Inégalités entre les sexes au travail : un vrai problème pour 67% des citoyens du G7

Le Women’s Forum for the Economy & Society dévoile avec Ipsos la troisième édition de son rapport -baromètre qui analyse la perception de 3500 citoyens des pays du G7 sur les inégalités hommes-femmes dans leur pays respectif et la met en perspective avec la réalité des données récentes désagrégées par genre. Cet outil de mesure constitue une base de données unique.

Auteur(s)

  • Alice Tétaz Directrice d'études, Public Affairs
  • Etienne Mercier Directeur Opinion et Santé - Public Affairs
Get in touch

Parité dans les pays du G7: « perception versus réalité »

Quelques données parlent d’elles-mêmes : 74% des citoyens des pays du G7 ressentent une inégalité entre les femmes et les hommes en termes de droits sociaux, politiques et/ou économiques dans leur pays.

67% des répondants sont convaincus que l’inégalité entre les sexes au travail est un réel problème (femmes 74 % - hommes 59 %) et 62 % considèrent que les femmes ont moins de chance de réussir (femmes 70% - hommes 59%).

67% des répondants sont convaincus que l’inégalité entre les sexes au travail est un réel problème (femmes 74 % - hommes 59 %) et 62 % considèrent que les femmes ont moins de chance de réussir (femmes 70% - hommes 59%).

Une forte différence se dessine entre les pays : si en France, pour 73 % des répondants, l’inégalité des genres au travail est un problème, ce chiffre atteint 77 % pour l’Italie, mais tombe à 63 % en Allemagne et 59 % au Japon.

En outre, de nombreuses femmes continuent de subir des comportements inacceptables au travail et les stereotypes perdurent : 46% des répondants approuvent encore cette phrase :  «vous ne pouvez pas tout avoir, si vous voulez être une bonne mère, vous devez accepter de sacrifier en partie votre carrière professionnelle»;  31 % des femmes qui travaillent ont déjà ressenti une forte pression pour ce qui touche à leurs choix de vie (être mère ou non, célibataire, etc.), un chiffre qui atteint 37 % pour les femmes qui occupent des postes de direction.

Plus de 4 heures par jour, c’est le temps que les femmes consacrent à un travail non rémunéré pour leurs proches alors qu’il est de 2 heures pour les hommes. Cela grève leurs finances et plus tard portera atteinte à leur retraite. Seules 45 % des femmes perçoivent une retraite dans le monde.

Appel à l'action : 17 mesures innovantes

Le tableau s'est toutefois éclairci et apporte de l'espoir pour l'avenir car les répondants ont massivement plébiscité des actions fortes, comme l’inclusion dans le bonus des banquiers d’une obligation de taux d’approbation égal des dossiers de crédits présentés par les femmes et les hommes ( 70%), la mise en place d’un système de compensation des années de chômage et de retraite pour les femmes aidantes qui prendrait en compte les années où elles n’ont pas été en mesure d’exercer leur emploi accompagné d’un crédit d’impôt pour les entreprises qui facilitent leur reprise et insertion professionnelle (76%), l’ajout d’un enseignement des codes comme matière obligatoire dès la 1ère année de collège et d’un apprentissage de la culture numérique,  (75%).

Au total, ce sont 17 mesures innovantes et réalisables qui ont été testées et ont reçu un fort soutien de tous les âges et de toutes les catégories sociales.

En savoir +


A propos de cette enquête

Enquête Ipsos pour le Women's Forum for the Economy & Society menée auprès de 3500 personnes âgées de 18 ans et plus dans les pays du G7 (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni, USA).

Auteur(s)

  • Alice Tétaz Directrice d'études, Public Affairs
  • Etienne Mercier Directeur Opinion et Santé - Public Affairs

Société