Municipales 2020 - Bordeaux : l'écart entre Nicolas Florian et Pierre Hurmic se resserre

2 mois après notre première intention de vote pour la ville de Bordeaux, l'enquête Ipsos/Sopra Steria pour France Bleu et Sud Ouest révèle que les listes du Maire sortant Nicolas Florian et de Pierre Hurmic sont au coude-à-coude à un mois du premier tour.

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
  • Laurène Boisson Chargée d'études Senior, département Public Affairs
Get in touch

Un écart qui se resserre

Les deux principales listes sont au coude-à-coude dans notre intention de vote de 1er tour : la liste du Maire sortant obtiendrait 34% des suffrages exprimés (+1 par rapport à notre précédente mesure réalisée mi-décembre) et celle de Pierre Hurmic 33% (soit une progression de 3 points). 

La liste de Nicolas Florian obtient les faveurs de près des trois quarts des électeurs de François Fillon en 2017 ainsi que de plus de la moitié des Bordelais s’étant exprimé en faveur de Marine Le Pen (c’est notamment cet élément qui explique le score bas de la liste Paluteau).

Face à ce duel, la liste LREM de Thomas Cazenave peine à trouver de l’espace avec 16% (soit le même score que lors de notre précédente enquête). Quand on regarde dans le détail le profil du vote Cazenave, et c’est un fait préoccupant pour lui, il y a presque autant d‘électeurs d’Emmanuel Macron au 1er tour de l’élection présidentielle qui comptent voter pour la liste Hurmic que pour la liste Cazenave.

On le voit, même si la situation a évidemment évolué depuis décembre, le retrait de la liste Feltesse profite essentiellement à la liste de gauche.

Autre enseignement, la désignation de Philippe Poutou comme tête de liste NPA-LFI semble avoir un effet non négligeable avec 9% des intentions de vote (mais, à ce jour, insuffisante pour se maintenir au 2nd tour).

Le RN recule de 2 points.

Un Bordelais sur deux considère qu’il faut continuer l’action municipale telle qu’elle est menée actuellement à Bordeaux

Notre précédente enquête avait montré que le bilan de la Municipalité depuis 2014 était largement apprécié (77% d’opinions favorables contre 19% de jugements critiques).Point encourageant pour l’équipe sortante, près d’un administré sur deux (49%) considère aujourd’hui qu’il faut continuer l’action municipale telle qu’elle est menée actuellement contre 37% qui estiment qu’il faut la changer en profondeur. Dans le détail, ce sont logiquement les électeurs potentiels de la liste Florian mais aussi, et c’est un élément à prendre en compte dans la perspective du 2nd tour, ceux de la liste Cazenave qui sont les plus prompts à souhaiter une poursuite de l’action municipale (respectivement 75 et 60%).

Des scores de popularité des têtes de listes qui constituent un des éléments de compréhension de ce rapport de force de 1er tour

Nicolas Florian et Pierre Hurmic sont les deux seules têtes de listes à susciter nettement plus d’opinions positives que négatives. En revanche, le candidat de la liste de gauche souffre encore d’un déficit de notoriété : 42% des Bordelais le connaissent (contre 82% pour le Maire actuel).

Thomas Cazenave (connu par 64% des personnes interrogées) peine à convaincre les administrés le connaissant : il y a autant de personnes critiques que positives à son égard, ce jugement ayant très certainement un impact sur son capital électoral.


Fiche technique : enquête Ipsos/Sopra-Steria pour France Bleu et Sud Ouest menée du 6 janvier au 11 février 2020 auprès de 802 personnes inscrites sur les listes électorales de Bordeaux, constituant un échantillon représentatif des habitants de Bordeaux âgés de 18 ans et plus.

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
  • Laurène Boisson Chargée d'études Senior, département Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société