Les jeunes femmes sont-elles ouvertes au changement ?

Choisir sa contraception est un moment clé dans la vie d’une femme, surtout quand elle est jeune. Comment fait-elle ce choix ? En est-elle satisfaite ? Par qui est-elle conseillée ? Les résultats de l’enquête Ipsos Santé/Bayer HealthCare révèlent que 91% des femmes de 20 à 35 ans ont déjà fait ce choix et ce, de manière totalement libre pour 69%. Pour les guider dans leur décision, 61% des jeunes femmes se sont adressées à leur gynécologue, 35% à leur médecin généraliste, 31% à leur mère ; seulement 11% ont choisi seules. Enfin, si 3 femmes sur 4 se disent satisfaites de leur méthode de contraception et n’ont pas l’intention d’en changer, elles sont néanmoins 75% à se déclarer ouvertes au changement.  

Auteur(s)

  • Luc Barthélémy Directeur de Clientèle, Public affairs
Get in touch

L’accessibilité de la contraception a permis aux femmes de disposer librement de leur corps et de décider du moment opportun pour avoir des enfants. Elle a également conditionné d’autres choix de vie des femmes. D’après l’enquête, plus de 8 femmes sur 10 ont déjà pris une décision concernant aussi bien leur vie de couple, leur vie sexuelle que leur parcours professionnel. Et 70% des femmes de 20 à 35 ans n’ayant pas encore eu d’enfant ont également fait un choix sur ce sujet.

LES JEUNES FEMMES PRENNENT DES DECISIONS EN CE QUI CONCERNE LEUR VIE PRIVEE

Les résultats de l’enquête révèlent que les femmes sont davantage décisionnaires dans ces domaines relevant de la vie privée. En effet, concernant :

  • leur vie de couple, 87% des femmes de 20 à 35 ans estiment prendre des décisions contre 71% des hommes
  • leur vie sexuelle, 85% des femmes contre 68% des hommes.

70% des femmes de 20 à 35 ans n’ayant pas encore d’enfant ont pris une décision sur ce sujet contre 46% des hommes

« Cette étude montre les écarts hommes-femmes sur la manière de conduire sa vie.  Les femmes guidées par des convictions, prennent des décisions, souvent normées socialement et donc finalement pas si libres. Il est très frappant de voir dans cette étude comme dans d’autres études combien les femmes prennent jeunes, adolescentes déjà, et bien plus que les hommes des positions sur leur future parentalité, et donc leur contraception. Elles intègrent cette option dans leurs autres choix de vie, de couple et professionnels notamment », indique Laïla Idtaleb, Directrice Ipsos Santé.

Les résultats de l’enquête révèlent que les décisions prises par les 20-35 ans sur leur vie privée se sont réalisés avec un fort sentiment de liberté et une grande satisfaction, à l’instar du choix d’avoir ou non des enfants. 96% des femmes et 90% des hommes déclarent avoir pris une décision sur ce sujet librement ; 89% des femmes et 85% des hommes en sont satisfaits.

1 femme sur 3 se déclare tout à fait ouverte au changement concernant sa maternité

En effet, si les jeunes se disent prêts à évoluer dans leur choix dans les trois années à venir, cette volonté n’est pas clairement affirmée. En effet, 67% des jeunes déclarent que leur choix de vie de couple pourrait évoluer d’ici trois ans. Pour le choix de la parentalité, 66% des femmes songent à faire évoluer leur situation. « Il y a en creux dans l’étude, une notion de précarité, de fragilité des choix pour le dire en négatif, ou de potentialités de changement pour le décrire de manière plus optimiste. Les choix ne sont pas fermes ni définitifs. Les choses peuvent changer à trois ans. Et la précarité ou possibilité de vivre plusieurs vies ne touche pas que le travail ou le logement, les liens sont aussi précaires dans le couple, avec les amis » explique Laïla Idtaleb.

CONTRACEPTION : 9 JEUNES FEMMES SUR 10 ONT PRIS LEUR DECISION MAIS 3 SUR 4 SE DECLARENT OUVERTES AU CHANGEMENT

Pilule, stérilet, patch, anneau vaginal, implant… Ce large éventail contraceptif mis à la disposition des jeunes femmes leur a permis de faire leur choix. En effet, 91% des 20-35 ans ont déjà choisi leur méthode contraceptive et 69% estiment l’avoir fait tout à fait librement. Comment ont-elles fait leur choix ?

