La crainte de connaître la pauvreté est en hausse chez les séniors

Chaque année, le baromètre Ipsos / Secours Populaire de la pauvreté permet de faire le point sur la question de la précarité en France. Alarmé par l’augmentation du nombre de personnes âgées se présentant dans ses permanences, le Secours Populaire a souhaité cette année réaliser un focus sur la pauvreté des séniors dans le cadre de cette onzième vague du baromètre.

La crainte de connaître la pauvreté est en hausse chez les séniors

Auteur(s)

  • Etienne Mercier Directeur du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
  • Amandine Lama Directrice de Clientèle, Département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Une crainte de la pauvreté qui gagne les Français âgés de 60 ans et plus

Aujourd’hui, près d’un sénior sur deux s’est déjà dit à un moment de sa vie qu’il était sur le point de connaître la précarité (49% des 60 ans et plus). C’est un peu moins que pour l’ensemble des Français, tous âges confondus (57%), mais cette inquiétude a augmenté de manière significative chez les séniors par rapport à 2007 (+4 points).

Parmi ces séniors, ceux dont les revenus actuels du foyer sont inférieurs à 1200€ sont même 68% à avoir pensé qu’ils étaient sur le point de basculer dans la pauvreté. Mais surtout, ils sont 58% à avoir effectivement connu une telle situation.

 

Une majorité de séniors parvient juste à boucler son budget, voire termine le mois à découvert

A la fin du mois, les séniors sont une minorité à être en capacité de mettre de l’argent de côté (41%). Près d’un sur deux parvient simplement à équilibrer son budget (46%), et ils sont 13% à ne pas y parvenir. Parmi eux, 6% ne peuvent pas boucler leur budget sans être à découvert et 7% déclarent même s’en sortir de plus en plus difficilement, et craignent de basculer dans la précarité.

Ces 13% de séniors qui connaissent de grandes difficultés sont surreprésentés parmi les femmes (15% dont 9% craignent de basculer), dont les pensions de retraite sont généralement bien inférieures à celles des hommes, compte tenu des différences salariales entre sexes et des carrières hachées d’une partie d’entre elles.

Ces difficultés touchent par ailleurs 37% des séniors dont le revenu du foyer est inférieur à 1200€, et parmi eux 26% craignent de basculer dans la précarité.

 

La santé, poste de dépense qui pose le plus de problèmes pour les séniors

Les difficultés financières éprouvées par une partie des séniors impactent tout particulièrement leur accès à la santé : c’est le poste de dépense qui pose le plus souvent problème. Parmi les Français de 60 ans et plus, 39% rencontrent en effet des difficultés financières pour payer certains actes médicaux mal remboursés par la sécurité sociale (+4 points par rapport à l’année dernière). C’est le cas d’une majorité de séniors (53%) dont le revenu mensuel net du foyer est inférieur à 2000€.

Disposer d’une mutuelle santé est également source de difficultés pour 31% des séniors, soit 6 points de plus que l’année dernière, et davantage que pour les Français dans leur ensemble (25%).

En matière de santé, le dentaire et l’optique sont les postes de dépenses qui sont les plus problématiques pour les séniors. 42% d’entre eux ont déjà dû retarder ou même renoncer à l’achat de prothèses dentaires pour des raisons financières (+4 points par rapport à 2008) et 31% à l’achat de lunettes ou de lentilles de contact (+2 points). C’est davantage que pour l’ensemble des Français, alors même que ce sont les séniors qui ont souvent le plus besoin de ces appareillages.

L’accès à la culture et aux loisirs, principale source de difficultés pour les Français tous âges confondus, arrive en seconde position chez les séniors (36% rencontrent des difficultés en la matière ; +5 points par rapport à 2016). Les difficultés sont majoritaires chez les séniors dont le revenu du foyer est inférieur à 2000€ (52%), et bien plus souvent éprouvées par les femmes (42%) que par les hommes (28%). Si partir en vacances au moins une fois par an est moins souvent signalé comme une source de difficultés par les séniors que par les Français dans leur ensemble (32% contre 45%), c’est avant tout parce que nombre d’entre eux s’estiment non concernés (13% des séniors et 21% de ceux dont le revenu du foyer est inférieur à 2000€), comme si les vacances étaient réservées aux actifs.

Les dépenses d’énergie (électricité, chauffage etc.) sont le troisième poste le plus problématique chez les séniors, des difficultés étant éprouvées dans ce domaine par 35% des 60 ans et plus (+5 points par rapport à l’année dernière). Elles touchent même 54% des foyers dont le revenu est inférieur à 2000€ et 68% lorsque le revenu est inférieur à 1200€.

 

Des séniors très impliqués socialement, qui contribuent à soutenir leur famille et sont particulièrement inquiets de devenir une charge pour elle

Si les séniors vivent parfois des situations difficiles, ils sont aussi un soutien pour leur famille, notamment financier. Parmi eux, 68% déclarent ainsi aider leurs enfants ou petits-enfants financièrement, dont 21% régulièrement. C’est le cas des plus aisés, mais aussi de ceux dont les revenus sont modestes (61% de ceux dont le revenu mensuel net du foyer est compris entre 1200 et 2000€, 38% lorsqu’il est inférieur).

Ils sont également 67% à donner de l’argent à des associations, dont 33% régulièrement. Là encore, si les plus aisés le font plus souvent, les séniors aux revenus modestes sont également nombreux à le faire (55% entre 1200 et 2000€, 38% en dessous de 1200€).

Au-delà de leur contribution financière, ils sont nombreux à faire don de leur temps pour les autres : 58% s’occupent de leurs petits-enfants (garde, aide aux devoirs, vacances etc.), 43% donnent du temps à une association et 27% s’occupent d’une personne dépendante, dont 16% régulièrement.

Jouant souvent un rôle de soutien pour leur famille, les séniors sont une majorité à être préoccupés de devenir une charge pour elle : 40% sont inquiets de ne pas pouvoir aider leurs enfants s’ils en ont besoin (54% de ceux dont les revenus sont inférieurs à 2000€). Surtout, 56% sont inquiets de leurs capacités à faire face financièrement à leur propre dépendance éventuelle, notamment les femmes (66% contre 45% des hommes). Les séniors les plus modestes sont en toute logique particulièrement soucieux à cet égard (74% de ceux dont le revenu du foyer est inférieur à 2000€).

VOLET BAROMÉTRIQUE

Fiche technique :
Ipsos a interrogé par téléphone un échantillon représentatif de 1005 Français, complété par un sur-échantillon de séniors permettant d’obtenir au total les réponses de 565 Français âgés de 60 ans et plus.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Etienne Mercier Directeur du département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs
  • Amandine Lama Directrice de Clientèle, Département Politique et Opinion, Ipsos Public Affairs

Société