Les Français et la mode durable

A l’occasion du lancement de sa campagne #Wearthechange, pour une mode durable à la portée de tous, Ipsos et C&A se sont intéressés au rapport des Français à la mode engagée. Alors que la prise de conscience des consommateurs conduit le secteur de l’habillement- textile à prendre des initiatives durables, les résultats de l’étude mettent en avant à la fois la perception des engagements des marques sur le sujet, les attentes des Français en matière de mode durable ainsi qu’un aperçu des pratiques déjà intégrées dans leur quotidien.

Auteur(s)

  • Faustine Ducreu Chef de groupe - département Trends & Prospective, Ipsos
  • Doan-Anh Pham Directrice Adjointe du département Trends & Prospective, Ipsos
Get in touch

Des Français soucieux de l’engagement des marques et des entreprises en faveur du développement durable

Près de 2 Français sur 3 (65%) affirment aujourd’hui que l’engagement des marques et des entreprises en matière de développement durable constitue un critère de choix important au moment de leurs achats mode/habillement.

Cette prise de conscience généralisée concerne aussi bien les femmes (68%) que les hommes (61%) et se retrouve à travers les différentes catégories socioprofessionnelles (CSP+ : 69%, CSP- : 64%). Le consensus est même transgénérationnel avec des résultats homogènes entre quasiment toutes les tranches d’âge (66% des moins de 35 ans, et 66% des 35-64 ans). Seuls les 65 ans et plus semblent relativement moins intéressés (57%) par le sujet.

Même si les Français prêtent de plus en plus attention au critère durable lors de leur shopping mode, une marge de progression existe encore dans sa prise en considération au quotidien. En effet, l’engagement des marques est davantage pris en compte dans d’autres secteurs de consommation comme l’alimentation (85%), l’hygiène-beauté (77%) ou encore la technologie (70%), témoignant d’une durabilité sans doute encore peu installée et moins appréhendée par les consommateurs dans la mode que dans d’autres secteurs.

Des consommateurs attentifs a l’engagement environnemental, éthique et sanitaire des marques de mode les principaux freins à l’achat durable : le prix, le manque d’informations et le manque de confiance

Au-delà du consensus, les Français expriment des attentes globales vis-à-vis des offres de mode durable. Pour les personnes interrogées témoignant d’un intérêt pour l’engagement des marques, trois critères sont primordiaux : une fabrication respectueuse de l’environnement (60%), une fabrication dans des conditions de travail décentes et des employés justement rémunérés (60%), et des vêtements contenant moins de substances toxiques (54%).

Il est intéressant de mettre en perspective ces attentes selon les tranches d’âge. En effet, les 50-64 ans (65%) et les 65 ans et plus (72%) se montrent plus attentifs aux conditions de travail et de rémunération, comparé à la moyenne des personnes intéressées (60%) et surtout par rapport aux 16-24 ans (49%). A noter également que les 16-24 ans (38%) sont plus sensibles que la moyenne (28%) aux vêtements fabriqués sans aucun produit d’origine animale.

Dans la pratique, au moment de choisir un vêtement durable, les Français s’accordent sur deux critères principaux : la santé et le respect de l’environnement. Pour 44% des Français, un vêtement durable est respectueux de la santé des individus, sans produits toxiques, et pour 37% d’entre eux, il doit être produit de manière responsable sur le plan environnemental.

Les principaux freins à l’achat durable : le prix, le manque d’informations et le manque de confiance

Parmi les personnes interrogées ne témoignant pas d’un intérêt pour l’engagement des marques, 34% d’entre eux avancent l’argument du prix trop élevé de ces vêtements. Le rapport qualité/prix demeure un critère de choix pour une grande partie de ces consommateurs.

