Orléans : Serge Grouard (UMP) favori pour un troisième mandat

Le député-maire sortant Serge Grouard (UMP) est bien placé pour obtenir un troisième mandat à Orléans. Selon l'enquête Ipsos/Steria réalisée pour France Bleu Orléans et La République du Centre, sa liste UMP-UDI est en effet nettement en tête des intentions de vote de premier et second tours.

Orléans : Serge Grouard (UMP) favori pour un troisième mandat

Auteur(s)

  • Alice Tétaz Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs
Get in touch

Pour le premier tour, elle recueille 46% des intentions de vote, ce qui lui permet de devancer de quinze points la liste PS-EELV-PRG conduite par Corine Leveleux-Teixeira (31%). Le niveau où se situe la liste d'union de la gauche est très inférieur au score de la liste PS au premier tour des Municipales de 2008 (45,1%), mais elle doit faire face cette année à la concurrence d'une liste Front de Gauche conduite par Michel Ricoud, qui obtient 10% des suffrages.

En recul également, par rapport au score de Marine Le Pen à la Présidentielle 2012 (12,1%) ou au score de sa tête de liste Philippe Lecoq au premier tour des législatives 2012 (14,2%), le FN recueille 8% d'intentions de vote et n'est pas assuré d'atteindre la barre des 10% nécessaires pour se maintenir au second tour. Une liste sans étiquette menée par le candidat centriste Tahar Ben Chaabane (3%) et une liste Lutte Ouvrière conduite par Farida Megdoud (2%) complètent l'offre électorale.

Que le second tour se joue en duel ou en triangulaire, le maire sortant est favori. Si le FN ne parvenait pas à se maintenir, la liste UMP-UDI recueillerait aujourd'hui en effet 58% d'intentions de vote, contre 42% à la liste de gauche. L'écart est à peine moins net dans une configuration de triangulaire : 52% d'intentions de vote pour la liste de droite, 40% pour la liste de gauche, 8% pour la liste du Front National. Les reports de voix montrent que dans les deux cas, la liste PS-EELV perd le soutien d'environ un tiers des électeurs du Front de Gauche au premier tour, qui choisiraient plutôt de voter pour le maire sortant (11%) ou de s'abstenir (23% en cas de triangulaire / 24% en cas de duel).

A deux semaines du scrutin, Serge Grouard a donc de la marge sur ses concurrents. Sa réélection serait d'ailleurs cohérente avec l'appréciation positive de son bilan : les trois-quarts des habitants (74%) se déclarent en effet "satisfaits du travail accompli par le maire", contre "seulement" 20% de mécontents.

Auteur(s)

  • Alice Tétaz Chef de Groupe, Ipsos Public Affairs

Société