Réforme des retraites : quel impact sur la cote de popularité de l'exécutif ?

Malgré un contexte tendu autour de la réforme des retraites, l'exécutif parvient à maintenir une cote de popularité stable. Cependant, la dernière vague du Baromètre de l'action politique Ipsos-Le Point révèle des tendances contrastées selon les proximités partisanes. Découvrez les résultats en détail.

Auteur(s)

  • Pierre Latrille Chef de Groupe, Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs
  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs
Get in touch

Une première vague 2023 du baromètre très « politique », dans le contexte de la réforme des retraites

Dans un contexte marqué par le projet de réforme des retraites du gouvernement, la cote de popularité du couple exécutif reste stable : le président de la République recueille 38% d’avis favorables (inchangé par rapport au mois dernier) contre 58% de jugements critiques, et Elisabeth Borne se maintient à 34% (stable), contre 58% d’opinions négatives.

Néanmoins, cette apparente stabilité masque des évolutions contrastées, en fonction notamment des proximités partisanes. En effet, dans le contexte actuel, Emmanuel Macron peut compter sur le soutien unanime de son propre camp (97% de bonnes opinions, +3 points) et sur des jugements plus positifs auprès des sympathisants Républicains (48%, +6 points), largement favorables au projet de réforme des retraites. A l’inverse, il voit sa popularité se dégrader à gauche, chez les sympathisants LFI (19%, -4 points) ainsi que chez les proches d’EELV (27%, -7 points).

On observe les mêmes dynamiques pour Elisabeth Borne, avec des tendances encore plus marquées. La Première ministre connaît ainsi une hausse de popularité chez les sympathisants Renaissance (+5 points à 89%) et, surtout, chez les proches de LR (+17 points en un mois, à 48%) et une baisse notable chez les sympathisants LFI et EELV, auprès desquels sa cote se dégrade de 7 points, passant respectivement à 18% et 27% d’approbation.

Le palmarès des leaders politiques

Toujours dominé par Edouard Philippe (45% d’avis favorables, +2 points), le palmarès des personnalités politiques préférées des Français voit Bruno Le Maire (34%, +2 points) et Olivier Véran (33%, +2pts) s’installer respectivement à la troisième et quatrième place, derrière Marine Le Pen (2ème à 36%, -1 point).

Là encore, la hausse de popularité de ces deux membres du gouvernement, en première ligne sur le dossier des retraites, s’explique avant tout par un regain de popularité à droite : le ministre de l’Economie et des Finances progresse de 5 points - à 55% - chez les proches des LR (et de 3 points chez les sympathisants de Renaissance, 74% d’opinions favorables) et Olivier Véran gagne 15 points en un mois à 51% (et 2 points à 75% chez les proches du parti présidentiel).

Malgré le rejet majoritaire de la réforme des retraites par les Français, on n’observe pas en ce début d’année une dynamique positive pour l’opposition. Du côté du Rassemblement national, Marine Le Pen recule donc très légèrement dans le palmarès général (36%, -1 point) et Jordan Bardella perd 3 points à 27%, après la hausse mesurée pendant la séquence de son élection à la tête du RN (c’est d’ailleurs chez les sympathisants LR qu’il recule le plus, -10 points, sans doute à cause de ses prises de position concernant le dossier retraites). Jean-Luc Mélenchon gagne certes 2 points ce mois-ci à 26% mais ne récupère en réalité qu’une partie des pertes mesurées en décembre dernier (-3 points). Quant à Olivier Faure, il ne recueille que 20% d’avis favorables (+1 point) et affiche même un solde d’image négatif auprès des sympathisants du PS (33% de jugements positifs, en baisse de 6 points, contre 37% d’avis critiques). Enfin, Eric Ciotti enregistre la plus forte baisse du baromètre (19%, -5 points), effaçant ainsi les gains cumulés pendant la campagne et l’élection à la présidence des Républicains.

Ce bilan morose pour l’opposition s’explique par le fait que les Français, pourtant critiques du gouvernement, ont plutôt tendance à penser que les autres formations politiques feraient moins bien si elles étaient au pouvoir. Ainsi, 42% d’entre eux considèrent que le Rassemblement national ferait moins bien que le gouvernement actuel (contre 28% qui pensent à l’inverse qu’il ferait mieux), ce chiffre atteignant même 48% pour la France Insoumise (contre 18% seulement qui estiment qu’elle ferait mieux) ou encore 46% pour la NUPES (contre 17% pour l’avis inverse) et 29% pour les Républicains (contre 16% seulement).


Voir le baromètre de l'action politique Ipsos - Le Point depuis 1996

 


A propos de ce sondage

Enquête menée par Ipsos pour Le Point les 13 et 14 janvier 2023 auprès de 1017 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Téléchargement

Auteur(s)

  • Pierre Latrille Chef de Groupe, Public Affairs
  • Mathieu Gallard Directeur d'Études, Public Affairs
  • Federico Vacas Directeur Adjoint du département Politique et Opinion - Public Affairs

Plus de contenus sur Fonction & Services Publics

Société