2015 au terrorisme. Cette préoccupation est notamment forte chez les sympathisants de gauche (53% à la FI, 48% au PS), le contexte social jouant sans doute une part non négligeable dans cette importance croissante. « Le terrorisme » (33%) reste néanmoins une des préoccupations majeures de l’opinion, de même que « les impôts et les taxes » (31%, +2 points). 

Fiche technique :
Le baromètre Ipsos / Sopra Steria What Worries the World est réalisé tous les mois dans 28 pays grâce au panel en ligne d'Ipsos. Les pays inclus sont l'Argentine, l'Australie, la Belgique, le Brésil, le Canada, le Chili, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Hongrie, l'Inde, Israël, l'Italie, le Japon, le Mexique, Malaisie, le Pérou, la Pologne, la Russie, l'Arabie Saoudite, la Serbie, l'Afrique du sud, la Corée du sud, l'Espagne, la Suède, la Turquie et les États-Unis. Un échantillon de 20 314 personnes âgées de 18 à 64 ans au Canada, en Israël et aux États-Unis, et de 18 à 65 ans dans les autres pays a été interviewé entre le 23 février 2018 et le 9 mars 2018.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs
  • Brice Teinturier Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)

Société