28% des consommateurs qui n’y prêtent pas attention pointent du doigt le fait qu’ils ne connaissent pas de marque de mode engagée en faveur du développement durable. 22% expliquent ne pas vraiment savoir en quoi consiste le développement durable dans la mode. Ces chiffres peuvent s’expliquer par le fait que derrière le concept de mode durable, les terminologies employées sont nombreuses : « écoresponsabilité », « éco engagement », « durabilité » … et recouvrent des dimensions aussi variées que le « made in », la traçabilité de la fabrication, le traitement des employés, la pollution générée… A titre d’exemple, 30% des Français associent ainsi la notion de vêtement durable au « made in France » tandis qu’un quart d’entre eux (25%) y associent d’abord le fait qu’il soit fabriqué en coton bio / matières naturelles.

Le manque de confiance est un autre facteur explicatif du non-intérêt pour la mode durable chez ces Français. 25% d’entre eux n’y prêtent pas attention car ils ne font pas confiance aux marques de mode qui se disent engagées.

Des pratiques durables déjà bien implantées chez les consommateurs… des pratiques qui varient en fonction de la génération !

Sujet d’actualité ces derniers mois, la mode durable s’est déjà fait une place dans le quotidien des Français. 78% d’entre eux ont déjà réalisé au moins une pratique de mode durable au cours des douze derniers mois. Ainsi, la moitié des Français (49%) a déjà rapporté en magasins ou déposé des vêtements dans un collecteur prévu à cet effet et la même proportion a déjà donné des vêtements au lieu de les jeter. La pratique du don est encore plus commune chez les 65 ans et plus (61%). L’achat de vêtements d’occasion et la vente de vêtements au lieu de les jeter rencontrent également du succès, 22% des Français ayant déjà pris part à l’une de ces pratiques. Concernant la vente de vêtements, ce chiffre monte à 30% chez les moins de 35 ans. L’attention aux matières est également un autre point : près d’un Français sur 5 (18%) a ainsi acheté des vêtements en coton bio au cours des 12 derniers mois.

A l’avenir, les femmes seraient particulièrement intéressées par l’achat de davantage de vêtements durables (76%), la transformation d’anciens vêtements pour les réutiliser (59%), l’achat de vêtements d’occasion (46%) et, dans une moindre mesure, 37% d’entre elles envisagent de fabriquer elles-mêmes leurs vêtements. Quant aux moins de 35 ans, 59% d’entre eux seraient intéressés par la transformation de vieux vêtements pour les réutiliser, l’achat d’occasion (49%), la fabrication de leurs propres vêtements (38%) et même la location de vêtements au lieu de les acheter (25%). Plus pragmatiques, les 65 ans et plus préfèrent, plus que la moyenne des Français, s’orienter vers l’achat de vêtements de meilleure qualité (84%) et donner leurs vêtements au lieu de les jeter (79%).


C&A

À propos de C&A
C&A est l'un des leaders mondiaux de la vente de détail de mode, avec plus de 51 000 employés et environ 1 900 magasins dans 21 pays à travers le monde, ainsi qu'une présence en ligne croissante. Accueillant plus de 3 millions de visiteurs chaque jour dans le monde, C&A propose une mode plus durable et abordable pour toute la famille. La marque rapproche la mode durable des consommateurs avec sa campagne #Wearthechange. Soucieux de fournir toujours plus de qualité à ses clients, C&A est à l’avant-garde d’une innovation axée sur le consommateur depuis 1841.
Fiche technique : étude Ipsos pour C&A a été menée auprès d’un échantillon de 1 086 Français âgés de 16 à 75 ans, représentatif de la population française sur les critères de sexe, âge, CSP de l’individu, région et catégorie d’agglomération. Celui-ci a été interrogé online via le panel Ipsos du 3 au 6 septembre 2019.

 

Téléchargement

Auteur(s)

  • Faustine Ducreu Chef de groupe - département Trends & Prospective, Ipsos
  • Doan-Anh Pham Directrice Adjointe du département Trends & Prospective, Ipsos

Société