91% des Français déclarent célébrer Noël, mais comment ?

Noël est-il encore sacré ? On dit les Français déchristianisés, athées, matérialistes, de moins en moins sensibles aux symboles, dans un contexte où les crèches ou les sapins sont interdits ou bannis de l’espace public. Dans ce contexte, que représente Noël pour eux ? Se donnent-ils encore la peine d’y consacrer de l’argent et du temps ? Pour en avoir une idée et les situer dans un contexte international, Ipsos a associé deux expertises d’études, avec une enquête on-line via l’omnibus DIY auprès d’un échantillon représentatif des populations dans six pays enrichie par du social listening .

Auteur(s)

  • Frédérique Alexandre Responsable de l'activation client, Observer Digital
  • Laïla Idtaleb Responsable de l'activation client, Social Intelligence Analytics
  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre
Get in touch

4 Français sur 10 n’ont pas commencé leurs achats de Noël

Premier enseignement, 91% des Français disent célébrer Noël avec la traditionnelle ouverture des cadeaux le 24 ou le 25 décembre pour 72% d’entre eux. Mais presqu’un mois avant le rendez-vous de ces deux journées, 41% disent ne pas encore s’être lancés dans la course, un comportement encore plus prononcé dans un autre pays latin qu’est l’Italie avec 55%. A l’échelle internationale, près de 40% des personnes interrogées déclarent avoir terminé ou presque leurs achats, principalement aux Etats Unis (52%) et en Australie (46%).

 

« C'est ça d'attendre le dernier moment pour acheter les jouets de Noël, moi les jouets et jeux pour mon fils sont déjà là (et emballés) depuis fin septembre, tarif meilleur, disponibilité, etc.. »

Utilisateur TWITTER

 

Plus d’enthousiasme, mais également plus de stress à l’approche des fêtes

Deuxième enseignement, cette année les célébrations de fin d’année semblent provoquer plus d’excitation auprès des populations interrogées (28%) mais également plus de stress.

En France, cet enthousiasme est principalement observé auprès des plus jeunes (31% chez les 16-24 ans) ; ils prévoient de passer plus de temps à faire du shopping pour les fêtes (31%), d’augmenter leur budget cadeaux (33%) et leurs achats de dernière minute (24%). Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, les 55-75 ans ne sont que 12% à ressentir plus d’excitation qu’en 2020 et 52% n’ont pas encore commencé leurs achats. Sont-ils fatigués de jouer les Père Noël ?

La majorité des consommateurs est aussi plus stressée qu’en 2020 au regard de leurs achats de fin d’année. Elle est bien plus soucieuse des risques de pénurie (plus 30% vs 2020), un sujet très médiatisé au moment de l’étude, et des délais de livraison qui en découlent (+28% vs 2020). Le stress est proportionnel à la quantité d’achats dans l’e-commerce : alors qu’on part du magasin avec ses achats, il faut se soumettre à l’aléatoire de la livraison après la commande online pour les produits où ce canal est privilégié, en particulier électronique et jouets. Les pays qui achètent le plus en ligne sont donc ceux où les consommateurs sont les plus stressés !

Dans la même logique, on voit que le volume des conversations online sur les achats de Noël dans les réseaux sociaux, les forums et les blogs, a presque doublé cette année avec 45% de mentions supplémentaires enregistrées du 24 octobre au 24 novembre). Cette augmentation du buzz des Fêtes est liée à la perspective du retour à des célébrations « normales » avec les amis et la famille, mais aussi au stress ressenti par les consommateurs concernant les retards de livraison et les problèmes de disponibilité.

Cela dit, les chiffres en France sont très inférieurs aux pays anglo-saxons : 36% des Américains, 32% des Australiens et 29% des Britanniques se disent plus excités par les célébrations de fin d’année en 2021 qu’en 2020.

