Municipales 2020 - Périgueux : situation particulièrement confuse à l'approche du premier tour

A quelques semaines des élections municipales, l’enquête Ipsos/Sopra Steria réalisée pour France Bleu et Sud-Ouest du 31 janvier au 4 février fait apparaître un contexte totalement atomisé dans lequel aucune liste ne semble en mesure de se distinguer des autres.

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
Get in touch

Un rapport de force de 1er tour totalement atomisé

Fait (très) peu courant, les intentions de vote mesurées dans notre enquête révèlent une situation particulièrement confuse (et en cela bien différente de la situation de 2014), la plupart des listes en présence tenant dans un mouchoir de poche et étant en mesure de se maintenir au 2nd tour.

Situation spécifique à Périgueux, aucune liste ne semble être en mesure de se distinguer des autres par son poids électoral. Dans le détail, la liste du Maire sortant, soutenue par les Républicains, et la liste du PS de Delphine Labails sont créditées chacune de 15% des suffrages exprimés, devant la liste Divers gauche de l’ancien Maire Michel Moyrand et celle de Patrick Palem, soutenue par LREM et le Modem (14 % chacune). Viennent ensuite la liste écologiste de François Carême (11%) et celles de la France Insoumise-PC-Génération.s et du Rassemblement national (10% chacune), les deux listes Divers droite fermant la marche (6% et 5%).

Dans ce contexte, il est évidemment très difficile d’imaginer à quoi pourrait ressembler le 2nd tour. Tout dépendra bien sûr du nombre de listes qui seront effectivement présentes au 1er tour mais surtout des choix d’alliance (ou de la volonté de se maintenir sans fusionner) des différentes listes en présence. La capacité des uns et des autres à mobiliser les abstentionnistes du 1er tour sera également l’une des clés du scrutin (il y a 6 ans, près de 37% des personnes inscrites sur les listes électorales de la commune s’étaient abstenues).

Un bilan municipal jugé sévèrement 

L’une des raisons qui peuvent expliquer le score décevant de la liste menée par Antoine Audi trouve très certainement en partie son explication dans l’appréciation que portent les administrés sur le bilan de l’actuelle Municipalité.

Elément préoccupant pour Antoine Audi, les personnes interrogées se révèlent particulièrement sévères à l’égard du travail accompli par la Municipalité depuis les dernières élections municipales. Pour un habitant sur deux (51%), le travail a été médiocre ou mauvais alors qu’il n’y a que 45 % des administrés à déclarer que le travail a été excellent ou bon (le plus souvent « bon » et très rarement « excellent »). Ce score est nettement en-dessous de ce que nous mesurons habituellement dans les villes françaises de 10 000 à 50 000habitants (notre moyenne nationale pour ce type de villes est de 66% d’opinions positives contre 34% d’opinions négatives).

Dans le détail, si les jugements sont logiquement très majoritairement favorables auprès des personnes comptant voter pour la liste d’Antoine Audi (82%), les réponses sont très partagées pour les électorats des listes EELV et LREM et bien plus critiques pour ceux de La France Insoumise, du PS, de Michel Moyrand et du RN.

La circulation et le stationnement au cœur des préoccupations des habitants

Quand on demande aux administrés de se projeter dans l’avenir en leur demandant quels sont les sujets que la prochaine Municipalité devrait traiter en priorité au cours des 6 prochaines années, la circulation et le stationnement sont cités massivement (59%) à un niveau près de deux fois supérieur à notre benchmark national dans les villes de 10 à 50 000 habitants (notre moyenne nationale est, pour ce domaine, de 32%). A l’exception des électeurs de la liste LFI-PC-Génération.s, tous les autres électorats citent ce domaine comme leur première préoccupation.

Viennent ensuite, mais loin derrière, les transports en commun (globalement au même niveau que généralement ailleurs dans les villes de même taille), la sécurité (un peu moins à Périgueux qu’ailleurs), le soutien à l’emploi (un peu plus qu’ailleurs) et l’environnement et la lutte contre la pollution.


Fiche technique : enquête Ipsos/Sopra-Steria pour France Bleu et Sud-Ouest menée du 31 janvier au 4 février 2020 auprès de 504 personnes inscrites sur les listes électorales de Périgueux, constituant un échantillon représentatif des habitants de Périgueux âgés de 18 ans et +.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Ipsos France