Les Français majoritairement favorables à l’élargissement des compétences vaccinales du pharmacien d’officine

La pandémie de Covid-19 a (re)mis la prévention et la vaccination au cœur de toutes les préoccupations [1]. Pour se prémunir des maladies infectieuses graves qui peuvent être prévenues par la vaccination, l’un des enjeux est d’optimiser la couverture vaccinale des Français, en particulier celle des adultes à risque de complications. L’extension des compétences vaccinales du pharmacien d’officine est une étape décisive pour simplifier le parcours vaccinal et répondre à cet objectif de santé publique. C’est un des constats issus d’une enquête menée par Ipsos pour Pfizer [2] destinée à mieux comprendre le rapport des Français à la vaccination et notamment leurs attentes en matière de vaccination en pharmacie.

Auteur(s)

  • Adeline Merceron Responsable d'activité santé - Département Public Affairs
Get in touch

Chiffres clés

  • Plus des trois quarts des Français interrogés sont favorables (77%) à l’élargissement des compétences vaccinales du pharmacien
  • Parmi les professionnels de santé, les pharmaciens sont 91% à souhaiter se mobiliser davantage pour la vaccination
  • 83% des Français et 74% des professionnels de santé considèrent l’extension de la vaccination en pharmacie comme une solution permettant d’accroître la couverture vaccinale de la population

La vaccination en officine, l’une des pratiques largement plébiscitées par les Français pour simplifier le parcours vaccinal

Le contexte de crise lié au Covid a fait ressurgir l’importance de la vaccination pour se protéger soi, mais aussi les autres contre les infections qui pourraient être évitables comme par exemple la Covid-19.[3] L’objectif est de parvenir à ce que les spécialistes appellent l’immunité collective grâce à une couverture vaccinale importante.[4] A cet effet, l’extension de la vaccination en officine s’avère être - pour 83% des Français et 74% des professionnels de santé -, une solution pour améliorer la couverture vaccinale de la population. Dès lors, le rôle des pharmaciens ne devrait pas être limité aux situations d’urgence ou à certaines campagnes ciblées contre la grippe. Il pourrait devenir un acteur à part entière du parcours et des campagnes vaccinales.

L’adhésion des Français en faveur de cette évolution est d’ailleurs significative puisque 77% d’entre eux se déclarent favorable (41% plutôt favorable et 36% tout à fait favorable) pour l’extension vaccinale aux pharmacies. Selon eux, cette extension permettrait de désengorger les cabinets des médecins (pour 85% des Français) ou encore de soutenir les territoires ayant un accès limité aux médecins (pour 80% des professionnels de santé interrogés et 85% des Français). Enfin, la crise sanitaire ayant pu accentuer le retard vaccinal, pour 82 % de la population, de nouvelles prérogatives du pharmacien, en la matière, encourageraient ceux qui n’ont pu se faire vacciner, à le faire.

La vaccination en officine contre la grippe et la Covid-19 : une expérience soutenue par les Français

Au cours de la dernière campagne contre la grippe en officine plus de 3,7 millions de personnes se sont faites vacciner en pharmacie.[5] Plus de 9 personnes sur 10 se disent satisfaites de leur expérience (98%). Par ailleurs, 76% des médecins généralistes considèrent que la vaccination en officine contre la grippe est une bonne chose.

Depuis le début de la crise sanitaire, les pharmaciens font partie des professionnels de santé de proximité en première ligne face à l’épidémie. Leur rôle a été essentiel, notamment au travers de la vaccination contre la Covid-19 pour laquelle ils ont vacciné, en à peine deux mois (entre avril et juin 2021), plus d’un million de Français.[6]

Des Français favorables à l’extension généralisée de la vaccination en officine

Les Français, eux, se montrent particulièrement favorables à l'extension de la compétence des pharmaciens à d'autres vaccins que celui de la grippe, notamment chez l’adulte et l’adolescent :

  • 71% des Français sont favorables à ce que les pharmaciens puissent procéder aux rappels des vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite chez les adultes ;
  • 63% des Français sont également favorables en ce qui concerne les vaccins recommandés chez les adultes à risque de complications, comme par exemple les vaccins antipneumococciques ;
  • 58% des Français sont en faveur de l'extension vaccinale aux pharmacies pour les vaccins recommandés aux adolescents, comme les vaccins contre les infections à méningocoques, l'infection à papillomavirus humain, etc.
  • Ils sont en revanche plus partagés pour une extension aux vaccins pédiatriques obligatoires ou encore aux vaccins conseillés pour les femmes enceintes (52% des Français sont pour).

