Télémédecine : une réponse complémentaire efficace pour faciliter l'accès aux soins ?

L’allongement des délais d’attente pour consulter un médecin et la raréfaction des heures médicales disponibles sont autant de freins aujourd’hui à un accès fluide à l’offre de soins. La télémédecine – accessible à tous et remboursée par la Sécurité sociale à compter du 15 septembre 2018 – contribuera à atténuer ces déséquilibres avec comme promesse d’améliorer l’accès aux soins des Français. Mais les patients et les professionnels de santé voient-ils ce changement d’un bon œil et y sont-ils préparés ? Quelles sont les bénéfices qu’ils associent à la télémédecine ? Sur quels aspects de la prise en charge en particulier ?

Auteur(s)

  • Luc Barthélémy Directeur de Clientèle, Ipsos Public Affairs
Get in touch

 La télémédecine et les Français en 10 chiffres clés : 

  • 6 Français sur 10 ont déjà renoncé à consulter un professionnel de santé[2]
  • 38% ont attendu trop longtemps avant de consulter un médecin pour un problème de santé à priori bénin et qui s’est par la suite aggravé.
  • 76% des médecins généralistes et 71% des spécialistes s’estiment aujourd’hui sursollicités par leurs patients.
  • 46% des médecins généralistes interrogés déclarent qu’ils peinent à consacrer autant de temps qu’ils le souhaiteraient à leurs patients.
  • 68% des généralistes et 59% des médecins spécialistes déclarent échanger fréquemment à distance avec leurs patients (en communiquant par téléphone, mail ou SMS).
  • 1 Français sur 2 déclare être prêt à consulter un médecin via une consultation en télémédecine, en complément des consultations physiques avec leur médecin traitant.
  • 60% des Français seraient prêts à téléconsulter pour une question de routine pour leur enfant.
  • 61% des Français seraient prêts à téléconsulter pour obtenir rapidement un premier avis médical, suite à un problème de santé rencontré ponctuellement.
  • 85% des médecins généralistes et 72% des patients estiment que la télémédecine est une tendance médicale de fond.  
  • 3 médecins sur 4 sont aujourd’hui favorables au développement de la télémédecine.  


Une proportion croissante de Français renonce à consulter un médecin, parfois au détriment de leur santé

Consulter un médecin est perçu par une majorité de Français comme une démarche de plus en plus contraignante. 6 Français sur 10 déclarent en effet avoir déjà renoncé à consulter un professionnel de santé au cours des 5 dernières années[1]. Parmi les principales raisons énoncées : des délais d’attente trop longs pour obtenir un rendez-vous par rapport à l’urgence du problème de santé rencontré (49%), une date de rendez-vous qui ne convient pas (37%) ou encore par manque de temps (29%). Des premiers résultats qui mettent en exergue les déséquilibres entre des attentes de rapidité et de facilité d’accès aux soins et une réalité plus contrastée. A noter qu’à l’heure actuelle, les Français demeurent, dans une très large mesure, satisfaits des consultations avec leurs médecins notamment sur le contenu de celles-ci.
Dans un contexte où le gouvernement encourage les actions visant à développer une culture de la prévention sanitaire, 38% des Français déclarent que les difficultés d’accès à un médecin  ont pu être à l’origine de l’aggravation d’un problème de santé au départ bénin.
7 Français sur 10 considèrent que l’accès aux professionnels de santé s’est dégradé au cours des 5 dernières années et s’inquiètent des déséquilibres de la répartition des médecins sur le territoire français. La télémédecine promet d’apporter des réponses tangibles et  efficaces à ces distorsions grâce à une meilleure prise en charge des patients et à un accompagnement adapté.

Des professionnels de santé sur-sollicités mais qui souhaitent se consacrer davantage à leurs patients

À l’image du ressenti des patients, le manque de temps est aussi un des principaux motifs d’insatisfaction des professionnels de santé. 76% des médecins généralistes interrogés pointent du doigt les sur-sollicitations régulières sous forme d’appels, de mails ou de SMS de la part des patients et 46% déclarent ainsi qu’ils peinent à consacrer autant de temps qu’ils le souhaiteraient à leurs patients.
Si une consultation en cabinet médical dure environ 18 minutes selon un médecin généraliste et 22 minutes de l’avis d’un spécialiste (parmi les spécialités interrogées), l’ensemble de la profession s’accorde sur le fait que ces consultations devraient durer plus longtemps pour être efficaces. Parmi les principales contraintes invoquées pour expliquer ce manque de temps médical disponible : la gestion administrative du cabinet (pour 59% des généralistes) et le nombre croissant de demandes de consultations (pour 57% des généralistes et 77% des spécialistes).
 

