La gestion de la crise, entre incertitudes et solidarités

Alors que le COVID-19 gagne du terrain et que le confinement s’installe dans le temps, le quotidien des Français et leurs projections sur l’avenir sont bouleversés.

Auteur(s)

  • Mathilde Guinaudeau Directrice de département, Social Intelligence Analytics
  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre
Get in touch

Après la tonalité humoristique des réactions juste après l’annonce du confinement, les commentaires il y a quelques jours se faisaient plus sérieux.

À J+8, c’est maintenant un mouvement d’opinion polarisé qui s’exprime : solidarité et émotion vis-à-vis des métiers exposés à la contamination et critique à l’égard du gouvernement et de sa gestion sanitaire du virus. C’est d’autant moins surprenant que l’on connaît la défiance des Français à l’égard des Autorités et leur attente de proximité : ils s’identifient facilement aux personnels de santé (qu’ils applaudissent symboliquement tous les soirs) mais se distancient à l’égard de ceux qui donnent des consignes sans certitude de résultat.

Ils affirment donc s’informer et s’interroger plus qu’avant sur des mesures sanitaires spécifiques et relaient également les prises de position des spécialistes de santé et des scientifiques.
Prise de conscience grandissante, confusion croissante, critique en progression ?


Le web social est la plaque tournante de l’expression et de l’évolution des points de vue des Français. Pour cerner leur vécu, leurs interrogations et leurs préoccupations quant au déroulement et aux conséquences de la crise, l’équipe Social Intelligence Analytics d’Ipsos analyse l’ensemble de la donnée publique générée par les Internautes sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram, Facebook) et sur les blogs et forums. Après extraction via l’outil de Social listening Synthesio, les données sont traitées par l’équipe de Data Science d’Ipsos grâce à l’Intelligence Artificielle.

Ce communiqué présente les thèmes majeurs de discussion du 24 au 25 mars 2020.

Les trois sujets récurrents sont le sentiment de vulnérabilité à l’égard du virus, la critique des décisions en matière d’économie, une prise de conscience de la part de la société.

Le décès et la contamination de personnalités publiques sont majoritairement relayés et renforcent le sentiment de vulnérabilité vis-à-vis du virus.  La mort de Manu Dibango et le dépistage positif de Natalie Horler (chanteuse du groupe Cascada) ont suscité une vraie tristesse alors que l’annonce de la contamination du Prince Charles a été partagée sans émotion particulière. Le sacrifice d’un prêtre de soixante-douze ans – décédé après avoir cédé son respirateur à un patient plus jeune – a été acclamé : certains Internautes y voient la force de l’humain contre la crise.

Les décisions du gouvernement, notamment en matière d’économie, sont sous le feu des critiques et représentent 14% des conversations en ligne (cf. « Réactions sociales » dans notre tableau).

  • L'appel du gouvernement aux Français « n’ayant plus d’activité » à aider les agriculteurs est jugé en contradiction complète avec les mesures de confinement.
  • La promulgation de l’extension possible de la semaine de travail à soixante heures est désapprouvé par une majeure partie des Internautes, certains y voyant une menace pour les conditions du travail des salariés.
  • Les Français expriment également leur scepticisme à propos de la décision de libérer cinq-mille détenus en fin de peine afin de réduire la propagation du virus.

On note l’émergence d’un sentiment de crainte, renforcé par une certaine incompréhension quant à la capacité du gouvernement et du Président de la République à gérer la crise sanitaire (3% des conversations en ligne).

Les Internautes sont ainsi nombreux à partager les témoignages et prises de positions des professionnels et scientifiques en matière de recherche et de santé (7% des conversations) ; ils recherchent des informations sur les mesures de prévention ou d’hygiène et leur efficacité et sur les traitements possibles, la Chloroquine concernant 7% des mentions.

La question « Faut-il enlever ses chaussures en rentrant chez soi ? », bien que mineure (1% des conversations), est le signe à la fois de la confusion ambiante et de la volonté des Français de faire le maximum pour se prémunir face au virus.

Certains se renseignent maintenant sur l’origine du Covid-19 et sur l’émergence de l’hantavirus (3% des conversations).

En lien avec l’identification aux personnels de santé et l’empathie à l’égard de tous ceux qui sont exposés au virus, de nombreuses pétitions voient le jour pour apporter un soutien moral et financier aux aides-soignant(e)s, caissier(e)s, livreurs et professionnel(le)s.

Panorama des sujets
Panorama des sujets les plus discutés en ligne

Auteur(s)

  • Mathilde Guinaudeau Directrice de département, Social Intelligence Analytics
  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre

Société