Parmi les professionnels de santé favorables à ce que les pharmaciens vaccinent contre d’autres maladies, ils sont 70% à le souhaiter pour les vaccins recommandés chez les adultes à risque et 63% pour les vaccins recommandés chez les adolescents. Ils sont cependant défavorables à la vaccination des vaccins pédiatriques et conseillés pour la femme enceinte.

D’autres leviers existent pour améliorer durablement la couverture vaccinale des Français

  1.  Améliorer l’information des Français sur la vaccination : 1 Français sur 5 (21%) ne parle jamais de vaccination avec un professionnel de santé au cours d’une année. Les personnes interrogées reconnaissent ne pas savoir quels vaccins sont recommandés selon leur situation, d’abord parce qu’on ne leur a pas proposé et également parce qu’ils ne savent pas quels vaccins les concernent.
  2. Mieux identifier les personnes à risques de complications et les informer sur les vaccins recommandés : pour près de 3 professionnels de santé sur 4 (72%), les Français ne suivent pas plus les recommandations vaccinales car ils ne se considèrent pas comme des personnes à risques.
  3. Faciliter le suivi vaccinal par les patients eux-mêmes et par les professionnels de santé : pour les deux tiers des Français, le fait de disposer d’un carnet de vaccination électronique consultable par tous les professionnels de santé pourrait les inciter à se faire plus vacciner (66%).

Le développement des compétences vaccinales des pharmaciens apparaît comme une étape importante pour fluidifier et améliorer le parcours vaccinal des Français. Alors que la crise sanitaire nous engage à réinventer notre modèle de vaccination, l’extension généralisée de la vaccination en officine à l’ensemble des vaccins recommandés pour les adultes pourrait prolonger cette dynamique.

Le rôle du pharmacien dans la vaccination : quelles perceptions et attentes des Français et des professionnels de santé

 

 

 

Pfizer

A propos de Pfizer – Des avancées qui changent la vie des patients
Chez Pfizer, nous mobilisons la science et nos ressources mondiales pour développer des thérapies qui permettent de prolonger et d’améliorer significativement la vie de chacun. Nous recherchons la qualité, la sécurité et l’excellence dans la découverte, le développement et la production de nos solutions en santé humaine, parmi lesquelles figurent des médicaments et des vaccins innovants. Chaque jour, sur les marchés développés et émergents, Pfizer œuvre à faire progresser le bien-être, la prévention et les traitements pour combattre les maladies graves de notre époque. Conscients de notre responsabilité en tant que leader mondial de l’industrie biopharmaceutique, nous collaborons également avec les professionnels de santé, les autorités et les communautés locales pour soutenir et étendre l’accès à des soins de qualité et abordables à travers le monde. Depuis plus de 170 ans, nous faisons la différence pour tous ceux qui comptent sur nous.
Pour en savoir plus sur nos engagements, vous pouvez visiter notre site internet www.pfizer.fr et nous suivre sur twitter : @Pfizer_France.

A propos de la méthodologie de l'enquête Ipsos/Pfizer
Ipsos et Pfizer ont souhaité mieux comprendre le rapport des français et des professionnels de santé avec la vaccination et identifier les freins, les leviers et les attentes en matière d’extension des compétences du pharmacien et de sa place dans le parcours vaccinal.
 
Méthodologie :
Grand public : échantillon de 1 018 personnes âgées de 18 ans et plus, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogé du 1er au 2 avril 2021 (quotas et critères de pondération : sexe, âge, CSP, région, agglomération).
Professionnels de santé : échantillon de 500 professionnels de santé dont 200 médecins généralistes (libéraux), 200 pharmaciens (libéraux), 100 infirmiers (libéraux et mixtes) interrogés du 25 mars au
13 avril 2021 (quotas et critères de pondération : âge, région).
[1] Occurrence Healthcare, Baromètre communication prévention santé Vague 2, Juin 2020 | source
[2] Enquête Ipsos/Pfizer
[3] Vaccination Info Service « COMPRENDRE LES BÉNÉFICES DE LA VACCINATION » | source
[4] Institut Pasteur « Qu’est-ce que l’immunité collective » | source
[5] Ordre des pharmaciens - Présentation des voeux de l’Ordre national des pharmaciens : quelle place en 2021 pour les pharmaciens dans le système de santé ? | source
[6] Suivi de la vaccination Covid-19 en officine – GERSDATA – Données arrêtées au 07/05/2021 – source

Auteur(s)

  • Adeline Merceron Responsable d'activité santé - Département Public Affairs

Plus de contenus sur Santé

Société