Présidentielle 2022 : Macron et Le Pen favoris, mais Xavier Bertrand ou un candidat de la gauche unie seraient en position de créer la surprise

A 15 mois du scrutin, Ipsos, en partenariat avec Sopra Steria, a interrogé les Français sur leurs intentions de vote au premier tour de l'élection Présidentielle de 2022.

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs
  • Brice Teinturier Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)
  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs
Get in touch

Le décryptage de Brice Teinturier

Marine le Pen et Emmanuel Macron en tête des intentions de vote

A plus d’un an de l’élection présidentielle, l’enquête réalisée par Ipsos pour L’Obs et France Info les 27-28 janvier montre que le Président sortant et la dirigeante du Rassemblement national sont à ce stade les deux favoris du scrutin : Emmanuel Macron est crédité de 24% à 27% des intentions de vote selon les hypothèses de candidatures testées, et Marine Le Pen de 25% à 26,5%. Les deux candidats potentiels bénéficient d’un électorat solide : environ 85% des électeurs ayant voté pour Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 feraient à nouveau ce choix, ce chiffre étant d’environ 65% pour l’électorat d’Emmanuel Macron en 2017.

Derrière ces deux favoris, Xavier Bertrand fait à ce stade figure de « troisième homme », avec 14% à 16% des intentions de vote selon les hypothèses. Si une partie de son électorat « naturel » lui échappe (environ un tiers des électeurs de François Fillon en 2017 voteraient pour Emmanuel Macron, et 1/6ème voterait pour Marine Le Pen), il peut espérer tirer partie d’une campagne électorale pour améliorer sa notoriété (33% des Français n’ont pour l’instant pas d’opinion à son égard), conquérir de nouveaux électeurs et, en cas de dynamique positive, accéder au second tour.

Divisée, la gauche serait laminée au premier tour de l’élection présidentielle : s’ils sont tous trois candidats, Jean-Luc Mélenchon (10%), Anne Hidalgo (9%) et Yannick Jadot (7,5%) seraient loin de la barre de qualification pour le second tour. En revanche, une candidature commune entre le PS et EELV pourrait changer la donne : dans ce cas, Yannick Jadot arriverait en troisième position avec 17% des intentions de vote, et si cette candidature commune était menée par Anne Hidalgo, la maire de Paris obtiendrait 16% des voix, à égalité avec Xavier Bertrand. Des niveaux qui restent encore éloignés de ceux d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, mais qui ne mettraient pas un termes aux espoirs de la gauche pour 2022.


Fiche technique : enquête Ipsos en partenariat avec Sopra Steria pour l'Obs et franceinfo menée les 27 et 28 janvier 2021 auprès de 1 000 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs
  • Brice Teinturier Directeur Général Délégué France, Ipsos (@BriceTeinturier)
  • Stéphane Zumsteeg Directeur du Département Opinion et Recherche Sociale, Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société