Des cartes-cadeaux plébiscitées à travers le monde

Troisième enseignement, les cartes-cadeaux rencontrent un vrai succès dans 36% des pays de l’enquête. En France, le Top 5 des idées cadeaux sont les jouets (42%), les livres (35%), les cartes-cadeaux (34%) et les articles et accessoires de mode (33%) ou de beauté (30%). On ne s’étonnera pas du succès des cartes-cadeaux, les Français étant les champions d’Europe de la revente des cadeaux qui ne leur plaisent pas, c’est la solution la plus simple pour espérer ne pas se tromper. Les conversations online montrent ici qu'Amazon et les détaillants en général dominent les conversations liées aux cartes-cadeaux, certaines marques faisant leur apparition dans ce marché, comme Apple, Starbucks ou Nike.

Top brands for gift cards | Synthesio | Ipsos

« Il sera encore là pour Noël ce set ?
La il est à 250 euros sur Amazon...»

Utilisateur TWITTER

Quant aux livres, ils représentent un point de différenciation par rapport aux autres pays, étant dans le Top 5 (>30%) et incarnent sans doute une valeur sûre, notamment pour les femmes et les 35-44 ans.

On notera les challengers : les articles électroniques / high tech (26%) ou de sport (15%), des billets/invitations pour des événements (13%) et les articles d’art ou de loisirs créatifs (12%).

Des parcours d’achat toujours plus hybrides

Dernier enseignement qui confirme la tendance au Commerce Convergent, les achats sur Internet et en magasins coexistent dans toutes les catégories de vente au détail et les frontières entre les canaux continuent de s'estomper. Ils sont perméables et interactifs : on s’informe online et on achète en magasin pour être sûr d’avoir le produit désiré ; on va voir le produit dans le magasin pour le découvrir et le manipuler et on va l’acheter on line pour profiter d’un prix inférieur, etc.

On le voit, Noël reste un moment et un événement particuliers qui découpe un espace spécifique dans l’année, impliquant d’observer et de suivre des rituels culinaires et décoratifs, où la spiritualité se revêt de Foi et de croyances, où le temps des cadeaux est suspendu au passage du bolide du Père Noël. En effet, si l’on réduit la surface parcourue par le Père Noël à l'Europe, l'Amérique et l'Australie (61 millions de km²) et si l’on considère qu’il a 31 heures pour faire ses livraisons, il doit se déplacer à environ 1.050km par seconde, soit 3,8 millions de km/h, autrement dit plus de Mach 3000. Mais c’est précisément la magie de cette séquence, être rendue inviolable par un acte de pensée transcendant qui la sépare du monde ordinaire et rationnel. Exactement le sens étymologique de « sacré ». 

 

« Nous sommes à 180€ par enfants et j'en ai deux.
Je ne priverai jamais mes enfants de Noël à cause de décisions gouvernementales »

Utilisateur TWITTER

 

Vous souhaitez préparer 2022 et anticiper l'évolution des comportements des consommateurs ? Rendez-vous sur Ipsos.Digital pour découvrir comment nos outils DIY vous permettent d'obtenir rapidement des informations robustes auxquelles vous pouvez vous fier. Pour en savoir plus sur nos solutions de social listening, demandez une démo à nos experts Synthesio pour apprendre comment transformer les conversations sociales en insights activables.


Fiche technique :
L'enquête Ipsos DIY Omnibus a été menée du 19 novembre 2021 au 24 novembre 2021 auprès d'échantillons nationaux représentatifs d'environ 1 000 répondants par pays en Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Australie et États-Unis, à l'aide de la plateforme Ipsos.Digital.
La plate-forme Synthesio a collecté et analysé 10 millions de publications en ligne publiques sur les achats de Noël/des fêtes du 24 octobre 2021 au 24 novembre 2021. Les sources incluent des milliers de données, notamment les principaux réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Reddit…), des forums et des blogs.
 

Téléchargement

Auteur(s)

  • Frédérique Alexandre Responsable de l'activation client, Observer Digital
  • Laïla Idtaleb Responsable de l'activation client, Social Intelligence Analytics
  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Centre

Société