À la recherche de l'objet perdu...

Clés égarées, téléphone oublié, doudou laissé dans le train : le syndrome des objets perdus fait partie du quotidien de nombreux Français qui ne trouvent pas d’autres solutions à leurs problèmes que le comptoir des fameux ‘Objets Trouvés’ vieux de 200 ans ou le rachat du bien égaré ! Face à ce phénomène de société, Wistiki, le spécialiste de l’accessoire connecté pour retrouver ses affaires depuis son smartphone, et Ipsos révèlent les principaux enseignements de leur enquête sur les conséquences de l’étourderie des Français. 

Auteur(s)

  • Priscille Lorenzi Directrice d'études, Ipsos Public Affairs
Get in touch

La recherche d’objets égarés : jusqu’à 2h30 de perte de temps par mois pour une majorité de Français !

86% des Français déclarent en effet avoir déjà perdu leur temps à chercher des affaires égarées. 52% d’entre eux déclarent même passer entre 30 minutes et 2h30 par mois à tenter de mettre la main sur leur téléphone - finalement coincé au fond d’un sac - ou à chercher la télécommande qui refuse de faire surface au moment de la diffusion de sa série préférée.

Selon Bruno Lussato, co-fondateur de la société Wistiki : « cette perte de temps mensuelle ramenée à l’échelle d’une vie équivaudrait à deux mois[i] voire à 1,2 milliard d’heures de perdues. Si nous poussons le raisonnement plus loin et ramenons cela à une donnée économique, cela représenterait même jusqu’à 11,5 milliards d’euros de perte si on valorise le temps perdu au taux horaire SMIC[ii]»

La perte d’objets engendre des frais non négligeables pour certains Français :

  • 33% des Français ont déjà dû racheter le bien égaré
  • 7% des Français ont même fait appel par exemple à un serrurier pour cause de clés égarées ou oubliées dans l’appartement.

En soit, des dépenses superflues dont chacun se passerait bien au quotidien.
Au-delà de l’aspect économique, le temps passé à chercher ses affaires peut également impacter la vie professionnelle puisque 12% des Français avouent être déjà arrivés en retard à un rendez-vous professionnel à cause d’un objet égaré.

Le stress, première conséquence des pertes ou égarement d’objets chez les Français

Anxiété, stress : la perte de ses affaires n’est pas sans conséquence sur le bien-être des Français ! Ils sont ainsi 53% à déclarer la recherche de leurs affaires comme une véritable source de stress engendré principalement par la peur d’être en retard.
En amour, l’étourderie ne pardonne pas non plus : 17% des moins de 25 ans affirment dans l’enquête Ipsos / Wistiki être déjà arrivés en retard à un rendez-vous amoureux, le bijou ou la veste censée faire son effet ayant par exemple mystérieusement disparue à la dernière minute.
La recherche d’un objet perdu peut également vous faire annuler vos vacances ou déplacements professionnels : 4% des Français ont ainsi déjà raté un voyage à cause de cela !  
Entre homme et femme, la tendance est plus marquée : les femmes sont ainsi plus anxieuses que les hommes en cas de perte d’un objet (59% vs. 49%).

Dis-moi ce que tu perds, je te dirai qui tu es !

Le triptyque clés, téléphone, et vêtements forment le podium des objets les plus recherchés par les Français.

  • 61% des Français avouent avoir déjà égaré leur clé,
  • 59% leur téléphone
  • et 41% leurs gants, bonnet ou encore écharpe.

Des objets faciles à perdre / à oublier sur une table de café, chez des amis ou après une séance de cinéma !
Nos amis les bêtes sont également victimes de nos étourderies : 10% des français avouent avoir déjà recherché leur chat tandis que 3% des français ont vécu la même expérience avec leur chien.

Hommes vs. femmes : la guerre des objets perdus !

« Ce n’est pas moi !  » : cette phrase mainte fois entendue dans un couple semble particulièrement véridique lorsque l’on parle d’objet perdu ! En effet, un tiers des français considèrent leur conjoint comme tête en l’air (défaut évoqué par 38% des femmes à propos de leur conjoint vs. 29% des hommes vis-à-vis de leur compagne.)
Toutefois, les femmes ont tendance à perdre plus souvent leurs objets que leur conjoint puisque :

  • 63% d’entre elles ont déjà passé du temps à chercher leur téléphone contre 59% des hommes,
  • 47% à chercher leurs vêtements vs. 41% des hommes
  • et 21% à rechercher leur parapluie vs. 15% des hommes.

Ce paradoxe ne serait-il pas un signe que les femmes sont plus consciencieuses que leur équivalent masculin et mettent ainsi un point d’honneur à retrouver leurs affaires fétiches ? 36% d’entre elles vont jusqu’à racheter leurs affaires perdues !
Les têtes en l’air le sont généralement plus souvent en soirée - 25% des Français ont déjà oublié leur affaires après une sortie nocturne – ou dans les transports (le cas pour 20% des Français). Train, avion, métro, RER regorgent ainsi d’objets égarés !


La nouvelle génération perd la tête

La perte de mémoire, un mal qui touche avant tout… les jeunes ! 91% des moins de 35 ans ont déjà passé du temps à chercher leurs affaires contre 79% des plus de 65 ans.
Première explication possible : les sorties en soirée plus fréquents chez les jeunes. 40% des moins de 25 ans ont ainsi déjà égaré leurs affaires lors d’une soirée.


[i] Données extrapolées sur la base d’une espérance de vie moyenne d’un Français estimée à 82 ans (sources INSEE)

[ii] Sur la base du taux horaire SMIC de 9,61 euros (au 1er janvier 2015)

Cliquez sur l'image pour l’agrandir

Fiche technique
Etude réalisée en ligne le 12 mars 2015 auprès de 1003 répondants âgés de plus de 18 ans

Auteur(s)

  • Priscille Lorenzi Directrice d'études, Ipsos Public Affairs

Plus de contenus sur Grande consommation

Marques et médias