  • 61% ont été influencées par leur gynécologue
  • 35% par leur médecin généraliste
  • 31% par leur mère
  • 17% par leur conjoint
  • 15% par leurs amies
  • 11% par elle-même

42% des 20-24 ans sont influencées par leur mère pour choisir leur contraception

3 femmes sur 4 affirment être satisfaites de leur méthode de contraception et n’ont pas l’intention d’en changer. Pourtant, en regardant les résultats de plus près :

  • 56% estiment qu’il est contraignant d’avoir à penser tous les jours à sa contraception
  • 46% des 20-35 ans déclarent que leur contraception actuelle n’est pas parfaite mais font avec…
  • 42% ont peur de changer de méthode de contraception
  • 34% se posent de plus en plus de questions sur leur contraception actuelle
  • 22% affirment ne pas connaître d’alternatives à leur contraception actuelle.

Ce clivage se retrouve dans l’évolution du choix des jeunes femmes en matière de contraception. En effet, plus d’1 femme sur 2 (52%) estime que son choix pourrait évoluer ; 3 jeunes femmes sur 4 se déclarent ouvertes au changement dont 1 sur 3 tout à fait.

« Un quart des jeunes femmes se disent insatisfaites : sur un objet si impliquant, c’est tout de même beaucoup et cela témoigne de marges de progrès importants pour que chaque femme le désirant puisse bénéficier de la contraception la plus adaptée pour elle. Les femmes sont beaucoup plus ouvertes que les professionnels ne peuvent l’imaginer au changement de contraception et en corollaire à l’idée de challenger leurs routines contraceptives par un dialogue. La plupart ne changeront pas après une discussion mais se verront confortées dans le choix, et le gros tiers de jeunes femmes interrogatives obtiendront sans doute des réponses à leurs questions » conclut Laïla Idtaleb.

LA CONTRACEPTION : UN ENJEU FEMININ ET MASCULIN

La contraception est-elle une histoire de femmes ? Les hommes se sentent-ils concernés par le sujet ? Les résultats de l’enquête indiquent une prise de conscience masculine de leur rôle à jouer dans la contraception de leur partenaire. En effet, 90% des hommes de 20 à 35 ans déclarent que les hommes devraient s’intéresser au choix de contraception de leur conjointe comme 88% des femmes.

Quant à l’aspect contraignant de penser chaque jour à sa contraception soulevé par 56% des femmes, 85% des hommes partagent leur point de vue.


TRAVAIL, EVOLUTION PROFESSIONNELLE, LOGEMENT : DES JEUNES PLUS CONTRAINTS DANS LEURS DECISIONS

Tout comme pour la construction de leur famille, les 20-35 ans ont fait des choix concernant leur travail (82%), leur logement (75%) et leur évolution professionnelle (75%). Seuls les 20-24 ans sont moins affirmatifs sur ces sujets : 71% déclarent avoir fait un choix concernant leur travail (contre 82% en général) et 61%, concernant leur logement (contre 75%).

Mais les résultats de l’enquête indiquent que les jeunes se sont sentis moins libres et moins satisfaits de ces choix que pour ceux concernant la construction de leur propre famille. En effet, seulement 31% des 20-35 ans déclarent avoir été tout à fait libres de leur choix concernant leur travail et 24% en sont tout à fait satisfaits.

De facto, les 20-35 ans déclarent que leurs choix pourraient évoluer dans les trois années à venir en ce qui concerne leur travail (83%), leur évolution professionnelle (81%) et leur logement (74%). Près d’1 jeune sur 2 affirme être tout à fait ouvert au changement dans ces trois domaines.

Fiche technique : Etude Ipsos « Les jeunes à l’heure des choix » réalisée pour Bayer HealthCare auprès de 600 individus dont 400 femmes et 200 hommes, âgés de 20 à 35 ans interrogés par Internet – du 6 au 19 janvier 2015

Auteur(s)

  • Luc Barthélémy Directeur de Clientèle, Public affairs

Plus de contenus sur Beauté / Hygiène / Bien-être

Société