La télémédecine et les Francais

La télémédecine, une évolution qui tarde à se généraliser

La télémédecine est une activité largement développée dans plusieurs pays d’Europe et fera son apparition officielle et généralisée cet automne en France et ce, alors même que les médecins français la pratiquent déjà communément avec leurs patients. 
68% des généralistes et 59% des médecins spécialistes déclarent en effet échanger fréquemment à distance avec leurs patients pour leur communiquer une information médicale,  et 59% des généralistes et 71% des spécialistes pour répondre à leurs questions. Plus des deux tiers des médecins affirment notamment rédiger régulièrement des ordonnances par avance à destination de leurs patients. 1/3 des Français déclarent pour leur part avoir déjà appelé leur médecin pour lui demander conseil. 
Pour les patients et les médecins, le constat est clair : jusqu’à 1 consultation sur 2 pourrait faire l’objet d’une consultation en télémédecine d’après les patients et pour les médecins généralistes c’est près d’1 patient sur 4 ayant consulté pour un problème de santé qui aurait pu faire l’objet d’une consultation en télémédecine.

La télémédecine, une porte d'entrée complémentaire dans le parcours de soins

La télémédecine est un service médical complémentaire qui permet de répondre aux problèmes d’accès aux soins que rencontrent les Français. Ainsi, 1 patient sur 2 serait d’ores et déjà prêt à consulter un médecin en télémédecine, en complément d’une consultation physique avec son médecin traitant. 
La majorité des patients est aujourd’hui convaincue du développement de la télémédecine dans les années à venir et se déclarent prêts en bénéficier (y compris pour leurs enfants), notamment en premier recours et /ou en préalable à une consultation avec leur médecin traitant. 
Côté professionnels de santé, 3/4 des médecins considèrent que la télémédecine a un rôle à jouer en amont d’une consultation physique, en permettant au patient de devenir « acteur de sa santé », et ce grâce à une meilleure information, une orientation qualifiée et davantage de prévention.

La télémédecine, un service d’avenir clé pour les professionnels de santé et toujours au bénéfice des patients

Les médecins généralistes considèrent qu’ils pourraient dédier jusqu’à environ 20% de leur activité courante hebdomadaire à la téléconsultation, dont près de 3h30 supplémentaires, en complément des heures qu’ils consacrent actuellement à leur pratique médicale.  
Les médecins considèrent également la télémédecine comme un service médical pertinent et efficace pour mieux exercer leur activité médicale. 70% d’entre eux déclarent en effet que la télémédecine pourrait leur permettre de mieux gérer le nombre de demandes de consultations et ils sont 59% à penser qu’elle pourrait contribuer à l’amélioration de la prise en charge et le suivi des patients chroniques. 

Qu’est-ce que la télémédecine ? Où en est-on ?

La télémédecine a pour vocation de faciliter l’accès des patients aux professionnels de santé en transformant les usages de ces deux communautés. C’est une pratique complémentaire à l’exercice médical présentiel en cabinet qui permet d’aider les patients et les professionnels de santé dans leur vie quotidienne.  La mise en place de la télémédecine dans les mois à venir s’effectuera de façon graduelle et mesurée selon les spécialités, les types de pathologies et le profil des patients. Les téléconsultations seront remboursées par l’Assurance Maladie à compter du 15 septembre 2018, en articulation complète avec le parcours de soins. 

 
Les principaux avantages :

Pour les patients :

  • Un meilleur accès au parcours de soins
  • Désengorgement des cabinets médicaux et diminution des délais d’attente (pour 79% des Français)
  • Lutte contre les conséquences de la désertification médicale (pour 69% des Français)
  • Accès à des consultations avec des médecins que les patients n’auraient jamais consultés avant (pour 71% des Français) 

Pour les médecins :

  • Un système de santé plus efficient 
  • Développement de l’aspect préventif du système de santé (pour 83% des médecins généralistes et 85% des spécialistes)
  • Lutte contre les conséquences de la désertification médicale (pour 82% des médecins généralistes et 77% des spécialistes)
  • Accès facilité à des médecins spécialistes (pour 77% médecins généralistes et 79% des spécialistes). 

[1] Soit parce que la date du rendez-vous était trop éloignée dans le temps par rapport à l’urgence du problème de santé, soit parce qu’aucun rendez-vous de consultation disponible ne vous convenait, soit par manque de temps, soit en raison du coût de la consultation, soit en raison de l’éloignement géographique par rapport à votre domicile 
[2] 
Soit parce que la date du rendez-vous était trop éloignée dans le temps par rapport à l’urgence du problème de santé, soit parce qu’aucun rendez-vous de consultation disponible ne vous convenait, soit par manque de temps, soit en raison du coût de la consultation, soit en raison de l’éloignement géographique par rapport au domicile. 
Fiche technique : Enquête Ipsos pour Qare réalisée auprès d’un échantillon de 1011 individus représentatifs de la population française ainsi que de 101 médecins généralistes libéraux et 56 médecins spécialistes. Ils ont été interrogés par Internet du 29 mars au 9 avril 2018.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Luc Barthélémy Directeur de Clientèle, Ipsos Public Affairs

Société