Un Français sur trois ne fait plus confiance aux médias traditionnels pour s’informer

Dans un contexte de méfiance grandissante vis-à-vis des médias traditionnels (journaux, magazines, télévision et radio), Ipsos dévoile les résultats d’une étude exclusive sur l’information et la confiance. L’étude Global Advisor, réalisée dans vingt-sept pays à travers le monde, montre une réelle défiance vis-à-vis des médias en France. Seuls 37% des Français disent avoir confiance dans la télévision et la radio, et 36% dans les journaux et les magazines. La proximité d’une source d’information semble être la seule à inspirer la confiance aux Français : ils sont plus d’un sur 5 (26%) à reconnaître faire davantage confiance à une information venue d’une personne qu’ils connaissent personnellement.

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Center
Get in touch

Chiffres et enseignements clés de l’étude :

En 2019, 37% des Français affirment avoir confiance dans la télévision et la radio, et 36% dans les journaux et les magazines.
Les sites d’information n’inspirent confiance qu’à moins d’un tiers des Français (30%), un chiffre de 20 points inférieurs à la moyenne mondiale (50%).
29% des Français seulement considèrent les programmes de l’audiovisuel public comme des programmes de qualité.
Seuls 46% des Français interrogés estiment pertinentes les informations relayées dans la presse, la télévision & la radio, un chiffre stable par rapport au niveau de pertinence des informations relayées en ligne (45%).
Presque un Français sur 3 estime ne plus faire autant confiance qu’il y a cinq ans aux principaux médias : 32% ne croient plus la presse papier, 38% les formats télévision et radio, et 33% les médias en ligne
Plus d’un Français sur 2 (52%) est convaincu qu’il y a beaucoup d’informations erronées dans les médias traditionnels, un chiffre qui atteint 63% pour les médias en ligne. 
 

Un déficit de confiance important dans les médias comme source d’information

La confiance des Français dans la télévision et la radio est au plus bas, selon la dernière étude Ipsos Global Advisor. En 2019, 37% des Français affirment avoir confiance dans l’information en provenance de la télévision et la radio, et 36% dans les journaux et les magazines.
Les nouveaux médias ne s’en sortent pas mieux : les sites d’information n’inspirent confiance qu’à 3 Français sur 10 (30%), un chiffre de 20 points inférieurs à la moyenne mondiale (50%). A l’inverse, seuls 18% des Français affirment avoir confiance dans les informations diffusées en ligne.
La pertinence des informations relayées est elle aussi remise en question : seuls 46% des Français interrogés estiment pertinentes les informations relayées dans la presse, la télévision & la radio, un chiffre stable par rapport au niveau de pertinence des informations relayées en ligne (45%). De loin, les Français évaluent plus positivement les informations partagées par les personnes qu’elles connaissent (65% des Français jugent ces informations intéressantes).

La confiance des Français dans les médias poursuit son érosion

La confiance à l’égard des médias s’est particulièrement dégradée depuis ces cinq dernières années, pour tous les médias, papiers (-21% de score de confiance en 5 ans), comme audiovisuels (-28%). 
Ainsi, presque un Français sur 3 estime ne plus faire autant confiance aux médias qu’il y a 5 ans pour s’informer : 32% déclarent moins faire confiance à la presse papier qu’en 2014, et 33% se méfient d’avantage des informations relayées sur internet, un chiffre qui atteint 38% pour la télévision et la radio. La seule source d’information qui inspire encore confiance se trouve dans les relations de proximité : plus d’un Français sur 5 (26%) reconnait faire davantage confiance à une information délivrée par une personne qu’il connaît personnellement par rapport à il y a cinq ans.
« Alors qu’il n’a jamais été aussi facile d’accéder à l’information, où qu’elle soit dans le monde, ce sont finalement les règles de la proximité qui s’appliquent, comme si seul le bouche à oreille, au sens propre, pouvait inspirer confiance : seules les relations personnelles ont gagné en fiabilité au cours des cinq dernières années. Curieusement, personne ne se demande comment ces « relations personnelles » s’informent elles-mêmes… » commente Yves Bardon, directeur du programme Flair d’Ipsos France.
Quant au service public audiovisuel, inspire-t-il plus confiance que les acteurs privés ? Les avis restent partagés : indépendamment des niveaux de confiance, 40% des Français conviennent que les radiodiffuseurs publics fournissent un service nécessaire. Ils sont moins d’un tiers à les juger dépassés, élitistes, ou bureaucratiques, et au contraire 29% à trouver leurs programmes de qualité. 

Seule la moitié des Français convaincue des bonnes intentions des médias

La défiance des Français envers les médias pose évidemment la question des fake news : plus d’un Français sur 2 (52%) est en effet convaincu qu’il y a beaucoup d’informations erronées dans les médias traditionnels, journaux et magazines comme télévision et radio. La palme revient aux médias en ligne : 63% des Français sont convaincus d’y trouver des fake news. 
Au-delà de la véracité des informations relayées par les médias, les Français doutent également des intentions des médias. Si près d’un Français sur 2 (47%) estime que les journaux et les magazines agissent avec de bonnes intentions, un chiffre stable en télévision et radio (46%), ils sont seulement 37% à penser que les informations relayées par internet partent de bonnes intentions. 
« L’épidémie des fake news et un certain complotisme associé aux intentions des médias, jugées peu claires, sont deux facteurs clés qui expliquent la faible croyance des Français dans les médias », conclut Yves Bardon. 


Fiche technique : étude conduite du 25 janvier au 8 février 2019 dans 27 pays : Afrique du Sud, Allemagne*, Arabie Saoudite, Argentine, Australie*, Belgique, Brésil, Canada*, Chili, Corée du Sud, Espagne*, France*, Grande-Bretagne*, Hongrie, Inde*, Italie*, Japon*, Malaisie, Mexique, Pérou, Pologne, Russie, Serbie, Suède, Turquie et USA*
*échantillon supérieur à 1,000 personnes indépendamment de Global @dvisor, 500 personnes ont été interrogées en République Tchèque.
Les personnes interrogées sont des adultes âgés de 18 à 64 ans aux USA et au Canada, de 18 à 65 ans en République Tchèque et de 16 à 64 ans dans les autres pays.
 

Auteur(s)

  • Yves Bardon Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Center

Plus de contenus sur Médias / Divertissement

Société